Fifty Shades of Grey : Le renouveau de la littérature érotique

Le nouveau phénomène de la littérature est un livre...pornographique. Le roman de El James est emblématique d'une tendance qui prend de l'ampleur.

L’écrivaine anglaise El James ne devait certainement pas s’attendre à un tel succès surprise. Son roman Fifty Shades of Grey, un livre pornographique SM soft destiné plutôt à un public féminin, premier livre d’une trilogie paru chez un petit éditeur australien, est sorti dans un relatif anonymat l’été dernier. Pourtant, six mois plus tard, le livre connaît un engouement tel qu’il atteint la première place du classement des meilleures ventes de livres du très sérieux New York Times. Comment cela s’est – il avéré possible ?

La réponse vient des nouveaux outils technologiques, des nouveaux supports de lecture. En effet, si, en France, le marché des e – books demeure encore marginal, aux Etats – Unis, il représente environ 20% des ventes.

Chèque à sept chiffres

L’e – book, ou livre électronique, est, selon la définition du Journal Officiel, un « ouvrage contenu dans un fichier numérique à lire sur un écran ». Une fois ces fichiers numériques téléchargés, le lecteur a donc accès au texte du livre. Mais pas seulement. En effet, ces textes disposent également de liens permettant à l’acheteur de disposer de photos mais aussi de vidéos.

C’est ainsi que pas moins de 250 000 exemplaires de cette trilogie ont été vendus depuis sa disponibilité en format numérique. Devant un tel résultat, les éditeurs américains se sont énormément battus pour pouvoir republier ce livre en format papier. Vintage books a finalement remporté cette guerre, non sans avoir signé à l’auteure un chèque à sept chiffres ! C’est ainsi que 750 000 exemplaires ont été imprimés et ont inondé les librairies américaines. Last but not least, le cinéma ( la Warner ou les Studios Universal entre autre ) s’intéresse de très près au roman. Une adaptation est en cours, malgré les difficultés qui se posent ( comment rendre ce film tout public sans pour autant ôter son côté pornographique, amener le spectateur dans les salles, un texte « pas très bon », de l’aveu même d’un producteur ). Mais le potentiel commercial permet au projet d’avancer. Pour le moment.

El James qualifie en effet son ouvrage de « relecture de l’histoire d’amour de Bella et Edward ( les héros d’une autre quadrilogie à succès, Twilight ), dans un Seattle contemporain, avec Bella en jeune pucelle étudiante et Edward en puissant milliardaire aux préférences sexuelles secrètes ».

Les femmes téléchargent de plus en plus

Mais ce phénomène n’est pas unique, et a même tendance à se développer. En effet, selon le Huffington Post canadien, la démocratisation des liseuses telles que le Kindle s’accompagne de celle de la littérature érotique. Le classement des meilleures ventes de livre sur Kobo comporte régulièrement des livres érotiques, selon le directeur marchandising de cette liseuse. Les éditeurs canadiens y vont de leur commentaire. « Ils peuvent lire certains livres en toute intimité sans avoir à les montrer aux autres personnes », estime l’un d’eux.

En Angleterre, selon le journal The Sun, la littérature érotique dépasse en numérique les ventes en papier, avec une augmentation des ventes de l’ordre de 30%, notamment grâce aux femmes qui téléchargent de plus en plus Et des maisons d’éditions spécialement dédiées à la littérature érotique numériques voient même le jour. Ajoutez à ça une presse anglo – saxonne qui se gêne de moins en moins pour parler de ce type de lecture, et vous aurez tous les ingrédients nécessaires au renouveau du genre.

Essor numérique

Le « Mummy Porn », livre pornographique pour ménagère de moins de cinquante ans, connaît néanmoins ses détracteurs. En Floride, dans le comté de Brevard, le livre a ainsi été retiré des bibliothèques.

Mais la littérature érotique vendue légalement ne doit pas faire oublier le marché caché, celui des téléchargements illégaux, où là aussi elle tient bonne place. Le Kama Sutra, par exemple, fait régulièrement parti des « meilleures ventes » de ce marché illégal.

En plein essor numérique, le livre érotique a – t – il un futur sur papier ? L’avenir le dira, dans un marché du livre numérique qui, tout genre confondu, gagne chaque année des parts de marché et déstabilise un secteur en recherche d’un modèle économique fiable, alors que le livre papier se fragilise et voit ses ventes reculer chaque année. La dématérialisation du texte papier annonce un défi que l’industrie de l’édition devra relever.

Sur le même sujet