Chasse à l'homme après l'évasion d'un détenu à Meaux le 25 août

Des centaines de policiers et de gendarmes sont lancés dans une chasse à l'homme, après qu'un détenu ait réussi à fuir le 24 août de l'hôpital de Meaux

Incroyable, mais vrai ! La région de Paris en France est le théâtre d'une véritable chasse à l'homme après l'évasion d'un détenu à Meaux le 24 août 2012 au soir. En effet, Un détenu a réussi à fuir vendredi soir de l'hôpital de Meaux où il était soigné dans une chambre sécurisée. D'importants moyens, dont des hélicoptères de la gendarmerie, ont été déployés ce 25 août 2012 pour le retrouver, mais en vain.... Les centaines de gendarmes et de policier qui quadrillent la région parisienne semblent "mariés" avec la "scoumoune" (la poisse, la malchance dans le jargon du milieu et des truands).

Cette évasion survient alors que les dysfonctionnements se multiplient sur les terrains de la justice, de la police et de la gendarmerie, en Ardèche, où un violeur des campings n'est arrêté que sept semaines après la première agression sexuelle, et les ratages dans la traque du violeur lui laissent le temps de commettre plusieurs autres agressions sexuelles pendant l'été. Ou encore en Isère où plusieurs dizaines de policiers sont incapables d'arrêter quatre braqueurs qui dévalisent une bijouterie de Grenoble à quelques mètres du commissariat (lire comment les braqueurs de Grenoble ont échappé aux flics ) , puis de retrouver ces braqueurs, sans parler des affaires corses....

Le détenu a tendu un piège à la policière chargée de le surveiller

Selon un officier de police, joint par téléphone ce 25 août 2012, "le détenu qui s'est évadé vendredi soir de l'hôpital de Meaux est âgé de 19 ans ; il purgeait une condamnation pour atteinte aux biens, vol avec effraction et menaces sur personne dépositaire de l'autorité publique, mais avait dû être hospitalisé pour une grave infection pulmonaire dans l'unique chambre de sûreté de l'hôpital de Meaux. Même si cette chambre se ferme de l'extérieur, il a réussi à fuir en piégeant la policière chargée de sa surveillance.

"Les faits se sont produits vers 23 heures. Pour endormir la méfiance de sa gardienne, l'homme a fait tomber la tringle à rideaux et roulé les rideaux en boule tout en s'allongeant dans une posture pouvant laisser croire à un malaise. Découvrant cette scène à son entrée dans la chambre, la policière s'est précipitée pour lui porter secours....".

L'homme a agressé la policière puis s'est évadé

D'après la même source, qui souhaite conserver l'anonymat, "L'homme s'est alors jeté sur elle et l'a bousculée avant de sortir de la chambre et d'y enfermer sa gardienne. Une infirmière qui accourait a elle aussi été bousculée. L'homme a ensuite disparu. D'importants moyens, dont un hélicoptère de la gendarmerie, ont été déployés dans la nuit pour retrouver l'évadé, mais celui-ci est toujours en cavale. Une enquête pour évasion a été ouverte.....".

Les précédentes informations sont confirmées par Romain Vezine, délégué départemental du syndicat de police Alliance, qui ajoute : "la policière bousculée lors de cette évasion a été légèrement blessée et souffre des cervicales. L'infirmière a pour sa part reçu un coup au visage qui a nécessité deux points de suture. Je regrette que la pièce où se trouvait le détenu avant son évasion, unique chambre sécurisée de l'hôpital, ne soit pas équipée de moyens de vidéosurveillance...... Un suicide avait déjà eu lieu en juin 2012, dans cette chambre de sûreté de l'hôpital de Meaux. La victime était un homme soupçonné d'avoir poignardé sa compagne et qui venait d'être écroué.....".

Toujours est-il que plusieurs centaines de flics et de gendarmes sont lancés dans une chasse à l'homme, avec le renfort des hélicoptères de la gendarmerie. Ce 25 août 2012, les hélicos de la gendarmerie n'ont toujours pas vu le fugitif, qui court toujours.... au grand dam de tous ces chasseurs, soucieux de ne pas énerver le ministre de l'Intérieur Manuel Valls !

Sur le même sujet