conflit agriculteurs-apiculteurs: boycott des pollinisation colza

Le Cruiser OSR de Syngenta étant extrêmement toxique pour les abeilles, les Apiculteurs Pollinisateurs appellent au boycott de la pollinisation du colza
19

Comme Suite 101 l'a révélé à de nombreuses reprises, la disparition massive des abeilles menace la production de fruits et de légumes, et, du même coup, la chaîne alimentaire humaine. Dramatique ! Pire: Au niveau de la planète : le génocide des abeilles conduit à un monde sans fruit |

Alors que la mystérieuse disparition des abeilles ( http://lesmielsbio07.onlc.fr/ ) inquiète les responsables de l'ONU, qui ont lancé, jeudi 10 mars 2011, un cri d'alarme et un signal à tous les états (lire Suite 101 du 11 mars 2011 L'ONU préoccupée par la très forte mortalité des abeilles ), les conséquences directes de cette mortalité ont été peu médiatisées. Ce phénomène est principalement observé dans les pays industrialisés de l'hémisphère nord, explique le Programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue) dans un rapport publié jeudi 10 mars 2011.

L’interdiction de la culture du maïs OGM Mon 810, annoncée vendredi 16 mars 2012 soir par le Ministre de l’agriculture, a été publiée dimanche 18 mars 2012 au Journal officiel (abeilles : l'interdiction de la culture du maïs OGM Mon 810 au JO).

Les abeilles menacées par les colzas en fleurs

Le Groupement Régional des Apiculteurs Pollinisateurs Professionnels (GRAPP) appelle au boycott de la pollinisation du colza. Réuni en assemblée générale, le GRAPP a voté pour le boycott de la pollinisation des cultures de colza semences en raison de la vive inquiétude suscitée par la mise sur le marché du colza Cruiser, nocif pour les abeilles.

Par la voix d'Isabelle Larçon, les apiculteurs de cette structure expliquent : "Autorisé sur le marché en juin 2011 par le ministère de l’Agriculture, le Cruiser de Syngenta baptisé OSR, est un insecticide systémique d’enrobage de graines de colza utilisé pour le traitement de semences de cet oléagineux. Depuis 2008, la molécule active thiaméthoxam, utilisée en enrobage des semences de maïs Cruiser, est accusée d’être à l’origine d’une surmortalité d’abeilles par les apiculteurs et les associations environnementales.

"Aujourd’hui, nous retrouvons cette molécule dans les emblavements de colza, associée à deux fongicides augmentant la toxicité du Cruiser. Le GRAPP, soucieux des risques encourus par les abeilles (destruction du système nerveux, comportement anormal, désorientation,…) qui butineraient des fleurs de colza contaminées par le Cruiser OSR, alerte et appelle les apiculteurs à la plus grande prudence en les avertissant de la dangerosité supposée de cet insecticide.

"Le SAPRA (Syndicat des Apiculteurs Professionnels de Rhône Alpes), la FFAP (Fédération Française des Apiculteurs Professionnels) et la Confédération Paysanne soutiennent cette action de précaution et invitent les apiculteurs à refuser les demandes de pollinisation des champs de colza....."

Les abeilles très attirées par les colzas contaminés

La forte teneur en sucre et l’apport majeur en pollen du colza attirent fortement les abeilles. Cependant, les colonies d’abeilles, capables de polliniser entre 10 et 30 millions de fleurs par jour, ne sont plus suffisament nombreuses dans la nature pour effectuer spontanément ce travail. En production de colza semences, les agriculteurs sollicitent alors les apiculteurs pour implanter des ruches sur leurs champs afin de garantir une meilleure pollinisation.

Pour les apiculteurs ayant appellé au boycott, "Outre la catastrophe écologique que représente ces intoxications, les conséquences économiques sont dramatiques pour le monde agricole, à commencer par les apiculteurs. On estime le manque à gagner par colonie affectée entre 200 et 1000 euros selon la production (miel, gelée royale, pollen…) et un coût de reconstitution s’élevant de 200 à 300 euros.

Ces interventions phytosanitaires, modes de traitement systématiques, mettent en péril la pérennité des exploitations apicoles et contribuent au déclin des pollinisateurs.

A terme, l’effondrement des colonies d’abeilles affectera le fonctionnement du monde agricole. Les abeilles assurent la pollinisation de plus de ¾ des cultures destinées à l’alimentation. Une pollinisation insuffisante conduirait à une baisse des rendements des récoltes. Le travail des abeilles permet au monde agricole d’économiser plus de 150 milliards d’euros par an au niveau mondial ; si celui-ci devait être effectué par l’homme, son coût serait alors bien plus élevé...."

Qu'est ce que le GRAPP ?

Le GRAPP est un groupement à vocation technique et syndical qui rassemble actuellement en Rhône-Alpes des apiculteurs professionnels qui offrent un service de pollinisation.

Il agit en partenariat avec les filières agricoles régionales sur différentes actions, et participe notamment à des moments d’échange et de sensibilisation sur le thème spécifique de la pollinisation.

Les objectifs de ce groupement sont de satisfaire les besoins en pollinisation des agriculteurs le contactant, de former ses membres, soucieux de la qualité de leur prestation, de mettre à disposition des fiches techniques, support de dialogue entre apiculteurs et agriculteurs et de mettre en place des expérimentations en collaboration avec les organismes de recherche publique et des centres techniques.

Le GRAPP met également à disposition des apiculteurs pollinisateurs adhérents des outils tels que les contrats de pollinisation. Par ailleurs, les adhérents du GRAPP s’engagent à respecter une charte de qualité garantissant aux agriculteurs un service de pollinisation performant.

Pourquoi le Cruiser OSR de Syngenta est-il mortel pour les abeilles ?

Le Cruiser OSR de Syngenta contient 3 substances actives : le thiaméthoxam (insecticide), le fludioxinil (fongicide), et le métalaxyl-M (fongicide).

Lire aussi sur Suite 101 :

Craintes d'éventuels semis précoces de maïs OGM Monsanto

Par ailleurs, l’UNAF regrette que "Les arguments avancés pour étayer cette interdiction ne

tiennent pas compte de la menace économique pour l’apiculture, et des risques évidents

pour les agro-écosystèmes qui découleraient du manque de pollinisation du fait du départ

des apiculteurs des zones de culture d’OGM....Les OGM sont incompatibles avec la santé de

l’abeille et la pratique de l’apiculture. C’est donc avec satisfaction que les apiculteurs

accueillent cette annonce de Bruno Le Maire. Mais la météo de ce mois de mars nous fait

craindre d’éventuels semis précoces...."

abeilles : l'interdiction de la culture du maïs OGM Mon 810 au JO

Sur le même sujet