Olivier Dussopt, député PS, prêt à payer le kilo de miel 72 euros

En cautionnant, dans le Dauphiné Libéré, l'initiative d'un Ardéchois proposant aux collectivités la location d'une ruche à 900 euros, O. Dussopt démagogue ?
20

En pleine campagne des législatives, le député-maire PS d'Annonay (Nord Ardèche) s'est dit prêt à payer le kilo de miel 72 euros, "pour offrir ce miel aux jeunes mariés". C'est le quotidien le Dauphiné Libéré qui révèle cette information, en relatant l'initiative d'un particulier Gilles Baudoux (qui n'appartient à aucun des syndicats apicoles existants en Ardèche et en Drôme), qui propose la location d'une ruche aux chefs d'entreprises et aux élus, au tarif prohibitif de 900 euros par an la ruche, contre rétrocession de 12,5 kilos de miel (100 pots de 125 grammes), ce qui revient à payer le kilo de miel 72 euros.

Dans le cadre d'une mairie ou d'une collectivité territoriale, ce sont les contribuables qui "paient" le miel au prix fort, au prix du caviar. Le même kilo de miel est vendu entre 9 et 15 euros, sur le marché d'Annonay, par les apiculteurs locaux, qui produisent des miels de qualité dans les forêts et villages du Nord Ardèche. Ici, quelques 650 apiculteurs professionnels, pluri actifs ou familiaux élèvent des abeilles et produisent des miels de qualité, récompensés par des médailles d'or lors des concours régionaux et nationaux.

Dans le Nord Ardèche, l'apiculture constitue aussi une force vive. Et élus, apiculteurs, consommateurs, comme le grand public constatent le succès grandissant rencontré par le concours régional des miels de Drôme et d'Ardèche ( http://lesmielsbio07.onlc.fr ), organisé chaque année et ouvert à des milliers d'apiculteurs. Initié au coeur de la vallée du Rhône au Teil, en Ardèche, il permet de sélectionner les meilleurs miels, dans de multiples catégories, et de récompenser, avec des médailles d'or, d'argent et de bronze, de nombreux apiculteurs Nord Ardéchois.

Des patrons crédules et des élus "déconnectés" séduits par le miel à 72 euros le kilo

Incroyable, mais vrai. Le Dauphiné Libéré évoque la "probable venue du frelon asiatique", présent en Nord Ardèche depuis mai 2011 selon le Muséum d'Histoire Naturelle de Paris (Lire l e frelon asiatique détecté en Ardèche depuis le 12 mai 2011 ), pour tenter de valoriser l'initiative de Gilles Baudoux en ces termes : « Il devrait arriver chez nous avant l’été prédit Gilles Baudoux, agent sanitaire apicole du nord de l’Ardèche. Raison de plus pour préparer sa venue avant qu’il ne pique. Ce n’est pas un tapis rouge qui attend le frelon asiatique mais des ruches témoins de 15 000 abeilles chacune.

« L’idée est de créer un réseau sanitaire de surveillance pour prévenir les attaques et de réagir avant que le frelon n’ait tué trop d’abeilles », décrit Gilles Baudoux. Trois ruches ont été inaugurées jeudi ; deux sur le futur site de production de Concept fruits à Vernosc-lès-Annonay et une à l’entrée d’Ekibio à Peaugres. « C’est un projet qu’on a décidé d’accompagner car il colle à notre démarche bio », justifie Didier Perréol, responsable d’Ekibio....."

Ce dernier chef d'entreprise, qui a toujours tiré les prix de ses fournisseurs vers le bas, notamment en Amérique du Sud avec la quinoa, accepte de payer le kilo de miel au prix prohibitif de 72 euros le kilo.

Le miel le plus cher du Monde grâce à la publicité gratuite des journaux

Dans ce dossier surréaliste, le Dauphiné Libéré enfonce le clou pour justifier de cette inflation du prix du miel, en soulignant : "En plus, comme l’indique Jean-Louis Mermet, directeur général de Concept fruits, autre partenaire du projet : « C’est toujours agréable d’avoir un pot de miel à donner à ses clients ». Tel est l’intérêt à terme pour l’entrepreneur qui accepte une ou plusieurs ruches “chez lui”. Chaque colonie d’abeilles devrait lui rapporter 12, 5 kilos de miel ramassé et préparé par l’apiculteur Gilles Baudoux...". Au prix pratiqué, ce chef d'entreprise pourrait offrir de grands Bordeaux à ses clients et ajouter un pot de miel de qualité acheté au marché 9 euros.

Mais, difficile de s'arrêter là. Et le quotidien le Dauphiné Libéré révèle que l'inventeur Ardéchois du miel à 72 euros le kilo a reçu le soutien du député-maire socialiste d'Annonay, Olivier Dussopt, benjamin de l'Assemblée Nationale. Le quotidien local écrit en effet : "Le maire d’Annonay, Olivier Dussopt, s’est dit intéressé par l’implantation d’une ruche dans la capitale de la montgolfière : « Offrir un pot de miel annonéen à tous nos futurs mariés, le symbole serait sympa ». Cette initiative pourrait même essaimer dans tout le Nord-Ardèche. Gilles Baudoux voit grand : « L’idéal serait d’avoir au moins une ruche dans les 41 communes des cantons du nord de l’Ardèche. » Aux dernières nouvelles, le frelon asiatique avait passé Soyons et remontait le Rhône…".

De nombreux apiculteurs des structures syndicales, comme ceux de l'Abeille Ardéchoise et Drômoise, se sont dit "outrés des propos inexacts tenus par Gilles Baudoux, qui tente de faire croire à des journalistes et interlocuteurs crédules que les abeilles et l'apiculture auraient disparu du Nord Ardèche, territoire encore indemne des pollutions.... Mais cet homme qui ne représente que lui-même est très fort : il parvient à vendre le kilo de miel à 72 euros, avec le soutien de certains élus et des journaux, alors que des miels de meilleure qualité sont en vente entre 9 et 15 euros le kilo sur le marché d'Annonay...". Bravo l'artiste.

Sur le même sujet