La contestation en gendarmerie peu relayée à la télévision

Informations, émissions et documentaires traitent très rarement de la grogne qui sévit et perdure dans la gendarmerie et dans les armées....

Le vent de fronde, qui souffle depuis plusieurs années dans les force Armées Françaises, a été porté à ses débuts par des officiers supérieurs de la gendarmerie, notamment par le chef d'escadron Mattelly, en 2007, 2008, 2009, et le colonel Philippe Espie, patron du groupement de gendarmerie de l'Ardèche en 2010. Dans tous les cas, les officiers contestataires ont immédiatement été remplacés par des officiers supérieurs plus dociles. Lire Suite101: Armées Françaises : le colonel Goya défie le ministre G. Longuet

Les "coups de gueule" des officiers supérieurs de la gendarmerie ou des armées ne sont quasiment pas relayés par les journaux télévisés, les reportages ou les documentaires des chaînes télévisées. En juin 2011, c'est un officier supérieur de l'armée de terre, le colonel Goya, qui brosse un tableau catastrophique du moral des soldats, et ses propos n'ont été repris que par quelques supports de la presse écrite. Parus dans l'édition du Figaro du 22 juin , les critiques du colonel Michel Goya, membre de l'Institut de recherche stratégique de l'Ecole militaire (IRSEM), ont suscité la réaction, le 22 juin 2011, du ministre de la défense Gérard Longuet.

Ce dernier s'est fendu, dès le début d'après-midi, du 22 juin d' un communiqué , destiné à répondre à l'article. On peut y lire que"Gérard Longuet tient à réagir vivement à l'article paru ce jour dans Le Figaro concernant l'armée française et les conséquences de son engagement sur les différents théâtres d'opérations. Il dénonce des amalgames infondés et de sérieuses lacunes stratégiques....". Le ministre de la Défense Gérard Longuet est confronté à une situation léguée par ses prédécesseurs au ministère de la Défense. Comme le Général Marcel Bigeard en 1975 ( Bigeard, l'éternel combattant ), l'homme politique Lorrain Gérard Longuet a une capacité d'écoute et d'organisation. Lire Suite101: Armées Françaises : le colonel Goya défie le ministre G. Longuet

2007, 2008, 2009 : des officiers de gendarmerie sanctionnés pour s'être exprimés

Le chef d'escadron Jean-Hugues Mattelly avait reçu, le mardi 8 janvier 2008, un "blâme du ministre de la Défense" pour s'être exprimé publiquement de manière critique envers le gouvernement et la Gendarmerie nationale. Cet officier de gendarmerie, âge de 42 ans, menait, depuis plusieurs années un combat pour la liberté d'expression et d'association des gendarmes, qui sont des militaires. Cet Universitaire, associé au CNRS, auteur de travaux critiques sur les chiffres de la délinquance, anime le site Gendarmes et citoyens .

La sanction qui l'a touché est la plus élevée du premier niveau. C'est cette punition qui avait, par exemple, été infligée au général Henri Poncet pour avoir couvert le meurtre d'un ressortissant ivoirien. Le ministère de la Défense lui a reproché de s'être exprimé à deux reprises sur RTL les 23 octobre et 12 novembre 2007, puis d'avoir signé un éditoriel de l'Essor , le journal de l'Union nationale des personnels en retraite de la gendarmerie.

La direction de la Gendarmerie a affirmé que l'officier s'est "largement affranchi " de son devoir de réserve. La liberté d''expression, garantie aux militaires par leur statut, "exige une certaine modération", ajoutait la hièrarchie. Jean-Hugues Matelly (qui est juriste) entendait se placer sur le plan purement juridique. L'officier a déposé un recours devant le Conseil d'Etat pour "excès de pouvoir" contre la sanction le visant, et o obtenu gain de cause

Le mécontentement des gendarmes est souvent dénoncé sur internet

Pour Jean-Yves Fontaine, sociologue à l'Université de Caen, auteur de "Malaise dans la gendarmerie" (avec Florence Samson, PUF 2005), le forum Gendarmes et citoyens, animé par le commandant Matelly,"semble réunir tous les attributs d'un proto-syndicat". "Ce vecteur électronique représente aux yeux des personnels de la gendarmerie, qui s'y réunissent en nombre toujours plus important, l'unique moyen d'exprimer efficacement des revendications corporatives qui s'articulent autou de la parité avec la Police nationale". Le sociologue se demande si la sanction prise à l'encontre de l'officier ne vise pas en "l'adoubement officieux du commandant Matelly en tant que meneur afin de mieux canaliser le mécontentent et d'éviter les dérapages et les débordements" ?

Un an auparavant,, un adjudant-chef de gendarmerie Jean-Luc Provost avait été puni de trente jours d'arrêt avec sursis, une sanction moins sévère que celle touchant le commandant Matelly. Il était reproché à ce sous-officer de s'être exprimé, le 9 novembre 2007, sur TF1 à visage découvert pour dénoncer la "dégradation du moral des gendarmes".

Après la mutation du colonel de gendarmerie Philippe Espie, patron du groupement de l'Ardèche, qui avait osé critiquer "l'intégration de la gendarmerie au Ministère de l'Intérieur" début 2010 ( http://www.leparisien.fr/reactions/flash-actualite-politique.php?article=gendarmerie-un-colonel-critique-l-integration-au-ministere-de-l-interieur-12-03-2010-846189&page=0#reagir ) et qui a été rapidement remplacé dans ses fonctions par le lieutenant-colonel Emmanuel Josse, officier supérieur beaucoup plus docile, après les sanctions infligées en 2008 et 2009 au chef d'escadron de gendarmerie Jean-Hugues Mattelly, qui avait osé s'exprimer publiquement de manière critique envers le gouvernement et la Gendarmerie nationale, le ministre de la Défense et l'état-major croyaient "l'incendie éteint".

Il n'en est rien ! La grogne persistante a trouvé un nouveau porte parole en la personne du colonel Michel Goya, . Ses deux phrases les plus percutantes sont en exergue, bien en vue en bas de page dans un quotidien national proche du pouvoir : "Les armées françaises sont atteintes de mélancolie. Rien pour l'instant qui affecte la capacité à remplir efficacement les missions données, mais cela ne peut cependant manquer d'inquiéter." Armées Françaises : le colonel Goya défie le ministre G. Longuet

Lire aussi sur Suite 101 : Aucune information ou documentaire ne relaie le malaise et la grogne qui sévissent au sein des armées.... Des consignes de discrétion ont-elle été données ? Le malaise dans l'armée occulté par la télévision et les radios

Un 63e soldat français a été tué, le 25 juin, en Afghanistan, où les pertes s'alourdissent. Il a été tué en opération : Conflit en Afghanistan : un soldat français tué le 25 juin 2011

Alain Louy, avocat à Strasbourg, a tenté de réduire les droits d'un papa apiculteur, en présentant les abeilles comme féroces, à la veille d'Apidays. Echec.: Veille d'Apidays, un avocat strasbourgeois attaque les abeilles .

Sur le même sujet