Le "bagne" et Cayenne pour le ministre de la justice M. Mercier

Infatigable, le ministre de la justice Michel Mercier fait le tour de France des prisons. Après Roanne, il y a quelque jours, direction Cayenne du 9 au 11/0
19

Après la visite médiatisée du centre de détention de Roanne dans la Loire, il y a quelques jours, le ministre de la Justice poursuit son tour de France des prisons. Sans oublier les Dom-Tom. Ainsi, le Garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Libertés, se rendra en Guyane du jeudi 9 au samedi 11 février 2012.

La prison "La Matourienne" au menu

Le 9 février 2012 à 17h30, le ministre Michel Mercier procèdera à l'inauguration, la visite, puis aux discours d’inauguration de la Cour d’appel.

Pour tous ceux qui ont en mémoire le célèbre bagne de Cayenne, avec le roman de "Papillon", la grosse journée se déroulera le 10 février, dès 8h30, avec l'arrivée du ministre au Centre pénitentiaire de Remire-Montjoly, plus connu localement sous le vocable de "La Matourienne".

Après la présentation du Centre pénitentiaire, suivi d’un point sur les dispositifs d’enseignement et de formation, avec un accès restreint, il y aura la visite de la détention et la visite du quartier femmes et nourrices

La matinée se poursuivra à 9h50, avec un entretien avec les organisations syndicales à huis-clos, suivi à 10h30 d'un point presse informel.

Nouvelle étape à 14h30, avec l'arrivée du ministre et des officiels au greffe détaché de Saint-Laurent-du-Maroni, avenue du Lieutenant Colonel Chandon, pour une rencontre avec les magistrats et fonctionnaires, rencontre qui se déroulera à huis-clos.

Le camp de la transportation de Saint-Laurent du Maroni

Le même jour à 15 h 30, le ministre Michel Mercier et les officiels procèderont à la visite du camp de la transportation de Saint-Laurent du Maroni, suivi à 16h de la visite des services de la police aux frontières, puis d'une tournée à la la Compagnie de Gendarmerie à 16 h 30.

Le samedi 11 février le matin, les rencontres se poursuivront à Cayenne avec les représentants des professions juridiques et judiciaires. Puis, l'après-midi, Michel Mercier Visitera le Centre éducatif renforcé de Cacao, poursuivant à huis-clos sa visite sous la protection de la police et des gendarmes.

Michel Mercier a organisé la plus grosse mutation de magistrats de la V ème République

Comme Suite 101 le révélait, il y a plusieurs mois, Avec plus de 300 magistrats mutés avant Noël, la justice bouge , Michel Mercier a été l'instigateur d' un mouvement automnal annoncé de 300 magistrats. Ces spectaculaires "chaises musicales" avaient suscité les réactions des différents syndicats de magistrats, à l'image du Syndicat de la Magistrature ou de l'Union Syndicale des Magistrats. Ces derniers redoutent un "verrouillage" , principalement à Paris, mais aussi en Province.

Jointe par téléphone, la magistrate Virginie Duval, secrétaire générale de l'USM (majoritaire chez les magistrats avec plus de 2000 adhérents), critique sans détour les choix du Lyonnais Michel Mercier pour Paris : "On est toujours dans des nominations éminemment politiques. Là, c'est évident", dénonce Virginie Duval. "Dès lors, même si François Molins était considéré comme un très bon procureur à Bobigny, des suspicions existent, fondées ou pas sur d'éventuelles pressions dans la gestion des affaires sensibles....".

Certains magistrats promus affichent des relations politiques bien encombrantes

Que penser de la volonté affichée de Michel Mercier, voici plusieurs mois, de placer son plus proche collaborateur à la tête du parquet général de Lyon ? Comme le confiait la magistrate Virginie Duval au journal "Lyon Capitale" "Si on nomme ses proches aux postes clés, il n'y a plus besoin de passer des coups de fils pour intervenir" dans les dossiers sensibles ! Y aurait-il des enquêtes délicates dans le Rhône, ou des dossiers susceptibles de sortir, méritant la présence d'un magistrat chevronné de 58 ans, proche de l'UMP ? Car François Molins est depuis juin 2009 directeur de cabinet du garde des Sceaux, d'abord de Michèle Alliot-Marie (2009-2010) puis de Michel Mercier (depuis novembre 2010).

Dans son communiqué, diffusé le 15 octobre, le Syndicat de la magistrature (SM, gauche) a, lui aussi, ouvertement critiqué le fait que Michel Mercier propose son propre directeur de cabinet à ce poste stratégique de Paris, en fustigeant "sa proximité avec le pouvoir exécutif" et en qualifiant de "verrouillage" cette éventuelle nomination. D'autant plus qu'elle survient, selon le SM, "au moment où éclosent des affaires sensibles pour le pouvoir. S'il y a un précédent en la matière, la nomination de Laurent Le Mesle comme procureur général de Paris après qu'il eut été conseiller du président de la République et directeur de cabinet du garde des Sceaux, c'est précisément avec cette fâcheuse habitude qu'il convenait de rompre" .

La tournée des prisons et la visite très médiatisée de Cayenne sont-elles là pour faire oublier les centaines de mutations hivernales, à moins de trois mois de l'élection présidentielle ? Alors que Nicolas Sarkozy ne s'est toujours pas déclaré et que sa côte de popularité est au plus bas....

Sur le même sujet