user_images/IMG_20140811_161812.jpg

FRÉDÉRIC HASCOËT

Publié dans : Les articles Culture de Frédéric Hascoët

Ma Loute, ou l'humour selon Bruno Dumont

Entre burlesque et surréalisme, le réalisateur deL''Humanité convoque les meilleures références de la culture comique populaire.

Eté 1910, dans le Nord de la France. André et Isabelle Van Peteghem, en vacances dans la baie de la Slack, accueillent la soeur de celui-ci, Aude. Là, la fille androgyne du couple, Billie, fait la rencontre de Ma Loute, fils d'un couple de pêcheur, les Brufort, vivant dans la plus totale pauvreté. Dans le même temps, de mystérieuses disparitions obligent un improbable duo d'enquêteurs, l'inspecteur Machin et son second Malfoy, à enquêter. Toute cette galerie de personnages improbables vont se côtoyer dans cette drôle d'histoire...

Mélange de parfums hétéroclites

Plus habitué par le passé au sérieux social, Bruno Dumont s'est découvert une fibre comique depuis la réalisation pour Arte de sa mini-série à succès P'tit Quinquin. Son exploration de ce nouveau monde donne comme résultat Ma Loute, comédie de moeurs entre deux entités totalement opposées, l'une bourgeoise décadente et aveugle à sa propre chute, et l'autre prolétaire pêcheuse et chasseuse d'êtres humains pour nourrir la famille. Et entre les deux, une histoire d'amour entre un Roméo naïf et une Juliette androgyne. Le tout sur fond d'enquête policière menée par des caricatures - dans tous les sens du terme - de policiers nonchalants et dépassés par les événements qui débarquent comme en terre inconnue. Un sacré mélange de parfums hétéroclites passé au shaker de la caméra d'un réalisateur inspiré qui visiblement s'amuse de situations incongrues façon spectacle entre clowns blancs et Augustes pathétiques et magnifiques. 

Nous voici ainsi plongé au début du siècle dernier. 1910. Dans le Nord de la France. André Van Peteghem et sa femme Isabelle vivent à Lille, mais profitent des vacances d'été pour se rendre dans leur résidence secondaire dans la baie de la Slack, où ils y accueillent Aude, la soeur d'André. Il y a également les trois enfants du couple, dont Billie, au look androgyne. Mais ils débarquent dans une drôle d'ambiance. En effet, les disparitions mystérieuses se multiplient dans la région, obligeant les inspecteurs Machin et Malfoy à enquêter. Ces deux énergumènes soupçonnent les Van Peteghem, mais aussi une famille de pêcheurs aux moeurs très particulières, notamment en matière culinaire. Parmi eux, celui que l'on surnomme Ma Loute, un grand dadais naïf qui va s'éprendre de Billie. Un improbable couple au milieu de situations et de personnages tout aussi improbables. 

Famille complètement folle

Improbables et drôles. En effet, Bruno Dumont convoque ici toutes les plus grandes figures du comique, de Charlie Chaplin à Jacques Tati en passant par la BD belge. Les inspecteurs Machin et Malfoy se situent à mi-chemin entre Laurel et Hardy et les Dupond et Dupont. Quant à Fabrice Luchini, dans la peau de André Van Peteghem, il nous livre une prestation très "Bourvillienne". Le tout emballé dans un film à l'humour parfois très "à l'ancienne", avec un Machin qui roule autant qu'il marche ou des chaises longues qui se cassent lorsque les personnages s'assoient dessus. Avec, outre Luchini, des acteurs au diapason de cette comédie au rythme échevelé. Juliette Binoche (Aude Van Peteghem) joue les bourgeoises (très) hystérique avec une extraversion emphatique qu'on voit rarement chez elle. Le contraste est apporté par Valérie Bruni-Tedeschi (Isabelle), au jeu sobre mais décalé, parfait contrepoids au sein de cette famille complètement folle. 

L'humour n'empêchant pas les sentiments, Bruno Dumont ajoute à tout cela une histoire d'amour tout aussi bizarre que ses personnages. Celle entre Ma Loute et Billie. Billie est un personnage dont le physique laisse la place à toutes les supputations. Représentant d'un genre indéterminé, lui et le fils Brufort sont les représentants de sentiments à la fois libres et effrayants. Libres, car ils s'aiment malgré les barrières sociales. Effrayants, car Ma Loute rejette Billie lorsque le doute l'assaille sur son sexe, donc par ricochet implicite sur sa propre sexualité. Ce couple sera pour notre antihéros tout autant un apprentissage qu'une bulle dans laquelle il aime à s'évader, loin des soucis de son quotidien, de sa famille et de sa condition, desquels il rêve de s'éloigner, suivre sa propre voie, changer de destination, de destin. Deux personnages incarnés par des comédiens amateurs, comme pour mieux s'identifier et y projeter nos propres sentiments, nos propres fantasmes. 


Ma Loute est un OCNI, un Objet Comique Non Identifié. Tout à la fois comédie pure, critique sociale, film d'époque et hommage au cinéma des pionniers, Bruno Dumont livre un bel écrin populaire et joyeux, où la déraison et l'autodérision sont de mise dans des décors et des situations qui ne s'y prêtent guère. Un féroce décalage non dénué de sympathie pour ses personnages où l'absurde et le non-sens sont portés à leur incandescence dans un feu d'artifice d'éclats de rire. 

À propos de l'auteur

user_images/IMG_20140811_161812.jpg

FRÉDÉRIC HASCOËT

Titulaire d'une Licence de Médiation Culturelle. Plus passionné
  • 47

    Articles
  • 1

    Séries
  • 2

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!