La mort de Sathya Sai Baba, le grand gourou de Puttaparthi

Le décès de Sathya Sai remet un coup de projecteur sur l'authenticité de ce gourou dont les disciples se comptent par millions dans le monde entier.
55

Un casque de cheveux crépus, une tunique orange, dix millions de disciples dans le monde, reconnaissable entre tous depuis plus de quarante ans, Sathya Sai Baba de Puttaparthi est doté d'une aura surnaturelle depuis plus de quarante ans. Ce «messie» qui se présente comme une réincarnation du premier Sai Baba de Shirdi et ni plus ni moins de Shiva et Shakti réunis, n'a pu, comme de nombreux gourous très médiatiques, échapper au scandale: des guérisons miraculeuses et des œuvres sociales et spirituelles, on parle aujourd'hui de ventes d'armes et de pédophilie.

La communauté spirituelle de Sathya Sai Baba

L' «homme-dieu» est décédé d'une insuffisance cardiaque le 24 avril. Ce sont des millions de disciples du gourou de Puttaparthi qui sont dans l'affliction dans le monde entier. En effet, la communauté spirituelle de Sai Baba comprend autant d'Indiens que d'Occidentaux, et des ashrams existent sur tous les continents et tous les pays. L'Occident a fait sa connaissance dès les années 70, lors des premiers voyages de cette génération post-mai 68. Les "routes de Katmandou", pour certains de ces voyageurs, ont fait un long crochet par le sud de l'Inde, près de Bengalore, où Sathya Sai Baba commençait déjà à faire parler de lui. En ce temps-là, il était encore possible d'approcher de près le maître, voire d'obtenir un entretien privé avec lui.

La réputation du gourou s'est répandue ainsi partout, au retour de ces voyageurs dans leur contrée d'origine, et, de même que Shri Rajnesh ( Osho ), le discours universel délivré par Sai Baba a su conquérir les esprits les plus assoiffés de spiritualité orientale.

Les miracles de Sai Baba

Dès son plus jeune âge, Sathya Sai Baba s'est affirmé comme le successeur de Sai Baba de Shirdi, cet étrange fakir lui aussi vénéré comme un dieu en Inde. Réincarnation oblige, Sai Baba serait venu ici-bas pour poursuivre une mission, et il est vrai que cette mission s'est développée de manière spectaculaire durant le demi-siècle passé. Fondation d'écoles et d'hôpitaux, de fermes-écoles, c'est dans le social qu'a d'abord œuvré le gourou.

Mais pour donner à son œuvre toute l'audience qu'elle méritait, Sai Baba n'a pas hésité à utiliser le sensationnel et le surnaturel. Des montres et des bijoux sortent miraculeusement de ses manches et de ses mains, et surtout, cette fameuse 'Vibhouti", cendre sacrée censée apportée guérison du corps et de l'esprit, dont les mains du maître semblent une source intarissable. Darshan (apparition publique), récitations de mantras, rythment durant quarante ans les relations du gourou et de sa communauté, qui s'organise peu à peu comme un immense complexe hôtelier (très basique) prêt à recevoir les foules du monde entier.

Le fameux encens Nag Champa de Sathya Sai Baba

Pour des millions de personnes dans le monde, Sathya Sai Baba s'est rendu célèbre par un encens apprécié en Occident et auquel on peut devenir "accro", certains ayant exprimé clairement qu'il créerait une dépendance chez ses utilisateurs. Si certaines associations antisectes ont mis en garde et demandé le boycott du Nag Champa Agarbati, pour éviter de financer une secte douteuse, le succès de l'encens a traversé les sept océans, et aucun magasin "ethnique" en Occident ne pourrait aujourd'hui survivre sans ces petites boîtes bleues et blanches, dont on trouve de nombreuses contrefaçons en Inde.

Les premiers scandales autour de Sathya Sai Baba

La faille se met en place dans le parcours de Sai Baba dès lors que certains scandales voient le jour. La difficulté, pour certains détracteurs, est de parvenir à concilier les millions de dollars provenant de dons de généreux donateurs et un discours "spirituel" désintéressé. Mais les objectifs de Sai Baba sont bien terrestres tout autant que spirituels: offrir aux démunis le soutien et les aides matérielles dont ils ont besoin, et cela nécessite des fonds. Mais alors que s'érigent un hôpital moderne, des écoles, des structures d'accueil et d'éducation pour les filles, les médias commencent à parler de pédophilie et de trafic d'armes dès les années 2000. Le Premier ministre britannique Tony Blair lance une motion en 2002: "Il y demande clairement à ce que tout citoyen du Royaume-Uni soit dûment averti des risques potentiellement encourus, s'il devait s'aventurer à se rendre en Inde, à l'ashram de Sai Baba" ( Preventsect ).

Sathya Sai Baba, figure christique auto-proclamée

Il reste difficile de faire le lien entre le premier Sai Baba, fakir anonyme et modeste, et Sathya, ce gourou flamboyant et médiatisé. On pourrait dire tout au plus que chacun a œuvré "en son époque", avec les moyens de son époque. L'apparition miraculeuse de montres Rolex des manches du gourou ont au XXe siècle apparemment plus d'impact qu'un discours prônant les vertus du détachement.

Prévoyant que son règne prendrait fin à sa mort, Sathya Sai Baba s'était tout de même assuré sa propre relève, en prédisant dès le départ qu'après huit années transitoires, il réapparaîtrait pour une troisième réincarnation en 2030. Comme il s'est déjà trompé sur l'âge de sa mort (85 ans au lieu de 96 ans), on peut émettre quelques doutes sur cette prédiction. Mais est-ce bien le fond du débat ?

Aujourd'hui en Inde, si la grande majorité des Indiens intègre Sai Baba de Shirdi dans leur panthéon de divinités, rares sont ceux qui affichent le visage de Sathya Sai Baba de Puttaparthi dans leur maison. Beaucoup d'hindous haussent les épaules à son évocation, d'autres affirment clairement qu'il n'est pas un saint homme. Cela n'empêchera pas l'Inde de se rassembler autour de la dépouille charnelle du gourou, et de faire de ce décès la Une des actualités. En cela, l'Inde représente bien l'ambivalence des sentiments que les populations portent à Sathya Sai Baba.

Les commentaires publiés en bas de cet article donneront une idée du débat passionnel qui oppose les disciples de Sai Baba et ses détracteurs.

Il n'en demeure pas moins que le décès de Sai Baba, coïncidant avec l'anniversaire de la mort du Christ, finira de convaincre ses disciples de la véritable nature christique de leur gourou.

Pour se faire soi-même une opinion sur Sathya Sai Baba, rendez-vous sur

- site officiel de Sathya

- Site activiste anti-Sai

- Georges Harrison et Ravi Shankar au darshan de Sai Baba

Sur le même sujet