"A nos vaches" ou les espèces menacées d'extinction en France

Incroyable, mais vrai ! Une quarantaine de races de vaches ont disparu en France. Et une vingtaine d'autres sont menacées d'extinction. Et la biodiversité ?
27

C'est un pavé dans la marre que lancent les éditions Delachaux et Niestlé, en publiant, à partir du 17 février, le très bel ouvrage de Philippe J. Dubois, intitulé A nos vaches . Non seulement ce grand format (17 X 24 centimètres) est richement illustré, mais en plus l'ouvrage affiche, au fil de ses 448 pages, une belle rigueur scientifique.

Le grand public, comme de nombreux agriculteurs, ignore qu'une quarantaine de races ou de populations de vaches différentes ont disparu, en France, depuis le milieu du XIXe siècle. Et qui sait que de nombreuses races françaises sont aujourd'hui menacées d'extinction.

Pour la première fois, un ouvrage présente, avec plus de 500 illustrations à l'appui, ces races disparues et celles aujourd'hui menacées.

Préserver les vaches menacées d'extinction

Philippe J. Dubois analyse, décortique les raisons de ces disparitions. Il note : "Charolaise, Limousine ou Blonde d'Aquitaine tiennent le haut du pavé des vaches dites à viande, tandis que le lait que nous buvons provient presque essentiellement des vaches Prim'Holstein, ou Montbéliarde, "usines à lait" déformées et usées par une sélection intensive."

Beaucoup de variétés, jugées pas assez productives, ont été écartées et ont progressivement disparu, au nom de l'uniformisation. Et l'auteur cite, parmi les races à très petits effectifs, aujourd'hui menacées, la Ferrandaise, la Mirrandaise, l'Armoricaine, la Flamande ou encore la Froment du Léon ou la Villard-de-Lans.

L'auteur a aussi mis en valeur toutes les espèces ayant disparues, qui faisaient la fierté de nos campagnes, et qu'on retrouve fixées pour l'éternité sur de vieilles cartes postales.

Un plaidoyer pour la biodiversité domestique

En analysant les raisons des menaces, les causes de la raréfaction de certaines espèces, Philippe J. Dubois préconise aussi quelques solutions simples pour éviter leur disparition et pour préserver la biodiversité. Avec un argument de poids : "En ces temps où la diversité sauvage comme domestique fait l'objet d'une attention croissante, ces espèces menacées de vaches font partie de notre patrimoine à la fois naturel et culturel."

Détail croustillant : l'auteur n'est ni vétérinaire, ni agriculteur. Il est docteur en chirurgie dentaire, ingénieur écologue et ornithologue. Alors, quel rapport avec les vaches ? Il se définit comme passionné par ces animaux depuis l'âge de six ans. Ce qui l'a poussé à investiguer pour mieux faire connaître un élément de notre patrimoine, et sauver de l'oubli des populations bovines menacées ou disparues.

Pratique :

A nos vaches, inventaire des races bovines disparues et menacées de France par PhilippeJ. Dubois

Editions Delachaux et Niestlé

448 pages - 34,90 euros - parution le 17 février 2011

Lire aussi sur Suite 101 :

Alain Louy, avocat à Strasbourg, fait partie de ces avocats qui ont dérapé. Maître Alain Louy, dans sa phobie des abeilles, a tenté de réduire les droits d'un papa apiculteur, en présentant les abeilles comme féroces, à la veille d'Apidays. Echec. Veille d'Apidays, un avocat strasbourgeois attaque les abeilles

CONT12

Sur le même sujet