Anne Gravoin est une épine de plus dans le pied de F. Hollande

Violoniste reconnue, l'épouse de Manuel Valls, ministre de l'intérieur, agace une partie des politiques et une foule de français, avec ses interviews.
20

Fausse note pour Anne Gravoin, l'épouse de Manuel Valls, violoniste reconnue, qui se fait remarquer ces derniers temps par une série d'interviews tapageuses accordées à des magazines. Sa façon de parler des locaux du ministère de l'Intérieur, des entretiens de son mari le soir avec les services secrets et de l'épouse de Jean-Marc Ayrault, laisse de nombreux journalistes pantois. Anne Gravoin n'en ferait pas plus si elle était la première dame, et ses dérapages verbaux, qui sont aux femmes de ministre ce que Mélanchon est à la politique, constitue désormais une épine de plus dans le pied de François Hollande.

La violoniste, "femme de..." court les gazettes

Alors que les dysfonctionnements se multiplient sur les terrains de la police et de la gendarmerie, en Ardèche, où un violeur des campings n'est arrêté que sept semaines après la première agression sexuelle, et les ratages dans la traque du violeur lui laissent le temps de commettre plusieurs autres agressions sexuelles pendant l'été, ou encore en Isère où plusieurs dizaines de policiers sont incapables d'arrêter quatre braqueurs qui dévalisent une bijouterie de Grenoble à quelques mètres du commissariat (lire comment les braqueurs de Grenoble ont échappé aux flics ) , puis de retrouver ces braqueurs, sans parler des affaires corses, l'épouse du ministre de l'Intérieur démultiplie les entretiens dans les journaux et magazines à succès.

D'une interview dans le Parisien à un reportage dans Paris-Match, à interview dans Madame Figaro et une autre dans Elle, cela représente quatre interviews en moins d'un mois, pendant que les justiciables ou petites victimes se sont étriller en Province et pendant que les gendarmes et policiers, dirigés par Mmanuel Valls obtiennent de piètres résultats.

Anne Gravoin doit-elle ces sollicitations journalistiques et ces interviews à son seul talent ? Ou bien à ses propos polémiques et méprisants qui sont en passe d'en faire une bonne cliente ?

Anne Gravoin fait des confidences sur la place Beauvau

Et que confie Anne Gravoin aux gazettes ? Elle explique qu'elle est libre, notamment de ne pas habiter Place Beauvau : "Je ne me verrais pas répéter en sous-sol alors que mon mari reçoit les services secrets au-dessus ... Et puis les lambris, pour répéter le violon, vous vous imaginez ?..." Elle ne veut pas non plus "dormir dans l'ancien lit de Claude Guéant...". Le pauvre, il n'avait pas la peste et la République peut bien changer les draps à défaut éventuellement de changer le lit.

Beaucoup s'inerroge sur le mépris d'Anne Gravoin pour la femme du premier ministre

qui était en fait prof de Français, engagée en politique depuis 30 ans .

Anne Gravoin, en s'imaginant intéresser les médias parce qu'elle serait "plus glamour" qu'une simple professeure provinciale, replace, après Valérie Trierweiler, les sentiments personnels et le people au centre de la vie institutionnelle et politique, dans cette caricature que justement prétend combattre François Hollande. Elle semble même incarner cette gauche bobo, parisienne, prétentieuse, caviar et donneuse de leçons, qui sa vie privée au kilomètre, comme si c'était-là le centre des interrogations et des préoccupations des français, étrillés par l'inaction des gendarmes et policiers dans de nombreux départements, étranglés par les hausses inconsidérées des prix de l'essence, etc.

Ces épouses de ministres discrètes et belles sous François Mitterand et Jacques Chirac

Comme elle semble loin ces épouses de Ministres exhibées les soirs de Gala au Palais , à l'image de Madame Bertrand, en robe à fleurs , ou encore de Madame de Villepin, souriante et réservée à la fois, sans oublier Madame Hortefeux, belle blonde aux couleurs flamboyantes, ou encore la pulpeuse Madame Copé, la très jeune Madame Besson, ou encore la discrète Madame Debré.

La nouvelle génération de femme de ministre se veut libre, capable d'exister par elle-même. Il est évident qu'Anne Gravoin peut être une femme libre, peut pratiquer un métier comme elle l'entend, avec l'inoxydable Johnny Hallyday, ou Laurent Voulzy, ou Liza Minneli. Elle aurait d'ailleurs tout intérêt, pour préserver son mari et la cohérence du gouvernement, à net s'exprimer que sur son domaine de compétence, après la jurisprudence Valérie Trierweiler. .

Sur le même sujet