Alésia, le retour de Vercingétorix et des Gaulois : c'est demain

L'emplacement de la bataille d'Alesia continue d'être âprement discuté, entre site officiel avec son musée et le site historique défendu par des chercheurs
19

Mars, et ça repart aurait dit Jules César en invoquant le Dieu de la guerre ! Même si l’emplacement de la bataille d’Alesia continue d’être âprement discuté, entre le site officiel avec son musée interactif, et le site revendiqué par des chercheurs qui s’appuient sur le texte de "La guerre des Gaules" de Jules César, l'inauguration du Centre d'interprétation du MuséoParc Alésia aura bien lieu ce 26 mars 2012 . Un évènement historique et culturel sans précédent en France et en Europe. En effet, le centre d’interprétation du MuséoParc à Alésia devrait réconcilier les Français avec une défaite, souvent mal comprise.

Alésia est un oppidum gaulois, dont le nom semble dériver d'une racine celtique *ales ou alisia , la signification pouvant être « rocher », de même racine indo-européenne que le mot falaise issu du germanique, mais d'autres étymologies sont possibles, selon le site Wikipedia, qui précise : "Il était habité par un peuple gaulois, les Mandubiens .... Le consensus scientifique actuel quant à la situation géographique du site d'Alésia, source de polémiques récurrentes, est le territoire de la commune d' Alise-Sainte-Reine , en Côte-d'Or ...."

D'un point de vue strictement historique, le site d'Alésia a été le théâtre de la bataille décisive de la guerre des Gaules qui opposa Jules César à la coalition gauloise menée par l' Arverne Vercingétorix en 52 av. J.-C.

Pour tous les descendants des Gaulois impliqués dans ce beau projet, "l'histoire du siège et de la célèbre bataille d'Alésia entre Gaulois et Romains, mythe fondateur de l'histoire nationale, est reconstituée dans un nouveau musée qui ouvre ses portes le 26 mars en Bourgogne....". Pas de polémique ce lundi 26 mars 2012.

Le parcours détaille les forces en présence

C’est en en Côte-d’Or, sur la commune d'Alise-Sainte-Reine, sur les lieux mêmes où s’opposèrent, en 52 avant J.-C., les armées de César et celles de Vercingétorix, que lpetits et grands vont découvrir, à partir du 26 mars, les secrets de la célèbre bataille et partager la vie de nos "ancêtres" les Gaulois. Le Centre d'interprétation du Muséoparc d’Alésia impressionne !

C'est une imposante construction circulaire conçue par l’architecte suisse Bernard Tschumi. A l’intérieur de la rotonde et sur plus de 6000 mètres carrés, les visiteurs découvriront l’histoire du site : celui du siège et de l’affrontement auquel se livrèrent pendant deux mois et demi, Romains et Gaulois.

En détaillant les forces en présence, le parcours prend soin d’expliquer combien celles-ci se connaissaient depuis longtemps, ramenant l’événement césarien à ce qu’il a toujours été : un épisode de l’expansion romaine.

Mythe fondateur d’une France revancharde, Alésia est devenue après 1871, en miroir d’un Paris assiégé par les Prussiens, l’emblème de notre première grande bataille historique. Aux dioramas, maquettes et productions audiovisuelles, sont associées de nombreuses reconstitutions parmi lesquelles les lignes d’encerclement et de défense romaines. Au-delà des combats, le Muséoparc s’attache aussi à montrer quelle était la vie en Gaule au premier siècle avant notre ère, à travers l’exposition de plus de 300 objets archéologiques, certains prêtés par le musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye.

La polémique surgie dès le XIXè siècle autour de la localisation de ce haut lieu historique n’est pas oubliée. Les concepteurs du centre ont créé une borne interactive.En 2016, un musée archéologique devrait venir compléter cette première réalisation.

Alésia, ou le rendez-vous de la Bourgogne avec l'histoire

Pour Pénélope Ponchelet, de l'agence Claudine Colin Communication, chargée de la promotion du site, "Plus de deux mille ans nous séparent de la célèbre bataille d’Alésia qui opposa César à Vercingétorix, mais son écho traverse le temps et résonne aujourd’hui encore de toute l’ampleur des répercussions qu’aura l’événement sur l’Histoire de France. C’est avec la volonté première de mettre en valeur l’un des hauts lieux historiques, qu’est né le MuséoParc Alésia.

"Situé sur le territoire d’Alise-Sainte-Reine, au cœur de la Côte-d'Or en Bourgogne, le MuséoParc sera composé d’un Centre d’interprétation, d’un Musée archéologique (à horizon 2016) et d’un vaste réseau de Parcours-découverte (à horizon 2016)...."

Le 26 mars 2012, le Centre d’interprétation acceuille les premiers visiteurs

Cette ouverture, attendue, constitue le premier maillon du MuséoParc Alésia, projet culturel majeur mis en œuvre par le Conseil Général de la Côte-d’Or. Soucieux de fonder l’aménagement du site d’Alésia sur des bases scientifiques incontestables, le Conseil Général de la Côte-d’or, en partenariat avec le ministère de la Culture, s’est appuyé sur un conseil scientifique réunissant des spécialistes internationalement reconnus.

"Les espaces scénographiés du Centre d’interprétation proposent une découverte dynamique et interactive du siège d’Alésia. Objets antiques et fac-similés, diorama, films, maquettes, bornes multimédia et reconstitutions de machines de guerre donnent à chacun les clés pour comprendre l’histoire du site. Ainsi, le visiteur peut se plonger au cœur des combats et se laisser surprendre par l’impressionnante reconstitution des lignes de fortifications romaines. Une immersion grandeur nature !" assure Pénélope Ponchelet, de l'agence Claudine Colin Communication.

Un projet architectural et muséographique unique en France

Le projet a été confié à une équipe pluridisciplinaire de renommée internationale : Bernard Tschumi Urbanistes Architectes pour l’architecture, Michel Desvigne pour l’ingénierie paysagiste et la société Scène pour la scénographie.

Selon Pénélope Ponchelet, de l'agence Claudine Colin Communication, "Pour le Centre d’interprétation, Bernard Tschumi a conçu un édifice circulaire de 52 m de diamètre entièrement vitré, d’une superficie de 6650 m2, et enserré d’une résille de bois permettant d’inscrire visuellement le bâtiment dans son environnement, démarche à laquelle la toiture végétalisée réalisée par Michel Desvigne participe. La configuration circulaire symbolise l'encerclement des Gaulois par les Romains tandis que le bois de la résille évoque les fortifications romaines de César....".

L'inauguration du centre d'interprétation d'Alésia constitue bien le retour et la revanche des descendants des Gaulois au coeur de la Bourgogne !

Lire aussi sur Suite 101 :

Les éditions Fleurus rééditent, dans la grande imagerie, l'ouvrage "les Romains", avec de nouveaux textes et des illustrations nouvelles.

Quel petit garçon n'a jamais rêvé de vivre au coeur de l'Empire, dans les palais de Jules César, ou de devenir un centurion romain, un vrai ? Avec le nouvel ouvrage de Fleurus éditions, les enfants disposent d'une multitude de guerriers romains, mais aussi de pages sur les dieux et les divinités.

Fleurus publie "Les Romains" pour les enfants dès 7 ans

Sur le même sujet