Incendie accidentel à Marseille à la maison de retraite : 6 morts

L'incendie a été provoqué par un pensionnaire de 75 ans, qui tentait d'ouvrir un paquet de bonbons avec un briquet, et l'enquête judiciaire se poursuit.

Incroyable mais vrai ! L'incendie d'une maison de retraite, qui a fait six morts dans la nuit de mardi 13 décembre 2011 à mercredi 14 décembre 2011 à Marseille, a été provoqué accidentellement par un pensionnaire de 75 ans qui tentait d'ouvrir un paquet de bonbons avec un briquet. Les causes du sinistre sont confirmées par le Procureur adjoint de la République de Marseille, joint par téléphone.

Selon un policier, contacté par téléphone, mais qui souhaite conserver l'anonymat, "Le sinistre s'éstt déclenché au troisième étage de cet établissement privé baptisé "Les Anémones", dans le quartier de Saint-Julien, dans le très résidentiel arrondissement de la cité phocéenne. Six pensionnaires, des femmes âgées de 51 à 93 ans qui ne pouvaient se déplacer seules, sont mortes intoxiquées dans le sinistre, qui a fait également 13 blessés dont trois graves, une femme de 91 ans et deux hommes de 77 et 85 ans...."

Le bilan aurait pu être beaucoup plus lourd

La ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, Roselyne Bachelot, était attendue sur les lieux dans l'après-midi du 14 décembre 2011, tant la cité phocéenne est choquée par ce drame. Présent sur place, le correspondant de RTL Etienne Baudu explique le 14 décembre à 12h40 que le sinistre a été involontairement déclenché par un patient de 75 ans qui a tenté d'ouvrir un sachet de friandise à l'aide d'un briquet .

Ce reportage sur le vil est complété par Tony Cousin sur RTL le 14 décembre à 13h09 par une analyse des mesures à prendre ' Faut-il prendre de nouvelles mesures de sécurité dans les maisons de retraite ? : l'avis de Pascal Champvert, président de l’Association des directeurs d’établissements pour personnes âgées). Le correspondant de RTL à Marseille Etienne Baudu avait été le premier, ce 14 décembre 2011 à 08h16, a dévoiler l'information et le fait que l'incendie s'est déclaré au troisième étage de l'établissement "Les Anémones", situé dans le XIIème arrondissement de la ville, qui accueille 180 retraités.

"Les six personnes décédées sont des femmes" indique Caroline Pozmentier, adjointe au maire de Marseille chargé de la sécurité et de la prévention de la délinquance. "Le personnel est en véritable état de choc", précise cette élue jointe par téléphone.. L'incendie a débuté dans une chambre du troisième étage et non du quatrième étage comme indiqué par erreur dans un premier temps. Ces deux étages ont été évacués, selon la préfecture.

L'incendie s'est déclaré vers 2 h 30

Selon le procureur adjoint de la République de Marseille, Christophe Barret "L'incendie s'est déclaré ce matin vers 2h30. Il a été assez violent, circonscrit à une seule chambre dont le pensionnaire n'est pas décédé... Il y a trois blessés graves et dix blessés plus légers qui souffrent d'intoxication moins sérieuse", a-t-il ajouté, jugeant que "le bilan aurait pu être encore plus lourd".

Le procureur adjoint de la République de Marseille, Christophe Barret souligne aussi que "Le feu semble avoir pris dans une chambre qui a été entièrement ravagée par les flammes... Les pensionnaires étaient très perturbés".

L'auteur de l'incendie souffre d'une maladie mentale

Selon les premiers éléments de l'enquête de police, "l'occupant de la chambre où l'incendie s'est déclaré a indiqué qu'il avait essayé d'ouvrir un sachet de friandises fermé par un ruban avec son briquet. Le sachet et son lit se sont enflammés....". "L'homme, qui souffre d'une maladie mentale, était en cours d'audition en fin de matinée. Les enquêteurs procèdent également à l'audition du personnel et des pensionnaires.Les victimes étaient réparties dans trois chambres qui n'étaient pas les plus proches de celle où s'est déclenché le sinistre.Le feu a été maîtrisé par les marins-pompiers qui ont déployé sur place 80 hommes et 28 véhicules. Ils ont pris en charge les blessés", précise encore la police, ajoutant que le préfet délégué pour la sécurité, Alain Gardère s'est rendu sur place.

L'enquête a été confiée à la police judiciaire, qui devra également déterminer si la réglementation était respectée en terme de personnel. "Il y avait quatre personnes pour 183 pensionnaires. A priori c'était l'effectif normal pour une nuit", a précisé le procureur adjoint.

Cette maison de retraite est un établissement privé, médicalisé, agréé et conventionné par l'aide sociale, "installé dans un cadre calme, tranquille au pied du village de Saint-Julien", qui accueille des personnes valides, semi-valides et dépendantes dans des unités spécifiques, selon le descriptif de son site Internet.

Les confrères de la rédaction de RTL révèlent que mi-novembre, un incendie dans une maison de retraite de La Rochefoucauld, en Charente , avait fait trois morts et onze blessés. Selon plusieurs témoignages, une cigarette mal éteinte pourrait avoir été à l'origine de ce sinistre. "Le président de la République a tenu à exprimer la très vive émotion du gouvernement à la suite de l'incendie qui a ravagé une maison de retraite à Marseille", a indiqué Valérie Pécresse en rendant compte à la presse des travaux du Conseil, parlant d'un"drame qui nous endeuille tous". A Marseille, les autorités et la population sont sous le choc, après ce nouveau drame.

Sur le même sujet