La Favorite chez Fayard raconte la vie de Valérie avec F Hollande

Déjà en librairie, La Favorite (Fayard) de Laurent Greilsamer offre une rentrée agitée à Valérie Trierweiller, décrite dans les coulisses du pouvoir. Exquis
41

Plus discrète qu' Anne Gravoin, épouse de Manuel Valls et épine dans le pied de François Hollande, Valérie Trierweiller vit néanmoins une rentrée agitée dans les librairies, vu le grand nombre de livres qui lui sont consacrés. "Comme je le pressentais, tu t'es révélée hors norme, impériale, amoureuse, explosive, imprévisible. Et visiblement dangereuse", écrit le journaliste Laurent Greilsamer en interpellant Valérie Trierweiler dans l'un des nombreux livres consacrés à la Première dame en cette rentrée et baptisé "la Favorite" (éditions Fayard).

Quelques mois après l'arrivée à l'Elysée de son compagnon François Hollande, et un tweet dévastateur, Valérie Trierweiler inspire une série d'ouvrages qui tentent de décrypter sa personnalité ambivalente, son influence sur François Hollande.

Déjà en librairie depuis le 16 août 2012, La Favorite (Fayard) de Laurent Greilsamer montre Valérie Trierweiller en couverture arpentant, seule, un tapis rouge. Avec le poids des mots et le choc des photos, les éditions Fayard ont réuni tous les ingrédients d'un succès littéraire de rentrée.

Un dialogue imaginaire par un auteur qui connait bien Valérie

Laurent Greilsamer devrait, vu la qualité du livre, se hisser au hit parade des ventes grâce aux sublimes dialogues édités par Fayard, avec le premier livre entièrement consacré à la première Dame, Valérie Trierweiler, sous le titre La Favorite .

Impériale ? Trop amoureuse ? Délaissée ? Trop jalouse ? Les questions sur Valérie Trierweiler se bousculent depuis l’élection de son compagnon, François Hollande, à la présidence de la République, et surtout depuis la fameuse affaire du tweet qui pourrait bien l’avoir définitivement fait basculer du côté des grosses gaffeuses. Pour répondre à quelques-unes de ces interrogations, le journaliste et écrivain, Laurent Greilsamer publie un livre sous forme de journal de bord délivrant les impressions sur la première Dame depuis le 6 mai 2012.

Chère Valérie et un tutoiement de rigueur au fil des 112 pages

Comme le montre le premier extrait disponible, l’auteur interpelle familièrement sa consoeur Valérie, en vertu de la règle qui impose le tutoiement entre les journalistes, et lui adresse un courrier légitimant son choix d’écrire sur elle : "C’est le 6 mai 2012, chère Valérie Trierweiler, au soir de l’élection présidentielle que j’ai écrit les premières lignes de ce journal qui est devenu le tien. C’est à partir de ce moment que j’ai suivi tes faits et gestes. Je ne regrette pas cette impulsion. Comme je le pressentais, tu t’es révélée hors norme, impériale, amoureuse, explosive, imprévisible. Et visiblement dangereuse", avance Laurent en introduction.

Complexe Valérie, tu écopes d'un surnom Twitterweiller

Sans manquer de souligner dès les premiers mots les ambivalences de la compagne du président,- omniprésente à ses côtés tout en prônant la discrétion, Laurent Greilsamer emploie un ton mi bienveillant, mi ironique qui ne manquera pas de déceler toute la complexité d’une personnalité désormais incontournable de la Ve République.

Comment rester insensible à quelques bonnes feuilles de ce livre ? A l'image de la scène du 15 mai 2012, jour de l'investiture de François Hollande. L'auteur s'adresse encore plus familièrement à sa consoeur :"C'est le 6 mai 2012, chère Valérie Trierweiler (...) que j'ai écrit les premières lignes de ce journal qui est devenu le tien. C'est à partir de ce moment que j'ai suivi tes faits et gestes....".

Et Greilsamer relate le twet assassin de soutien à l'adversaire de Ségolène Royal pendant les législatives. Première dame contre première compagne... Il insiste sur les ambivalences de Valérie Trierweiler, dont les aïeuls possédaient la banque Massonneau, mais qui a connu une enfance très modeste. "Ce déclassement explique-t-il ton envie de lumière?" interroge le journaliste.

Sur le même sujet