L'huile de bourrache, l'alliée des femmes, santé et beauté

La bourrache est une très belle fleur, dont les graines produisent une huile aux multiples vertus, pour la peau et les troubles hormonaux.
98

La bourrache est une plante commune qui aime se prendre pour une "mauvaise herbe", en envahissant souvent les jardins et particulièrement les potagers. Ses fleurs, d'une splendide couleur bleu foncé attendrissent cependant les jardiniers, et ils font bien, car elle fait partie des plantes dont les bienfaits pour l'homme ne sont plus à prouver.

Fiche d'identité de la bourrache

Nom : bourrache officinale ( Borago officinalis L. )

Noms populaires : langue-de-bœuf, pain-des-abeilles

Famille : Boraginacées

C'est une herbe haute (30 à 80 cm) avec une grosse tige tubulaire. Toute la plante est recouverte de poils assez drus qui la rendent très désagréable au toucher. Elle se termine par des fleurs et des sépales en étoile, un pistil très apparent plus foncé.

Originaire du Moyen-Orient, elle est commune dans toute l'Europe et fleurit de mars à août selon les régions. On la trouve plutôt sur les terrains vagues, les décombres et dans les potagers, où elle est considérée comme une « adventice » – comprenez : une mauvaise herbe. Elle produit des graines de la taille de grains de poivre, dont est issue l'huile de bourrache.

La bourrache est son acide gamma-linolénique

À l'instar de l'huile d'onagre , la bourrache s'est rendue indispensable en médecine naturelle grâce à l'huile extraite de ses graines. Cette huile contient trois fois plus d'acides gamma-linoléniques que l'huile d'onagre (AGL), une substance qui fait partie des acides gras omégas 6. Il existe très peu d'aliments contenant ces précieux acides gras : colza, onagre, bourrache, sont les trois plantes qui permettent d'en consommer de manière naturelle, leur concentration d'AGL étant plus qu'intéressante. L'action des AGL est multiple :

  • elle aide à lutter contre les inflammations : elle est donc préconisée dans le traitement de l'arthrose, car elle agit sur les médiateurs de l'inflammation ;
  • elle agit sur l'eczéma : les études ont montré qu'elle n'avait pas d'action préventive mais qu'elle limitait l'importance des crises et de leurs conséquences (desquamation, démangeaisons, sécheresse cutanée) ;
  • elle favorise l'absorption du calcium : associée à l'huile de poisson, elle a une action bénéfique chez les personnes de plus de 50 ans, et aide à prévenir l'ostéoporose.

L'huile de bourrache, l'amie des femmes

Tous les symptômes liés aux désordres hormonaux sont bien connus des femmes, notamment le syndrome prémenstruel, qui en regroupe plusieurs : migraine, constipation, seins douloureux, boutons, tristesse, nervosité, insomnie... Les acides gras gamma-linoléniques sont précurseurs des régulateurs biologiques à action éphémère que sont les prostaglandines.

À l'heure de la ménopause, les femmes constatent un assèchement et un relâchement de la peau du visage et du corps, ainsi que des problèmes articulaires. Les AGL permettent une synthèse et un entretien des cellules de l'épiderme et favorisent une bonne microcirculation sanguine, notamment cutanée. Ils favorisent également une bonne santé cardio-vasculaire et réduisent l'hypertension. L'huile de bourrache, à ce titre, est une véritable cure antivieillissement, et une prise quotidienne permet d'entretenir la beauté et la santé générale plus longtemps.

Les précautions à prendre : l'équilibre omégas 6/omégas 3

Il faut faire attention à ne pas déséquilibrer cet important équilibre des acides gras, nécessaire au bon fonctionnement de l'appareil cardio-vasculaire. Toute cure d'huile de bourrache ou d'onagre devrait être rééquilibrée par la consommation régulière de poissons ou d'huiles riches en omégas 3. Pour plus d'informations sur l'équilibre omégas 6/omégas 3

Comment utiliser l'huile de bourrache ?

Par voie interne, sous forme de capsules, à raison de 2 à 3 capsules quotidiennes en traitement d'entretien. Jusqu'à 5 capsules pour les traitements de démarrage, notamment pour les troubles articulaires aigus, en association avec des gélules d'harpagophytum. On trouve des capsules qui associent l'onagre et la bourrache, ce qui permet de tirer bénéfice des propriétés de ces deux plantes.

Par voie externe, il suffit de percer une capsule chaque soir pour récupérer l'huile et l'appliquer sur le visage en massages doux. Cette huile est non comédogène et est particulièrement bien tolérée par les peaux grasses à tendance acnéique. On la trouve aussi en petits flacons, à conserver à l'abri de la lumière, car c'est une huile peu stable.

Toute prise d'huile de bourrache devrait être associée à une prise concomitante de capsules d'huile de poisson pour préserver l'équilibre omégas 6 et 3 (5 pour 1 normalement).

Faites attention aux prix pratiqués, qui, selon les laboratoires, peuvent passer du simple au double.

Liens

Informations complémentaires sur l'huile de bourrache .

Sur le même sujet