Nobuo Uematsu, le maître des compositions de Final Fantasy

Final Fantasy, l'une des plus célèbres saga du jeu vidéo doit en grande partie son prestige à un compositeur japonais extraordinaire : Nobuo Uematsu.
9

Aucune grande série de jeu de rôle ne peut prétendre avoir marqué son époque sans des compositions musicales mémorables. Ainsi, la célèbre série Final Fantasy de SquareEnix n’aurait certainement pas la même aura sans les musiques magistrales de Nobuo Uematsu.

Des musiques inspirées par et pour l'identité du jeu

Depuis le tout premier épisode jusqu’au numéro 11, le fameux compositeur japonais né en 1959 aura créé des mélodies inoubliables qui ont marqué des millions de joueurs à travers le monde. En effet, ses Œuvres restent à jamais gravées dans leurs cœurs grâce à une justesse et une orchestration adaptées à l’identité propre de chaque jeu de la série, mais aussi inspiré par la complexité psychologique et émotionnelle des personnages principaux. L’exemple le plus représentatif réside sans doute dans la composition " One Winged Angel " qui met en valeur la folie et la puissance de Séphiroth dans Final Fantasy 7.

Voici donc une rétrospective de son travail au sein des différents épisodes de la saga Final Fantasy et une sélection de ses meilleurs morceaux, à découvrir ou à redécouvrir.

Les différentes extraits musicaux et les compositions de Nobuo Uematsu dans cet article peuvent être écoutés à cette adresse :

www.neospaly.com/Nobuo-Uematsu.html

De Final Fantasy à Final Fantasy 6, les grands classiques du maître

Initiés par Hironobu Sakagushi en 1987 au japon, les six premiers épisodes ont construit le répertoire musical de base de la série. Nobuo Uematsu a ainsi composé le célèbre " Thème de Final Fantasy " qui caractérise la saga. Cette mélodie indémodable, emprunte de magie, fait partie des incontournables du maître puisqu’elle apparaîtra ensuite dans tous les opus de la saga.

Mais Nobuo Uematsu a créé de nombreuses autres musiques remarquables pour les six premiers jeux. On retiendra " Matoya’s cave " (NES, 1987), qui, malgré la faiblesse technique de la Nes sur le plan sonore, reste gravée dans les mémoires. Plus récemment, Nobuo Uematsu a eu l’excellente idée de remettre au goût du jour cette musique avec son groupe The Black Mages , en incorporant des sonorités électroniques inattendues.

Que dire ensuite du " Theme of love " de Final Fantasy 4 (Super Nintendo, 1991), sinon qu’il transporte le joueur dans un monde onirique d’une mélancolie émouvante.

Enfin, on ne peut sans doute pas oublier le " Thème de Terra " de Final Fantasy 6 (Super Nintendo, 1994), tragique, qui colle à la destinée des personnages de ce jeu de rôle si triste mais au scénario si profond.

Final Fantasy 7, la consécration mondiale de Nobuo Uematsu

C’est le légendaire Final Fantasy 7 (Playstation, 1997), considéré par beaucoup comme le plus grand RPG (jeu de rôle) de tous les temps, qui offre à Uematsu l’univers le plus propice à des compositions inoubliables. En effet, les scènes cultes se succèdent au rythme des mélodies du maître.

Comment ne pas parler alors de ce sentiment de liberté et de découverte inimaginable, à la sortie de Migdar, la mégalopole tentalulaire controlée par la Shinra, sous une musique grandiose : le " Thème de Cloud ". Cette orchestration lente possède une construction unique ; Dans un premier temps, elle colle parfaitement à l’ambiance de fugitif de Cloud et de ses amis, traqués par la Shinra. Cependant, des notes plus tragiques se font, quelques minutes plus tard, l’écho d’une aventure longue et d’un héros torturé et complexe, à la reherche permanente de son identité.

Ce thème de l’identité est récurant dans Final Fantasy 7 : " Who am i ? " est, dans ce contexte, une musique angoissante et répétitive mais qui accompagne avec justesse la quête de la mémoire perdue de Cloud.

Ainsi, chaque protagoniste se voit attribuer une mélodie précise. Le " Thème de Tifa " semble retranscrire l’amour naif et la nostalgie du passé de la jeune femme pour son ami d’enfance. Le " Thème de Red 13 " est associé à son territoire et pays d’origine, Cosmo Canyon, et à son paysage minéral et chaotique particulier. Pour résumer, au cours de l’aventure, ce sont bien les compositions de Nobuo Uematsu qui transcendent le mythe de Final Fantasy 7...

La mort d'Aerith : Nobuo Uematsu, Final Fantasy 7 et le jeu vidéo à son apogée

On en vient alors au " Thème de la mort d’Aerith ". Magistral, somptueux, tragique et mélancolique tout en laissant la place à l’espoir, cette composition donne un poids colossal à la scène légendaire de la mort d’Aerith, le grand amour de Cloud. Cette mélodie résonne comme la fin d’une époque pour le groupe de fugitif, elle semble provenir du cœur même de la jeune femme aux fleurs qui continue à sourire alors qu’elle s’enfonce dans les abysses, laissant Cloud seul au monde, seul face à ses démons et à sa mémoire, mais paradoxalement enfin apte à affronter son meurtrier : Sephiroth.

Tous les joueurs ayant vécu cette scène clef se souviennent du corps de la belle Aerith flottant sur l'eau puis disparaissant au rythme de la musique se faisant de plus en plus prégnante. Magnifique.

Pour finir, revenons sur " One Winged Angel ", musique dont la critique unanime encense l’incarnation parfaite de Séphiroth, de sa folie, de sa haine, de sa soif de pouvoir et de vengeance… Les cœurs renvoient son nom continuellement au rythme des percussions annonçant sa marche inéluctable vers le cratère Nord et la confrontation finale. L’une des plus grande composition d’Uematsu, assurément.

Final Fantasy 8, des compositions merveilleuses

Final Fantasy 8 (Playstation, 1999) n’a pas eu le meme succés que son prédécesseur malgré une histoire d’amour poignante entre Linoa et Squall. C’est à partir de cette histoire d’amour et de l’ambiance plus moderne du jeu que Nobuo Uematsu a créé quelques perles de la musique de jeu vidéo, et de la musique en général.

Ainsi, " Eyes on Me " est une chanson d’amour parfaite pour raconter les difficultés de Squall à comprendre et à avouer ses sentiments pour Linoa qui lui a déjà donné son cœur.

Enfin, " Fisherman’s Horizon " est une composition digne des plus grandes symphonies, un air doux et apaisant, qui transporte l’auditeur vers l’horizon infini. Un véritable coup de cœur !

Final Fantasy 10, le retour des grandes mélodies à thème

Des mélodies orientées par le scènario, c’est exactement ce qu’a réalisé Nobuo Uematsu avec Final Fantasy 10 (Playstation 2, 2001). " At Zanarkan ", est l’exemple le plus probant d’une composition du maître qui transforme une simple impression visuelle de mélancolie et de tristesse en une œuvre vidéoludique marquante. Car une fois Sin anéanti, l’amour entre Tidus et Yuna sera fatalement impossible… cette musique tend à faire passer ce message de façon incroyable.

Un compositeur d’exception au charisme inimitable

Final fantasy doit beaucoup à son maître compositeur et mélodiste. Sa colaboration jusqu’à l’épisode numéro 11 a permis à SquareEnix de profiter de son aura exceptionnelle. Mais la relève fut assurée avec brio par Hitoshi Sakimoto dans le 12ème épisode de la saga. En ce qui concerne le controversé Final Fantasy 13 (Playstation 3, 2009), c’est Masashi Hamauzu, sound designer au coté du maître sur le 10ème épisode qui sera choisi : la qualité globale est quelque peu en retrait mais certains thèmes restent excellent.

L’avenir de Nobuo Uematsu se construit autour des nouveaux projets de son vieux partenaire Hironobu Sakagushi. Ce dernier a quitté Square Enix pour fonder sa propre équipe de développement : Mystwalker. En 2011, ils travaillent tous les deux sur "The Last Story" sur Wii, dont la bande originale sera bien entendu composée par Uematsu en personne. Un grand jeu en perspective.

Nobuo Uematsu est sans doute le compositeur japonais le plus prolifique en terme de qualité musicale. Il a tant fait pour que la musique de jeu vidéo et le jeu vidéo soit reconnu au même titre que les musiques de film et le cinéma. En outre, son œuvre colossale ne peut se résumer en quelques lignes (Son album solo " Phantasmagoria " mérite un article entier) mais son génie le place au même niveau que d’autres compositeurs contemporains de grand talent comme John Williams. Final Fantasy, les jeux vidéo et les joueurs le remercient à jamais.

Sur le même sujet