Affaire Gregory : le dernier espoir avec l'analyse des voix

Une nouvelle expertise va être ordonnée dans l'affaire du petit Grégory Villemin, noyé après avoir été ligoté le 16 octobre 1984, à l'âge de 4 ans. Enquête
20

Le "corbeau" de l'une des affaires criminelles les plus monstrueuses du XX ème siècle va peut être "prendre un nom" grâce aux progrès de la science. En effet, une nouvelle expertise va être ordonnée dans l'affaire du petit Grégory Villemin, noyé dans la Vologne, dans les Vosges, après avoir été ligoté le 16 octobre 1984, à l'âge de 4 ans.

A l'époque, l'enquête conduite par le capitaine de gendarmerie Sesmat fut marquée par une sucession d'échecs et de ratages dans la traque de l'assassin de Gregory. Des échecs ayant contribué à ne jamais identifier le ou les meurtriers de ce petit garçon innocent, tué par la folie d'un homme ou d'une femme. La comparaison des voix via l'exploitation des enregistrements de l'époque permettra peut-être de mettre enfin un nom sur le "corbeau".

L'affaire Gregory, c'est un cumul de ratages et d'échecs judiciaires depuis 28 ans

'Si la police Suisse avait été chargée de l'enquête, le meurtrier aurait sans doute été arrêté rapidement" confie un spécialiste du dossier, joint par téléphone ce 1er septembre 2012, et qui reconnait avoir "assisté, ces 28 dernières années à une cascade de ratages judiciaires, ayant assuré, du coup, l'impunité au meurtrier....".

Les voisins louaient le toit du poulaillier et l'échelle aux journaliste parisiens

L'enquête sur le meurtre du petit Gregory a été une des premières enquêtes judiciaires terribles. Elle a marqué de nombreux journalistes à jamais, en raison du climat de folie qui régnait dans le village de Lépanges sur Vologne... Les voisins des Villemin se sont mis à "faire de l'argent" sur le dos de la petite victime : le toit du poulaillier voisin du domicile était loué 10 000 francs aux photographes de la presse à sensation parisienne du style "détective" et autres, l'échelle pour accèder au toit était louée 5 000 Francs.... Les scènes de crime étaient piétinées par des dizaines de personnes parce que les gendarmes avaient oublié d'établir un périmètre de sécurité.

Le "corbeau" s'est manifesté 700 fois, à la barbe des gendarmes

Un magistrat, contacté par téléphone, confirme, en termes plus feutrés, les précédentes informations, et ajoute : "Après une série d'échecs, il reste un dernier espoir : celui de mettre un nom sur la voix du ou des corbeaux qui a (ou ont) nargué la vérité judiciaire pendant près de 30 ans. Un corbeau qui s'est notamment illustré au téléphone par cette déclaration à l'oncle de Grégory le jour de la découverte du corps : "Je me suis vengé du chef et j'ai kidnappé son fils du chef. Je l'ai étranglé et je l'ai jeté dans la Vologne. Sa mère est en train de le chercher, mais elle ne le trouvera pas." Ce (même ?) corbeau qui écrivait encore au père de Grégory, le lendemain de la mort de son enfant : "J'espère que tu mourras de chagrin, le chef. Ce n'est pas ton argent qui pourra te redonner ton fils. Voilà ma vengeance, pauvre con.".... Les progrès considérables de la science peuvent contribuer à l'identification de la voix !". Ou plutôt des voix du ou des corbeaux comme le montre une enquête du Point, qui a mené d'importantes investigations sur ce dossier.

Les expertises graphologiques et génétiques avaient échoué au fil des enquêtes

Un ancien enquêteur de la police judiciaire, entré en piste après que la gendarmerie ait été dessaisie, vu les ratages, joint par téléphone ce 1 er septembre 2012, confie : "Si la main qui a signé les lettres anonymes menaçantes n'a pu être identifiée au moyen des expertises graphologiques et même génétiques, c'est peut-être la voix souvent rauque de celui ou celle qui proférait des menaces de mort sur fond de sifflements entrecoupés de silences oppressants qui le sera. Les gendarmes de l'IRCGN (Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale) auxquels ont été confiées les cassettes de l'époque auraient en effet, d'après l'avocat des parents Villemin, à savoir Me Thierry Moser, "répondu que l'expertise peut être tentée malgré les difficultés de faisabilité"

"En effet, "les techniques actuelles fonctionnent mal sur des supports anciens", avait averti le procureur général de Dijon, Jean-Marie Beney..... Mais, dans ce dossier, on a l'impression que les gendarmes ont toujours "traîné les pieds"....".

Les voix des enregistrements comparées avec celles des protagonistes de l'affaire

Les nouvelles expertises seront réalisées dès que la présidente de la chambre de l'instruction aura rendu une "ordonnance de commission d'expert pour passer à l'expertise proprement dite", selon des informations concordantes confirmées par Me Moser, avocat des parents du petit Gregory, joint par téléphone ce 1 er septembre 2012. Les voix seront alors comparées, dans la mesure du possible, avec celles des protagonistes de l'affaire recueillies par les journalistes de l'époque, et qui figurent sur les enregistrements sonores conservés par l'Ina (Institut national de l'audiovisuel).

Pour Me Moser, "cette dernière piste sur les traces de l'assassin de l'enfant est d'autant plus précieuse que la plupart des analyses pratiquées jusqu'alors se sont révélées infructueuses. Aucune d'entre elles n'a permis de faire le lien entre les empreintes génétiques isolées sur plusieurs pièces à conviction et l'ADN d'environ 150 protagonistes directs ou indirects de ce dossier.

La recherche d'ADN au dos du timbre de la lettre anonyme menaçante du 24 juillet 1985 signée "Corinne" et la recherche des traces de foulage sur l'enveloppe et la lettre de revendication du crime adressée au père de Grégory le 17 octobre 1984 n'ont rien donné. L'analyse d'un long cheveu retrouvé sur le pantalon de l'enfant et celle du coeur des cordelettes ayant servi à l'entraver ont aussi débouché sur un constat d'échec.

Mais une question demeure : le corbeau est-il l'assassin du petit Grégory ? Si le mystère est encore loin d'être élucidé, au cimetière de Lépanges-sur-Vologne, dans les Vosges, sur la tombe de l'enfant, il y a cette mention "Ici, repose un ange", sous la magnifique photo illustrant cet article..

Sur le même sujet