Guide Michelin 2011 : indiscrétions sur les promus et les oubliés

L'édition 2011 du célèbre guide Michelin réserve quelques surprises avec 117 nouveaux restaurants "Bib Gourmand", et quelques oublis de taille.

Le 28 février 2011 est attendu avec impatience par de nombreux chefs et restaurateurs. C'est à cette date que les célèbres concepteurs du guide rouge dévoilent leur sélection, les "nouvelles étoiles", l'intégralité des restaurants bénéficiant du "Bib Gourmand", les recalés.

601 restaurants gratifiés d'un "Bib Gourmand" dont 117 nouveaux

Sans rejouer le célèbre film L'aile ou la cuisse et le "Guide Duchemin" cher à Louis de Funès, le guide rouge a considérablement augmenté les distinctions pour la sortie de son édition 2011. Ainsi, des indiscrétions concordantes, confirmées ce 31 janvier par le service de presse du célèbre guide, font état de 601 restaurants gratifiés d'un "Bib Gourmand", dont 117 attributions nouvelles.

Du jamais vu, de mémoire d'inspecteur du Michelin ! Jamais le nombre d'établissements "bibés" n'a été aussi élevé en France. Avant la sortie du célèbre guide rouge 2011, le "guide des bonnes petites tables du guide Michelin France 2011" , qui précède son aîné de quelques semaines et dont la cinquième édition est mise en vente ce 1er février, devrait confirmer cette tendance en annonçant les 601 nominés.

Visiblement, la crise est passée par là ! Les lauréats de "Bib Gourmand" présentent une caractéristique : ces établissements offrent généralement un menu complet à moins de 29 euros en province (33 euros le week-end) et de 35 euros à Paris, dans tous les styles de cuisine, qu'il s'agisse du terroir, de l'inventif, d'une cuisine classique ou exotique, ou de chefs privilégiant la gastronomie traditionnelle.

Peu de changements dans les macarons

Par contre, il y aurait peu de nouveaux promus parmi les étoilés, le peloton de tête des Marcon, Gagnaire, Troisgros, etc, conservant ses prestigieuses distinctions, dans un pré carré devenu de plus en plus inaccessible à bien des jeunes talents, ou à bien des chefs chevronnés officiant en Province. Dans ce constat, Sophie Pic (Valence) est l'exception qui confirme la règle !

Dans l'Est de la France, aux portes de Strasbourg, le guide rouge devrait surprendre, en consacrant un nouveau talent, la jeune Caroline Van Maenen, patronne du Relais de la Poste de La Wantzenau. Certes, le Relais de la Poste est connu en Alsace. Mais l'équipe avait changé, et cette étape élégante et gourmande incontournable avait été rachetée par une jeune diplômée. En effet, jeune trentenaire, Caroline Van Maenen avait repris à Jérôme Daull son Relais de la Poste en février 2009 , et à force de méthode et de qualité, elle décroche sa première étoile au guide Michelin.

L'accession de Caroline Van Maenen , étoile montante de la cuisine Alsacienne, dans le cub des "étoilés" du guide rouge devrait être la principale caractéristique du Michelin France 2011. En effet, en dehors de ce nouveau visage féminin dans le palmarès, le cru 2011 du guide rouge aura surtout la particularité de n’accueillir aucun nouveau "3 étoiles", ce qui ne s’était pas produit depuis 1992.

Il y a même une grogne dans certains départements, à l'image de l'Ardèche, du Gard, de la Lozère, où plusieurs chefs regrettent les passages rarissimes (une fois tous les trois ans) des inspecteurs du Michelin. A décharge pour ces derniers : ils ne peuvent être partout, le guide Rouge étant devenu un "porte avions' de la critique gastronomique.

Des oubliés avec des chefs talentueux, qui mériteraient d'être reconnus

Dans la Vallée du Rhône, en limite du Nord Ardèche et de l'Isère, l'hôtel-restaurant Schaeffert de Serrières (07), avec le chef Bernard Mathé aux fourneaux, constitue l'exemple même des oubliés du Michelin. Ce redoutable professionnel, qui n'a pas son pareil pour mitonner les viandes avec truffes ou morilles, pour poeler les ris de veau ou pour lancer des Saint-Jacques aux aromates, rivalise avec bien des chefs ayant deux étoiles au guide rouge. Malgré sa cuisine classique, renouvelée et créative, le chef Bernard Mathé n'a jamais été gratifié de la moindre récompense. Pas même un "Bib Gourmand".

Scénario presque identique en Haute-Loire, à Saint-Bonnet-Le-Froid, où le chef André Chatelard (restaurant Chatelard, 43) se démène, dans ses cuisines, pour concocter des mets traditionnels, dans une symphonie aromatique et créative. L'établissement, affichant un rapport qualité-prix remarquable, à quelques encablures de la forteresse de Régis Marcon (trois étoiles dans le guide), n'a jamais été gratifié de la moindre étoile. Depuis une époque très récente, le guide rouge consent tout juste un "Bib Gourmand" au restaurant Chatelard.

On pourrait multiplier les exemples de ces "grognards de la cuisine Française", qui créent à marche forcée et à prix réduits, et qui "passent aux oublis" lors de la distribution des récompenses du célèbre Guide Rouge.

Pour tous les autres, comme pour les gastronomes, la sortie du Guide Michelin France 2011" , constituera, à n'en pas douter un évènement, heureux pour les promus, une mauvaise nouvelle pour les recalés, et plein d'espoir pour tous ceux qui s'améliorent, d'année en année, et qui attendent une consécration.

Lire aussi sur Suite 101

Alain Louy, avocat à Strasbourg, fait partie de ces avocats qui ont dérapé. Maître Alain Louy, dans sa phobie des abeilles, a tenté de réduire les droits d'un papa apiculteur, en présentant les abeilles comme féroces, à la veille d'Apidays. Echec. Veille d'Apidays, un avocat strasbourgeois attaque les abeilles

CONT12

Sur le même sujet