Krishna, l'amour incarné

Parmi les 30 millions de divinités indiennes, l'histoire de Krishna, le célèbre joueur de flûte, nous emmène à la rencontre de la plus mystique expérience du divin.
53

Lord Krishna, comme le nomment les Indiens, le Seigneur, ou encore Govinda, Yadav, Gopala, Madhava, Jagannatra (maître du monde)... Autant de noms pour nommer l'une des figures les plus complexes du panthéon de l'hindouisme, que l'Occident ne connaît que par la très controversée secte Conscience de Krishna, et par leur litanie "Hare Krishna, hare, hare...". Au-delà de ce folklore, la biographie et l'enseignement de Krishna nous ouvre les voies d'une compréhension du monde et de l'homme en action.

La biographie de Krishna

Contrairement aux divinités hindoues, Krishna a réellement existé et vécu parmi les hommes. Il est né dans la caste des Kshatryas (guerriers), dans la ville de Mathura près d'Agra. Il y a quelques années, les archéologues ont mis au jour les vestiges de Dvaraka, la ville où il vécut au Gujarat. Il a vécu avant 900 ans av. J.-C., soit bien avant Bouddha.

Comme à chaque fois que les choses se gâtent sur terre, les dieux s'incarnent pour régler les conflits et dispenser leur enseignement. Krishna est un avatar de Vishnou, incarnation d'un dieu qui n'est pas sans nous évoquer par de multiples similitudes l'avènement de Jésus. Il échappe à la mort alors que tous les nouveaux-nés de sa famille sont assassinés par le souverain à qui il avait été prédit qu'un enfant serait à l'origine de sa destruction.

Il met en déroute de nombreux démons et terrasse le serpent... Sa biographie le présente comme un "enfant terrible", faisant beaucoup de bêtises, dévorant par gourmandise des quantités incroyables de beurre qu'il n'hésite pas à voler dès qu'il en a l'occasion. Toutes les scènes de sa vie, amplement représentée dans l'imagerie hindoue, portent une signification mystique que le Rig-véda commente en détail.

Lorsque Krishna est représenté enfant, il est souvent appelé Balakrishna. Invincible sur terre, mais, tel Sigfried dans les Nibelungen, ou Achille dans la Grèce antique, Krishna possédait un point faible : son talon. Alors qu'il s'abreuve au bord d'une rivière, un chasseur le prenant pour un daim décoche une flèche qui terrasse l'homme-dieu.

Le dieu séducteur aux milles maîtresses : le secret de la bhakti

Une des représentations les plus fréquentes de Krishna le montre en train de jouer de la flûte pour séduire de jolies bergères qui dansent autour de lui : les gopis. Le "divin vacher" est célèbre pour ses aventures érotiques, mais si l'Inde puritaine ne s'offusque pas de ces ébats, c'est qu'ils ne sont qu'une représentation terrestre de l'amour divin qui lie le Seigneur à ses adorateurs. Son épouse, Radha, se tient en permanence à ses côtés sur les autels des temples ; elle représente le dévot qui quitte le monde pour se consacrer à l’amour absolu du Divin.

"La Bhakti est une affection personnelle passionnée, un dévouement profond et mystique, à quoi s'ajoute le désir de s'unir à l'objet de son culte, et parce qu'on est persuadé de faire essentiellement partie de sa nature, de réaliser cette unité." ( Ralph Stehly, professeur d'histoire des religions à l'université de Strasbourg)

Lorsque Krishna est représenté au milieu de ses gopis , il est plus communément appelé Venu-Gopala

Le dieu combattant et enseignant : le chant de la Bhagavad-Gita

S'il est un texte ô combien élevé et mystérieux dans le Mahabharata, la grande épopée hindoue, c'est la Bhagavad-Gita. Il s'agit d'un épisode fameux où Krishna donne toute la puissance de son enseignement et de sa sagesse, lors du plus grand combat que se livrèrent les princes du royaume. Krishna joue un rôle décisif à la fois dans le déroulement de la bataille, mais aussi dans les paroles dispensées lors de ce combat.

Les premiers enseignements du yoga figurent dans la Bhagavad Gita. Il n'est pas un dieu pacifique, et pousse les hommes à l'action, y compris avec violence s'il le faut. Le fondement de toute la pensée indienne est contenue dans ce récit, et quiconque s'intéresse peu ou prou aux discours d'un Gandhi ou des gourous devrait un jour se pencher sur ce texte parmi les plus inspirés de l'histoire humaine.

Conducteur du char d'Arjuna, il s'appelle Parthasarathi.

Hare Krishna mahamantra

L'Occident a fait connaissance avec Krishna à travers la secte communément appelée Hare Krishna , à cause du mantra, une formule répétitive de dévotion et de louange, que les hindous utilisent pour la plupart de leurs divinités, et qui signifie "celui qui enlève".

Un peu à la manière du dikhr des soufis, cette mélopée aide le disciple à se concentrer sur son dieu, et à éveiller sa conscience en l'isolant du reste du monde. La secte des krishnaïtes fut fondée en 1966 à New York par un guru hindou et a fait parler d'elle dans le monde entier. Il faut savoir que les dévôts de Krishna en Inde ne sont pas forcément liés à cette secte.

Lien

Livres

La Bhagavad Gita , commentée par Sri Aurobindo. Albin Michel, collection Spiritualités vivantes.

Sur le même sujet