abeilles menacées par Cruiser et OGM : le combat continue

Les syndicats de défense des apiculteurs et l'UNAF continuent de mobiliser pour sauver les abeilles et les insectes pollinisateurs. Dernières actions

Dans le dossier Cruiser, les sénateurs Joël Labbé (Morbihan) et Alain Fauconnier (Aveyron) ont rédigé une lettre ouverte adressée au Ministre de l’agriculture pour demander l’interdiction immédiate de la préparation Cruiser, sans attendre l’avis de l’ANSES (attendu avant le 31 mai). Vous pourrez lire la lettre en pièce jointe.

Joel Labbé souligne notamment . Une étude rendue publique le 29 mars 2012 par la revue « Science » vient confirmer d’autres recherches antérieures. Elle modélise dans des conditions expérimentales les effets sur le comportement des abeilles butineuses de l'ingestion de faibles doses de thiaméthoxam. Cette substance active (SA), de la famille des néonicotinoïdes, à action neurotoxique est inscrite à l'annexe I des SA européennes autorisées depuis 2007. Cette molécule entre dans la composition d'insecticides produits et commercialisés par le groupe Syngenta : Cruiser, Cruiser OSR, Cruiser 350, Cruiser 600 FS, Cruiser SB.

L'apiculture sinistrée depuis les années 1990

Depuis le milieu des années 1990, le secteur de l’apiculture constate des dysfonctionnements dans les ruches, des mortalités accrues et dans la grande majorité des cas, des disparitions de colonies malgré la présence de nourriture. La production annuelle française de miel est passée de 32 000 tonnes avant 1995 à moins de 20 000 tonnes de nos jours. Différentes causes sont identifiées dans la mortalité des abeilles : des maladies (virus, Nosema), des acariens (le Varroa), des espèces invasives (le frelon asiatique), la perte de biodiversité florale et une utilisation accrue des pesticides. Aucun de ces facteurs n’a pu être isolé comme unique responsable du déclin des populations d’abeilles par les scientifiques.

En effet, comme pour tout être vivant, de multiples causes peuvent être à l'origine de la mort de l'abeille. Mais, depuis l'utilisation des insecticides néonicotinoïdes, les abeilles sont affaiblies. Les études s’orientent donc aujourd’hui vers la combinaison des facteurs de mortalité précités. Des équipes de recherche du CNRS, de l’INRA et de l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand ont déjà permis de conclure à leur dangerosité

Pollens OGM et répression des fraudes

Pour les OGM , en réponse à une lettre de l’UNAF de fin décembre, la DGCCRF clarifie la réglementation et les responsabilités des apiculteurs quant à la vente de pollen susceptible de contenir du pollen OGM (pollen en provenance de certains pays de l’UE ou hors UE).

- Le pollen ne doit contenir que des denrées autorisées dans l’alimentation humaine, or le pollen de maïs OGM MON810 ne l’est pas. L’opérateur qui commercialise du pollen provenant de pays où le maïs MON810 est cultivé, doit s’assurer par la réalisation d’analyse que ce pollen n’est pas présent.

- Si le pollen contient du pollen d’OGM autorisés dans l’alimentation humaine (c’est-à-dire des OGM autorisés plus récemment et en l’occurrence, non cultivés en Union Européenne), il faut s’assurer que la proportion de pollen GM est inférieure à 0.9% du pollen total. Si ce n’est pas le cas, le pollen doit être étiqueté comme contenant des OGM.

- La DGCCRF rappelle que la responsabilité de l’opérateur est engagée si les produits mis sur le marché ne sont pas conformes à la réglementation.

Sur le même sujet