Alerte au colis toxique en Suisse : des blessés dans 1 centre

Attentat terroriste ? Il y a plusieurs blessés au centre postal de Mülligen à Schlieren près de Zurich, en Suisse, qui a été évacué dans la soirée du 4/9/12
20

Police et pompiers sont en état d'alerte maximum en Suisse, en cette nuit du 4 au 5 septembre 2012. En effet, le centre postal de Mülligen à Schlieren près de Zurich, en Suisse, a été évacué tard dans la soirée de mardi 4 septembre 2012, après la découverte d'une substance non identifiée dans l'édifice, selon des informations confirmées par téléphone ce 5 septembre 2012 par un responsable de la police Zurichoise. Ce dernier a aussi précisé "qu'il y at plusieurs blessés. Un important dispositif de police a immédiatement été mis en place....".

La réaction rapide et massive de la police Suisse, avec un dispositif qui montait en puissance dans la nuit, vise à éviter les ratages judiciaires à la française comme dans la traque du violeur des campings de l'Ardèche, ou encore les dérapages judiciaire du type Mayotte avec 2 décès .

Attentat à la poudre toxique ? Enquête en cours

Selon les sources policières, "des services sanitaires et des pompiers ont également été dépêchés sur les lieux".

D'après un responsable de la police Suisse, "Il s'agit d'un des plus grands centre postal du pays. Par mesure de précaution, tous les collaborateurs sont évacués pour permettre une intervention des secours. Il pourrait s'agir d'un attentat à la poudre toxique,....". Préoccupés par les mesures d'urgence, les responsables de la police ont limité la communication officielle..

L'alerte avait été donnée aux alentours de 20 H 20, selon cette même source policière, qui affirme que les policiers et les pompiers sont arrivés "rapidement et massivement sur place".

Ricine, bacile du charbon, autre substance ?

Cette nuit du 4 au 5 septembre 2012, les autorités Suisses n'excluaient aucune hypothèse : ricine, bacile du charbon, autre substance ?

D'autant plus que certains pays, comme les Etats-Unis, ont déja subit ce type d'attaque. Après les dévastateurs attentats du 11 septembre , beaucoup d'observateurs crurent qu'il y avait un lien entre les deux événements sur le territoire américain.

S'agit-il d'un colis piégé à l'anthrax ?

Le site Wikipedia rapporte, dans les scénarios de lettres piégées à l'anthrax, que "les autorités des USA ont par exemple avancé qu' Ahmed al-Haznawi , l'un des pirates de l'air de 11 septembre avait tenté de bénéficier pour des lésions aux mains de soins médicaux à Fort Lauderdale , en Floride , et que ceci supposait une possible contamination au bacille du charbon dans sa variété cutanée. Cependant, les lettres piégées à l' anthrax ont été envoyées après 11 septembre et il est donc difficile à comprendre comment les pirates auraient été responsables des attentats à l'anthrax à moins qu'il y eût des complices de ceux-ci poursuivant la campagne terroriste des pirates de l'air.

"Le FBI a avancé que les attentats à l'anthrax était un résultat du terrorisme domestique. Le départment de la Justice a par ailleurs qualifié un ancien chercheur Dr. Steven Hatfill de "personne d'intérêt" dans l'enquête, sans cependant avoir porté plainte contre lui. Hatfill a protesté de son innocence et a entamé une action contre le gouvernement et certains organes de presse pour l'avoir injustement accusé.

"Les lettres qui ont été envoyées contiennent au moins deux différents types de bacille du charbon.

Pourtant, l'ensemble des bacilles se trouvant dans les lettres appartenaient à la même "souche."

Cette souche, appelée la "Ames strain" est issue du Medical Research Institute of Infectious Diseases de l'armée américaine ( USAMRIID ) à Fort Detrick , dans le Maryland . La "Ames strain" aurait été distribué, entre autres, à des fins d'études à au moins 15 laboratoires de recherche biologique (aux EU ainsi qu'à l'étranger)...".

Sur le même sujet