Les ministres de l'agriculture du G20 défendent l'agroindustrie

Le G20 préfère l'agrobusiness aux consommateurs et aux paysans. 1,8 milliards d'agriculteurs familiaux et 9 milliards de consommateurs laissés pour compte !

Paris, le jeudi 23 juin 2011 : " La sécurité alimentaire est un des enjeux critiques des prochaines années ", affirment les ministres de l’Agriculture du G20 dans leur plan d’action concernant la volatilité des prix des marchés agricoles. Pourtant, loin de prendre les décisions majeures qui s’imposent, les ministres ont repoussé à d’autres échéances la plupart de leurs décisions à l’exception de celles favorisant les intérêts des entreprises agroindustrielles et des acteurs financiers. Les 1,8 milliards d’agriculteurs familiaux actuels ( http://lesmielsbio07.onlc.fr/ ) et les 9 milliards de consommateurs que comptera la planète en 2050 n’ont pas ou peu compté dans la balance.

" Les mises en garde de la société civile internationale pour œuvrer contre les causes profondes de l’insécurité alimentaire ont été vaines... ", déplore Aude Lefebvre, chargée de mission communication à laCoordination Sud (Solidarité Urgence Développement).

Ils refusent de s'attaquer aux causes de l'insécurité alimentaire

Pourtant, dès le 12 mai, la société civile internationale avait pu faire entendre ses positions et propositions à la réunion préparatoire du sommet des ministres du G20 agricole. À quoi bon ? Aujourd’hui, les recommandations des organisations et syndicats membres de Coordination SUD/AMCP et de leurs partenaires du Sud ont été mises à la trappe.

Les dirigeants de la Coordination Sud regrettent que "le travail et la participation des parties prenantes n’entrent apparemment pas dans les promesses de transparence des sommets français. Aujourd’hui, si les gouvernements du G20 reconnaissent les conséquences de la volatilité des prix, ils refusent de s’attaquer aux causes structurelles de l’insécurité alimentaire... Ces causes sont notamment le démantèlement depuis des années de toutes les politiques de régulation des marchés et de stockage, l’accaparement des terres agricoles à travers la planète par des entreprises de l’agro-industrie, de fonds privés, ou d’autres États, l’utilisation de surfaces de plus en plus importantes pour la production d’agrocarburants au mépris de la production alimentaire, la financiarisation croissante des marchés agricoles internationaux, nouveau terrain de jeu des spéculateurs en recherche de profit immédiat, l’absence de soutien à l’agriculture familiale et paysanne, en particulier aux paysannes..."

Pour Bénédicte Hermelin, les ministres du G20 ont favorisé l'agroindustrie

En confirmant les politiques de libéralisation des marchés, en refusant la promotion et le financement de dispositifs de stockage public, en ne remettant pas en cause les accaparements de terres et les subventions aux agro-carburants et en promouvant les marchés à terme et les assurances privées, " les ministres du G20 ont préféré favoriser les intérêts des entreprises agroindustrielles et des acteurs financiers, les 1,8 milliards d’agriculteurs familiaux actuels et les 9 milliards de consommateurs que comptera la planète en 2050 n’ont pas ou peu compté dans la balance ", souligne Bénédicte Hermelin, vice-présidente de Coordination SUD.

Coordination SUD – Solidarité Urgence Développement, la coordination nationale des ONG françaises de solidarité internationale, qui regroupe notamment ACF, Artisans du monde, AVSF, ATTAC, CCFD-Terre solidaire, Coordination SUD, Confédération paysanne, CRID, Gret, Oxfam France, Peuples solidaires-ActionAid, Réseau Foi et Justice Afrique Europe, Secours catholique-Caritas France, Solidarité, Vision du Monde.

Qu'est-ce que la Coordination SUD ?

Coordination SUD – Solidarité Urgence Développement est la coordination nationale des ONG françaises de solidarité internationale. Fondée en 1994, elle rassemble aujourd’hui plus de 130 ONG, dont une centaine via six collectifs (CLONG-Volontariat, CNAJEP, Coordination d’Agen, CRID, FORIM, Groupe Initiatives) qui mènent des actions humanitaires d’urgence, d’aide au développement, de protection de l’environnement, de défense des droits humains auprès des populations défavorisées mais aussi des actions éducation à la solidarité internationale et de plaidoyer.

L’AMCP regroupe plusieurs dizaines d’associations de solidarité internationale, des associations de lutte contre la pauvreté et l’exclusion en France, des syndicats et des associations de collectivités territoriales. Le CRID, collectif de 54 associations de solidarité internationale ( http://lesmielsbio07.onlc.fr/ ), en est le coordinateur au niveau national, le Secours catholique-Caritas France son représentant au niveau du GCAP européen et international.

Lire aussi sur Suite 101

Alain Louy, avocat à Strasbourg, a tenté de réduire les droits d'un papa apiculteur, en présentant les abeilles comme féroces, à la veille d'Apidays. Echec: Veille d'Apidays, un avocat strasbourgeois attaque les abeilles.

Attaquées de toute part par les pesticides, insecticides, etc, les abeilles pourraient disparaître aussi rapidement que les dinosaures: Biodiversité menacée: les abeilles se cachent pour mourir...

Festival Terre et Humanisme dans la Drôme: 24,25,26 juin : festival Terre et humanisme à La Roche sur Grane

Le ministre de l'Agriculture vient d'étendre l'autorisation du Cruiser au colza alors que le Conseil d'Etat a déjà annulé les autorisations précédentes: Cruiser étendu au Colza : Bruno Le Maire défie la justice

Sur le même sujet