La saga de Jacky Imbert, dernier "parrain" de Marseille (2)

Légende du milieu Marseillais, miraculé des guerres de succession, Jacky Imbert avait monté une écurie de courses avec Alain Delon.
20

Dans le premier volet de l'enquête publiée, sous le titre de Jacky Imbert, l'immortel parrain marseillais, une légende vivante , beaucoup de marseillais relatent une certaine époque. Et Jacky Imbert se défend d'être "le dernier parrain", même si policiers, enquêteurs, magistrats en sont persuadés. Tous ces professionnels de la justice considèrent Jacky Imbert, dit "le Mat" comme l'un des derniers grands parrains marseillais. L'homme, qui se dit "rangé", continue de jouer aux cartes dans un café de la place, le dos à la vitre. Le privilège des grands, qui ne craignent pas d'être abattus tant ils sont redoutés !

Pour l'encyclopédie Wikipedia, "Jacky Imbert est un ancien subordonné de Zampa, devenu son rival. Selon certains, il serait devenu le véritable parrain de Marseille après la guerre menée en 1977 contre Zampa....Après le "suicide" de Zampa en 1984, Le Mat et Francis le Belge s’associent pour « nettoyer » le clan Zampa afin de s’assurer qu'il ne tentera pas de prendre sa revanche. Entre avril 1985 et février 1987, une douzaine d'ex-lieutenants de Zampa sont tués..."

Certains faits marquants de la vie de Jacky Imbert méritent le détour, comme sa passion pour les chevaux et les courses, ou son "emploi" dans une parfumerie à Paris.

Jacky Imbert avait monté une écurie de courses avec Alain Delon

Rien ne prédestinait Jacky Imbert à une carrière marseillaise. D'autant plus que Marseille restait le fief des frères Guerini, des truands politiquement protégés, qui avaient fait le"coup de feu" dans la résistance aux côtés de Gaston Defferre, qui allait devenir le ministre socialiste de l'Intérieur. Et beaucoup se souviennent de la cité phocéenne, à l'époque de François Marcantoni , où comme au cinéma, les gangsters étaient surarmés...

Pourtant, à la fin des années 60, Jacky Imbert s'installe à Marseille. Avec "Tany" Zampa, il part à l'assaut de l'empire Guerini "laissé en jachère" selon l'expression préférée de Jacky. Ils sont également associés à Francis Vanverberghe, le "Belge" de la Belle-de-Mai. Mais en 1973, et comme c'est souvent le cas lorsqu'il y a beaucoup d'argent en jeu, les amis d'hier deviennent ennemis. Zampa et Vanverberghe se lancent dans une guerre sans merci. Si le "Mat" se range dans le camp de "Tany", il saura se tenir à l'écart des règlements de comptes.

Il préfère naviguer dans le show-biz et le milieu des courses, dont il est devenu une figure, dans le sillage d'Alain Delon.. Avec l'acteur, il monte une écurie de courses, mais l'affaire tourne court, son nom apparaissant à propos du scandale d'un tiercé truqué, le prix Bride-Abattue, bien qu'il s'en soit toujours défendu. Et, prudent, Alain Delon préfère prendre ses distances !

Sur le même sujet