Le calendrier des fées 2013 édité par le pré aux clercs est sorti

Imprégnée par l'imaginaire celtique, l'illustratrice Sandrine Gestin fait partager son rêve dans le calendrier des fées 2013, en librairies en août 2012.

Selon Marie Auzias-El Kadiri, chargée de la communication des éditions Le Pré aux clers, "C'est une plongée dans l'univers féérique et fantastique avec Sandrine Gestin , illustratrice reconnue et appréciée des amateurs de fantasy, qui a créé spécialement douze illustrations de fées dans un univers enchanteur afin que l'année se déroule en toute sérénité sous le signe de la douceur et de la magie.

"On retrouve les fêtes du mois, ainsi qu’une citation d’un célèbre écrivain inspiré par le merveilleux. Fées, répandez partout la rosée sacrée des champs ( Shakespeare, Songe d'une nuit d'été ). La bonne grâce est le vrai don des fées ; sans elle on ne peut rien, avec elle on peut tout ( Charles Perrault, Cendrillon ). Un peu de charme féérique pour illuminer notre monde trop austère. ....".

Un univers de rêve mis en scène par Sandrine Gestin

Déjà dans toutes les librairies depuis le 16 août 2012, le calendrier des féés 2013 devrait connaître un vif succès auprès du jeune public. C'est aussi une idée de cadeau pour parents et grands-parents, les enfants adorant accrocher ce "parchemin de rêves" dans leur chambre. Sans se ruiner puisque ce calendrier merveilleux est vendu 15 euros.

Qui est Sandrine Gestin ?

Illustratrice ayant à son actif plus d'une soixantaine de fééries, Sandrine Gestin est née le 16 novembre 1969 à Quimper en France. Elle y reste jusqu'en 1974, date à laquelle, avec toute sa famille, elle part pour Libreville, capitale du Gabon, en Afrique Equatoriale. Elle y passera 5 années qui sont pour toujours gravées dans sa mémoire. En 1989, après son bac, elle intègre l'ESAG, Ecole Supérieure d'Arts Graphiques, anciennement Atelier Mets de Penninghen. Elle y passera 3 années à apprendre toutes sortes de disciplines.

Sandrine Gestin est imprégnée par l'imaginaire celtique

Serait-elle la réincarnation de Guenièvre, la fille du roi Léodagan de Carmélide et dame du légendaire roi Arthur ? Toujours est-il que Sandrine Gestin s’est toujours imprégnée de la culture et de l’imaginaire celtique. Aussi son premier choc est Faeries de Brian Froud et Alan Lee , c’est pour elle la porte ouverte à tous ces fabuleux illustrateurs comme, entre autre, Wojtek Siudmak , John Howe , Rodney Matthews , Patrick Woodroffe ou encore Arthur Rackham… Elle n’oublie pas côté BD, Bilal , Rosinski, Moebius , Dave Maclean, Simon Bisley , Bill Sienkiewicz et Franck Miller. Mais, bien sûr, ce sont les grands maîtres qui ont eu le plus d’influence sur elle.

Sa biographie officielle révèle que "les somptueux clairs obscurs de Rembrandt, le romantisme de Waterhouse, les ambiances feutrées de Vermeer, les lumières de De la Tour et le merveilleux maniérisme de Mucha l'ont toujours attiré..... Aussi même si elle a toujours voulu faire de la BD, une fois convaincue qu’elle devait passer à autre chose, elle se met à démarcher les éditeurs de livres et les magazines spécialisés dans l’imaginaire.

"Sa première illustration est pour feu le magazine de jeux vidéo Tilt. Elle fait ensuite la couverture du jeu vidéo Arena, the elder scroll pour Ubisoft. Suivent des couvertures de romans pour les éditions J’ai lu , Denoël , Mnemos et Nestiveqnen , ainsi que des illustrations pour Casus Belli, Dragon magazine et Science et vie junior. Parallèlement, dès 1993, elle commence son premier livre pour enfants chez Gründ, qui même si le scenario ne lui correspond pas, lui permet de réaliser et d'écrire ses premiers livres, La Cité aux 100 mystères et La vallée aux 100 prodiges....".

Sandrine Gestin a vraiment été révélée par le Pré aux clercs

Si elle utilise l'acylique jusqu'en 1994, Sandrine la trouve un peu rigide à son goût et s'essaye, sur trois livres pour enfants et plusieurs couvertures de romans, à l'aquarelle plus fluide et subtile. Mais c'est en 1998, en passant de l’acrylique à l’huile, que sa carrière de peintre et d’illustratrice prend une tout autre ampleur et qu'elle a le sentiment d'être arrivée à la fin d'une première quête, celle de sa technique.

Elle participe également à différentes expositions et gagne quelques prix, Grand prix du public de Vision du Futur en 2000, Prix du meilleur illustrateur lors des Imaginales en 2002, Grand Prix de l’Imaginaire reçu aux Utopiales à Nantes en 2003, etc… Elle participe également à des projets autres que l’édition pure, comme l’élaboration de statuettes en 2002 ou la conception d’un pendentif en 2004. En 2006 les choses changent avec la sortie de son premier livre vraiment personnel, "La Petite Faiseuse", ou "l’étonnant voyage d’une fée", aux éditions Au Bord des Continents et la collaboration avec les éditions du Pré aux Clercs pour les Encyclopédies du Merveilleux, entre autres.

Sandrine Gestin trouve l'inspiration au coeur du Lot

Son artbook La Légende des Dames de Brocéliande est son sixième livre chez Au Bord des Continents après Sous le signe des fées et Le temps des Fées et elle a participé en deux ans à cinq encyclopédies et quatre Calendriers des fées depuis 2007 pour Le Pré aux Clercs.

Elle est aussi co-fondatrice d' Art&Fact , association des illustrateurs et illustratrices professionnels de la Science Fiction, du fantastique et du merveilleux. Sandrine Gestin a quitté Paris pour s’installer à Martel, un village médiéval, dans le Lot. La galerie dédiée à l'artiste ici témoigne de sa créativité et de son talent..

Sur le même sujet