Le malaise dans l'armée occulté par la télévision et les radios

Aucune information ou documentaire ne relaie le malaise et la grogne qui sévissent au sein des armées.... Des consignes de discrétion ont-elle été données ?
34

Télévisions et radios ont-elles reçu des consignes de la part des plus hautes autorités de l'Etat ? Force est de constater que la plupart des chaînes de télévison diffusent régulièrement, depuis plusieurs mois, des reportages sur l'école interarmes de Saint-Cyr, sur la formation des officiers et des soldats, sur les unités qui opèrent en Afghanistan, etc..

Aucune radio nationale, aucune télévision publique ou privée n'a relayé, à ce jour, les critiques graves, exprimées par plusieurs officiers supérieurs en activité, "d'incapacité de l'armée à remplir efficacement les missions données....". Une chape de plomb médiatique a noyé dans le sarcophage du silence les récentes critiques émanant d'officiers supérieurs. Sans la conscience professionnelle de quelques quotidiens nationaux, les avis critiques d'officiers ne seraient jamais sortis des casernes !

La grogne des colonels : "Les armées atteintes de mélancolie"

Après l'affaire du colonel de gendarmerie Philippe Espie, patron du groupement de l'Ardèche, qui avait osé critiquer "l'intégration de la gendarmerie au Ministère de l'Intérieur" début 2010 ( http://www.leparisien.fr/reactions/flash-actualite-politique.php?article=gendarmerie-un-colonel-critique-l-integration-au-ministere-de-l-interieur-12-03-2010-846189&page=0#reagir ) et qui a été rapidement remplacé dans ses fonctions par le lieutenant-colonel Emmanuel Josse, officier supérieur beaucoup plus docile, après les sanctions infligées en 2008 et 2009 au chef d'escadron de gendarmerie Jean-Hugues Mattelly, qui avait osé s'exprimer publiquement de manière critique envers le gouvernement et la Gendarmerie nationale, le ministre de la Défense et l'état-major croyaient "l'incendie éteint". Rassurés par les silences médiatiques des principales chaînes de télévision.

Il n'en est rien ! La grogne persiste et s'intensifie... Cette fois, c'est le colonel Michel Goya, membre de l'Institut de recherche stratégique de l'Ecole militaire (IRSEM), qui brosse un tableau pessimiste du moral des armées. Ses deux phrases les plus percutantes sont en exergue, bien en vue en bas de page dans un quotidien national proche du pouvoir : "Les armées françaises sont atteintes de mélancolie. Rien pour l'instant qui affecte la capacité à remplir efficacement les missions données, mais cela ne peut cependant manquer d'inquiéter."

Parus dans l'édition du Figaro du 22 juin , ces propos du colonel Michel Goya ont suscité la réaction du ministre de la défense Gérard Longuet. Ce dernier s'est fendu, dès le début d'après-midi, du 22 juin d' un communiqué destiné à répondre à l'article. On peut y lire que "Gérard Longuet tient à réagir vivement à l'article paru ce jour dans Le Figaro concernant l'armée française et les conséquences de son engagement sur les différents théâtres d'opérations. Il dénonce des amalgames infondés et de sérieuses lacunes stratégiques....".

Le ministre de la Défense Gérard Longuet est confronté à une situation léguée par ses prédécesseurs au ministère de la Défense. Comme le Général Marcel Bigeard en 1975 ( Bigeard, l'éternel combattant ), l'homme politique lorrain Gérard Longuet a une capacité d'écoute et d'organisation.

Des critiques qui précèdent l'annonce du retrait des forces Françaises d'Afghanistan

En fin d'après-midi, toujours le 22 juin 2011, Gérard Longuet s'est exprimé devant les députés : "L'armée est la grande muette dans notre société. Ce n'est pas simplement une tradition, c'est un devoir et j'ajoute un devoir républicain. L'armée est là pour exécuter la politique que veut la Nation telle que l'exprime et lui en donne les moyens le Parlement."

Cette tradition de "silence dans les rangs", évoquée par le ministre Longuet semble se perpétuer. six des neuf militaires qui s'expriment dans l'article du Figaro le font sous couvert d'anonymat. Outre Michel Goya, seul le chef d'Etat-major de l'armée de terre Elrick Irastorza a assumé ses réponses à la journaliste Isabelle Lasserre, l'amiral Pierre-François Forissier étant cité nommément mais pour des propos antérieurs. Télévisions et radios se sont abstenues de donner la parole aux officiers supérieurs mécontents !

Des officiers supérieurs de gendarmerie avaient "initié" le mouvement

En Rhône-Alpes, où les patrons de la Région de gendarmerie veulent à tout instant que tout aille bien, la fronde du colonel Philippe Espie, alors patron du groupement de gendarmerie de l'Ardèche, avait déclenché le courroux de la haute hiérarchie de la gendarmerie.

La lettre de l'officier supérieur avait été rendue publique par le sociologue et directeur de recherches Laurent Mucchielli.

Le contenu fut rapidement repris par l'ensemble de la presse, comme le montrent les liens

http://www.laurent-mucchielli.org/index.php?post%2F2010%2F03%2F11%2FNote-d%E2%80%99%C3%A9tape-sur-la-fusion-progressive-de-la-gendarmerie-et-de-la-police ; http://www.opex360.com/2010/03/12/un-colonel-critique-publiquement-le-rattachement-de-la-gendarmerie-au-ministere-de-linterieur/ ;

http://www.leparisien.fr/reactions/flash-actualite-politique.php?article=gendarmerie-un-colonel-critique-l-integration-au-ministere-de-l-interieur-12-03-2010-846189&page=0#reagir

L'importance du malaise ressenti au sein de la gendarmerie a été décrit dans le courrier rédigé par le colonel Espie et adressé au préfet de l'Ardèche Amaury de Saint-Quentin, ancien député-suppléant UMP et ancien vice-président de conseil général UMP :

En 2010, le colonel Espie déplore : "Je n’avais pas l’intention de m’exprimer sur le sujet de l’intégration de la gendarmerie au sein du MIOMCT. Il s’agit d’une décision politique. En ma qualité de soldat et d’officier des armes, je la mets en application sans état d’âme et avec discipline intellectuelle. Néanmoins puisqu’on me demande mon avis, je le donne et comme habituellement sans langue de bois. De ce qu’il me remonte du terrain, l’intégration de la gendarmerie au Ministère de l’intérieur n’est pas particulièrement bien vécue par les personnels de l’Arme qui n’y trouvent aucun intérêt ni aucune plus value."

"Le sentiment de mes gendarmes est à la résignation"

Le même colonel Espie indique aux décideurs de l'Etat : "Les gendarmes ne perçoivent aucun changement particulier positif dans ce changement de ministère. Le sentiment actuel de mes gendarmes est à la résignation, ce qui ne saurait être de bonne augure.

"Au contraire, compte tenu du calendrier actuel, ils ont tendance à faire un amalgame défavorable entre cette intégration au MIOMCT, le vote de la Loi Gendarmerie, l’accroissement des charges opérationnelles et administratives du dernier quadrimestre, les contraintes budgétaires particulièrement insupportables et le récent battage médiatique sur la véracité controversée des chiffres de la délinquance. Cette situation reste en conséquence très contre-productive.

"Ils sont conscients que les décideurs du MIOMCT, quoiqu’ils en disent, n’ont pas une connaissance précise et complète de notre Arme et de son fonctionnement et encore moins du statut militaire, un gendarme restant pour eux un policier avec un képi….. Ils ne se reconnaissent pas dans les pratiques actuelles de ce ministère (/l’affolement récurrent comme la fébrilité permanente, l’absence de directives comme de vision à long terme, la cogestion permanente hiérarchie-syndicat, l’absence régulière de franchise comme de courage intellectuel…./). Ils ne se sentent pas en adéquation ni en communion d’idées avec les pratiques policières."

Lire aussi sur Suite 101 :

Informations, émissions et documentaires traitent très rarement de la grogne qui sévit et perdure dans la gendarmerie et dans les armées.... La contestation en gendarmerie peu relayée à la télévision

Un 63e soldat français a été tué, le 25 juin, en Afghanistan, où les pertes s'alourdissent. Il a été tué en opération : Conflit en Afghanistan : un soldat français tué le 25 juin 2011

Alain Louy, avocat à Strasbourg, a tenté de réduire les droits d'un papa apiculteur, en présentant les abeilles comme féroces, à la veille d'Apidays. Echec.: Veille d'Apidays, un avocat strasbourgeois attaque les abeilles .

Sur le même sujet