Les traditions de Noël en République tchèque

En République tchèque, les traditions de Noël pendant le mois de décembre sont nombreuses et souvent atypiques.
8

Avec l’Avent, ce sont les odeurs de Noël qui arrivent en premier. Le parfum du vin chaud aux épices et celui des petits gâteaux de Noël ("Cukrovi") flottent dans les rues enneigées ou l’on entend des concerts improvisés. En République tchèque, les traditions sont très nombreuses à l’approche de Noël qui se prononce "Vanoce".

"Advent" (L’Avent)

Chaque dimanche pendant la période de l’Avent, des concerts passent sur la chaîne de télévision CT1 vers 18 heures. Pendant que les mélodies de Noël se succèdent, la population tchèque peut téléphoner pour faire des promesses de dons destinés aux handicapés, aux orphelins et aux projets sociaux (il s'agit d'une sorte de Téléthon).

Mais le plus important au début du mois de décembre, ce sont toutes les préparations faites à la maison pour Noël. La tradition tchèque requiert d’allumer chaque dimanche de l’Avent des bougies sur une couronne artisanale. On range, on lave les vitres et les fenêtres, on achète des cadeaux, on envoie des cartes de vœux, on décore la maison et surtout on commence à préparer des centaines de petits gâteaux. Leur préparation commence vraiment au début du mois de décembre, car il s'agit d'un travail long et répétitif, d'autant plus que chaque famille a ses propres recettes transmises de génération en génération.

La fête de "Svata Barbora"

Le 4 décembre, une autre tradition est perpétrée. Ce jour là, les filles célibataires vont à la cueillette de quelques branches de cerisier qu'elles mettent dans un vase. Si, par bonheur (ou par malheur), les branches fleurissent le 24 décembre, la signification donnée au phénomène est amusante : elles quitteront la maison familiale et se marieront dans un an au plus tard.

De même, les filles célibataires peuvent jeter leur chaussure par-dessus leur tête. Si le devant de la chaussure se dirige vers la porte, la fille va se marier et va quitter la maison, si c’est le talon qui se dirige vers la porte, la fille va rester à la maison chez ses parents.

"Svaty Mikulas"

Le 6 décembre, c’est la fête de la Saint-Nicolas (Svaty Mikulas). La veille, celui-ci arrive en personne dans les familles tchèques, accompagné par un diable et un ange. Il offre aux enfants sages de petits cadeaux comme des fruits, des noix ou bien des chocolats. Chaque enfant doit réciter un poème ou chanter une chanson pour mériter sa récompense. Dans le cas contraire (si l’enfant n’a pas été sage ou s’il n’a pas appris son poème ou sa chanson…), il reçoit du charbon, le diable le met dans son sac et l’emporte en Enfer. Cette tradition est terriblement efficace dans un pays ou les contes fantastiques accompagnent les enfants à tous âges!

"Stedry Den", la journée généreuse

Pour les Tchèques, le réveillon de Noël commence le 24 décembre au matin. Pour le petit déjeuner, chaque maman prépare une brioche de Noël aux amandes et aux raisins baptisée "Vanocka". Après, on ne mange presque pas. Pourquoi ? La raison peut paraître étrange : c’est pour avoir la chance d’apercevoir le petit cochon doré, "Zlate Prasatko". Il s’agit d’un citron que l’on décore afin qu’il prenne la forme d’un petit cochon que l’on pose sur la table du dîner. Il symbolise la chance, représentée par la lumière de la cheminée qui se promène sur les murs, la nuit de Noël. En fait, c’est une tradition héritée du 19e siècle, qui remonte à une époque où les familles jeûnaient le 24 décembre.

En République tchèque, ce n’est pas le père Noël mais le petit Jésus, "Jezisek", qui apporte les cadeaux aux enfants. Cette veille de Noël s’appelle "Stedry Den", la journée généreuse.

A 6 heures du soir, on est à table. Au début du dîner, les Tchèques prennent un apéritif appelé "Becherovka" (l'alcool national à 40° confectionné à base de plantes), se souhaitent bon appétit ("Dobrou Chut"), et posent sur la table des soupes typiques: une soupe de poisson faite maison appelée "Rybi Polevka", très souvent accompagnée de "Zelnacka", une soupe slovaque faite avec du choux fermenté, des saucisses piquantes, des patates et des champignons secs. Après avoir mangé la soupe, personne ne doit quitter la table à l'exception de la maîtresse de maison. Ceux qui ne respectent pas cette tradition seront malades ou mourront dans l’année à venir. Plutôt morbide, mais les traditions sont les traditions !

Vient ensuite un grand plateau de morceaux de carpes frites (la fameuse carpe de Trebon, élevée dans les étangs autour de la ville de Trebon) et de la salade de pommes de terre, que l'on arrose de la meilleure bière tchèque (et même du monde, selon une rumeur locale!), "Pilsner Urquell". Il faut savoir que le choix de la carpe est un moment important. Quelques jours avant Noël, de nombreux marchands font leur apparition dans les rues des villes et des villages avec de grandes bassines remplies d’eau froide et de carpes vivantes. Si la carpe n'est pas tuée sur place, les tchèques la mettent dans leur baignoire en attendant le repas de Noel.

A la fin du repas, on mange avec du "Strudl" (un gâteau roulé aux pommes). Alors retentit le son de la petite cloche de Jezisek, le petit Jésus. C’est le signal indiquant qu’il est venu déposer les cadeaux dans le salon.

La messe de minuit

Comme dans beaucoup de pays d'Europe centrale et de l'Est, les églises sont toujours pleines pour la messe de minuit du 24 décembre. Bien que plus de 60% de la population tchèque soit athée, les gens aiment se rendre à la messe de minuit, notamment pour écouter la musique de Jakub Jan Ryba, un grand compositeur. Ainsi, la messe de minuit est inscrite dans les coutumes de la population.

En République tchèque, la période de Noël s'accompagne de traditions ancestrales. L'esprit de "Vanoce" se retrouve dans chaque famille, pendant tout le mois de décembre. Ainsi, ces traditions contribuent à l'unité du pays et les Tchèques en sont particulièrement fiers.

Sur le même sujet