Grands criminels de l'histoire (1) : souvent des chefs d'état

Ironie de l'histoire, c'est un juif, Fritz Haber, qui a contribué, par ses travaux, à exterminer plusieurs millions d'autres juifs, en inventant le Zyklon B
120

Hitler, Staline, Pol Pot, Lénine et quelques autres occupent le haut du podium des grands criminels de l'histoire, au même titre que Ben Laden ou "le vieux de la montagne", qui dirigeait la secte des Assassins. Si les grands criminels de l'histoire se croient toujours investis d’une "mission" et prétendent agir pour le bien de leurs "sujets" de "coreligionnaires" ou plus généralement pour "le bien de l'humanité", l'un des plus grands criminels était un scientifique.

En effet, le chimiste allemand Fritz Haber (1868-1934) a inventé et développé les gaz de combat pour le compte de l’armée allemande. Fritz Haber est né le 9 décembre 1868 à Wrocaw , en Allemagne , et est mort le 29 janvier 1934 à Bâle , en Suisse . Ce chimiste allemand a reçu le prix Nobel de chimie de 1918 pour ses travaux sur la synthèse de l'ammoniac importante pour la fabrication d' engrais et d' explosifs . Il est également considéré comme le « père de l' arme chimique » pour ses travaux sur le chlore et d'autres gaz toxiques largement utilisés pendant la Première Guerre mondiale , ainsi que pour la mise au point du Zyklon B . D'origine juive, il fut contraint à l'exil en 1933 et mourut sur le chemin de Bâle en Suisse .

Ironie du sort, c’est ce savant juif qui a contribué, par ses travaux, à exterminer six millions d’autres juifs, gazés dans les camps de concentration nazis.

Haber est l’archétype du savant opportuniste, agissant sans le moindre scrupule

Force est de constater que, dans la réalité, les "grands exterminateurs" ne poursuivent en fait le plus souvent que des buts personnels ou « de clan ». Comme dit l’adage : celui qui tue une personne est un assassin , celui qui en tue dix est un « serial killer », celui qui en tue un million est un « homme d’Etat ». Tuer à petite échelle relève de la criminalité, tuer à très grande échelle relève de la statistique, tuer au nom de « dieu » relève de la « mission divine » ! Ce triste constat a été maintes fois vérifié en vingt siècles....

Le cas du chimiste allemand Fritz Haber (1868-1934) qui développa les gaz de combat pour le compte de l’armée allemande, mérite de se pencher sur les motivations de l'homme.

Bien que n’ayant pas inventé les gaz de combat (qui furent déjà utilisés par l’armée britannique au cours de la guerre des Boers), Haber fut véritablement obsédé par la mise au point des gaz mortels. Il est d'abord responsable de la mort de plusieurs centaines de milliers de soldats qui furent "gazés" comme des rats au cours de la première guerre mondiale. Cela n’empêchera nullement le jury du Prix Nobel de lui décerner le prix de chimie en 1919 !

Son épouse Clara avait rapidement compris la monstruosité des inventions de son mari. Chimiste elle aussi, elle se suicidera de désespoir en 1916, après qu’il eut refusé de mettre un terme à ses travaux sur les gaz de combat.

Haber était juif mais, par opportunisme, ce Prussien archi-nationaliste finira par se convertir au christianisme. Après la première guerre mondiale, il développera le gaz mortel "Zyclon B" dont les nazis se serviront dans leurs « chambres à gaz » (essentiellement destinées à l’élimination massive des populations juives). Haber est l’archétype du savant opportuniste, agissant sans le moindre scrupule.

Six millions de juifs tués au Zyklon B par les nazis

Comme le précise le site Wikipedia, "le Zyklon B est un produit de la firme allemande Degesch , un insecticide à base d' acide cyanhydrique , issu des recherches du chimiste Fritz Haber . Durant la Seconde Guerre mondiale , les nazis l'ont utilisé dans les chambres à gaz des camps d'extermination : les premiers essais homicides ont été effectués dans le bloc 11 d'Auschwitz sur des prisonniers de guerre soviétiques mais la plupart des victimes du Zyklon B ont été les Juifs d'Europe assassinés durant la Seconde Guerre mondiale.

"Ce qui était initialement un pesticide ne fut jamais utilisé comme gaz de combat, en raison de sa trop faible densité, qui entraîne sa dispersion aléatoire au moindre souffle de vent. Son utilisation comme pesticide agricole n'est pas attestée en 1935...."

Personne à ce jour n'a fustigé le comportement de l’Académie Nobel, qui s’est discréditée à plusieurs reprises en attribuant des prix à des criminels notoires, qu’il s’agisse de Fritz Haber(1919), ou du Palestinien Arafat (1994).

Sur le même sujet