Les Yôkai, esprits fantastiques du film Princesse Mononoke

Réalisé en 1997 par Hayao Miyazaki, le film d'animation japonais Princesse Mononoke met en lumière des Yôkai, esprits imaginaires de la culture japonaise.
93

Qu’est ce qu’un Yôkai ?

Yôkai se compose des kanjis « monstre » ou « démon » et « étrange ».

Un Yôkai représente une créature imaginaire issue de la culture populaire japonaise. Il trouve ses origines au VIe siècle.

A cette époque, l’imagination populaire découvre dans les objets du quotidien, dans la nature et les animaux ou encore dans le rapport à la religion l'inspiration à la manifestation des esprits. Les éléments comme l’eau, la terre, le vent ou le feu représentent des sources d’imagination prépondérantes à la création collective de ces monstres...

Les Yôkai sont en outre le ciment culturel et social du japon. Comme l’explique Shigeru Mizuki dans son livre "Yôkai : Dictionnaire des monstres japonais" : " L es règles de sécurité, de prudence, de respect des lieux sacrés, se constituent aussi autour de la crainte des esprits. A chaque hameau ses Yôkai, monstrueux et fascinants. Succombez à un vice et un Yôkai prendra la forme de votre obsession…"

Qu’ils soient néfastes ou bienveillants, les Yôkai se retrouvent partout, habitent tous les coins sombres et étranges. Toute ombre, tout mouvement mystérieux de la nature peut alors être interprété comme la manifestation d’un Yôkai.

Les Yôkai et l'animation japonaise

Les Yôkai sont partout dans l’animation japonaise. On pense principalement au film " un été avec Coo " de Keiichi Hara qui propose un petit Kappa ( Yôkai de l'eau) comme héros. Même la fameuse série d'animation japonaise "Naruto" de Masashi Kishimoto utilise les Yôkai à outrance dans ses références aux démons ( Bijuus ) ou aux techniques secrètes des ninjas.

Mais c’est Hayao Miyazaki qui va démocratiser l'utilisation de ces esprits aux yeux du grand publique. Presque tous les films du studio Ghibli font références à ces monstres imaginaires. En outre, parmi les succès du studio comme "Mon voisin Totoro", "Pompoko" ou bien " le Voyage de Chihiro ", "Princesse Mononoke" est celui qui reste le plus mémorable.

Princesse Mononoke, quand les Yôkai et les hommes se rencontrent

Princesse Mononoke ( Mononoke Hime ) signifie littéralement "la princesse des Yôkai" (précisément Princesse des choses étranges ). C’est sans doute le film d’animation dans lequel les Yôkai sont les plus remarquables. Ce film raconte, entre autre, la guerre entre les humains et les Yôkai à une époque correspondant à peu prés aux siècles des Muromashi (1336 -1573).

Les principaux Yôkai du film sont des pseudos divinités issues des animaux de la forêt : les sangliers, les loups, les singes ou les cerfs… Ils sont tous regroupés en communautés fermées dirigées par un chef (la louve Moro, le seigneur sanglier Hokoto...). Au cours de l’histoire le spectateur prend conscience de la régression tant physique que spirituelle des Yôkai. Ces derniers subissent en effet le défrichage de leur territoire forestier qui symbolise l’avancé de la modernité et du monde des hommes contre ces légendes vivantes incarnant la nature et les éléments.

Les Yôkai comme aiguilleurs du destin

Il faut comprendre que les Yôkai se jouent des pouvoirs politiques, religieux et économiques. Par conséquent, chaque homme est jugé par son courage et ses faiblesses. Ainsi, c’est le Yôkai démon sanglier qui va infecter Ashitaka, le jeune héros de cette aventure. Il va par la suite devoir se libérer de sa haine et rencontrer d’autres esprits pour espérer guérir et trouver son destin. C’est son courage et la pureté de son cœur qui lui permettra de voir l’allégorie du dieu de la nature, incarné par le Yôkai du cerf.

La Princesse Mononoke est quand à elle une simple humaine recueillie par le dieu Yôkai des loups. Son humanité ne l’empêche pas de communiquer avec les esprits de la forêts ce qui fait d’elle un être fantastique. Cependant, sa fragilité d’humain correspondant aux sentiments qu’elle éprouve pour Ashitaka conduit l’armée des Yôkai à une défaite inéluctable.

Le combat légendaire et séculier entre la nature et les hommes

Mais pourtant, face à un Yôkai, nul ne peut rivaliser. La légende d’Ashitaka raconte comment la folie des hommes et leur avidité à contrôler la nature va les conduire à tuer le dieu des Yôkai. Mais ce dernier ne semble pas leur porter rancœur… En effet, à la fin du film, on comprend que ces esprits imprègnent désormais chaque être et chaque élément et peut se retrouver partout. C’est en fait la situation actuelle dans la culture populaire japonaise.

En ce sens le film raconte la fin de l’ère des esprits de la forêt et le début de l’époque moderne dans laquelle les Yôkai n’existent plus. C’est une fable écologiste magnifique qui puise son inspiration dans la tradition ancestrale du pays.

Comme écrit dans " Le comptoir de la BD " , le Yôkai renvoie les hommes face à leurs actes, les invitant à une certaine humilité. C'est pour cela qu’ils ont conservé dans toutes les couches de la société japonaise une popularité si forte. Princesse Mononoke est en ce sens un film d’animation exceptionnel, intense et à la portée philosophique et culturelle indéniable. Un des plus grands film de Miyazaki dont les véritables héros sont finalement les Yôkai...

Pour en savoir plus sur les Yôkai, voici un lien vers un excellent blog

Vous pouvez également consulter l'article sur le film d'animation japonais dont le héro est un Yôkai : " Un été avec Coo ".

Sur le même sujet