L'avenir des autistes en France : réalité et perspectives

La réforme du domaine médico-social peut elle améliorer l'accompagnement des personnes autistes en France ? Rappels du dispositif et état prospectif.

Une réforme du champ médico-social datant de la création des Agences Régionales de Santé (ARS) a considérablement changé la donne pour les porteurs de projet.

En effet, avant cette réforme il était possible de présenter un projet aux financeurs en faisant état des besoins.

Depuis cette réforme, l’initiative a changé de camp. C’est la « puissance publique » qui va répertorier les besoins par rapport à différents schémas et lancer en conséquence des appels à projets.

Les dispositifs actuels prévus par les textes du champ médico-social

Ces appels à projets définissent le type de structure à monter ( ex : Samsah, Sessad, Esat ..), le nombre de places , le type de handicap et la localisation géographique.

Le dossier à fournir est très volumineux avec un ensemble de pièces comprenant la plupart du temps :

  • Un bilan financier du projet
  • Un plan de financement
  • Un budget d’investissement
  • Un dossier relatif aux futurs effectifs du personnel salarié
  • Un dossier relatif aux exigences architecturales si le type de structure prévoit de l’hébergement
  • Les comptes financiers de l’organisme porteur du projet

Les petites associations qui avaient réussi dans le passé à obtenir des créations de places et le financement de structures risquent désormais d’éprouver plus de mal à faire aboutir les projets.

En effet les pouvoirs publics raisonnent maintenant au niveau de la région et surtout la concurrence est vive lors de la publication d’un appel à projets ; rien n’interdit à une association gestionnaire de se porter candidate loin de ses bases géographiques naturelles.

Les perspectives des porteurs de projet

En France le mouvement associatif spécialisé dans l’autisme se caractérise par un véritable « émiettement associatif ».

A côté de quelques associations nationales dont le poids reste très modeste par rapport aux grosses structures gestionnaires du champ du handicap, un nombre très conséquent d’associations ne comporte que quelques adhérents avec parfois un cadre familial exclusif.

Or la réforme du champ du médico-social semble avoir la volonté affichée de réduire drastiquement le nombre de gestionnaires dans un souci de rationalisation et dans un cadre de crise économique.

Comment donc les porteurs de structures innovantes et bien adaptées à la population autistique vont ils donc pouvoir faire entendre leurs voix et obtenir des financements ?

Comment rivaliser efficacement avec des associations qui possèdent des moyens salariés conséquents avec des sièges sociaux financés par des frais de siège ?

Les associations importantes ont embauché des spécialistes comme des chargés de mission capables d’analyser les appels à projets officiels et de monter les dossiers inhérents.

Depuis la création des ARS , les appels à projets spécifiques autistes sont très rares malgré les différents plans autisme annoncés régulièrement. Les parents concernés attendent encore que les financements accordés soient à la hauteur d’un handicap dont le taux de prévalence est d’un cas pour cent cinquante naissances.

Références :

Site portail des ARS http://www.ars.sante.fr/portail.0.html

forum francophone autisme@yahoogroupes.fr

du même auteur

http://suite101.fr/article/lautisme--la-difficile-quete-des-familles-a22367

Sur le même sujet