En littérature, qu'est-ce qu'un lipogramme?

Forme d'écriture régie par des contraintes très précises, le lipogramme a eu quelques dignes représentants en France. Mais en quoi consiste-t-il exactement?
63

Dérogeant aux règles habituelles de l’écriture, le lipogramme est un genre littéraire qui fixe des contraintes particulières. Celles-ci sont principalement basées sur l’effacement de certaines lettres ou de certains mots.

Définition

Le lipogramme vient du grec leipogrammatikos, leipen  signifiant "enlever, laisser" et gramma , "lettre". Il s’agit d’un genre littéraire qui consiste à écrire un texte sans utiliser une ou plusieurs lettres de l’alphabet.

Ce style d’écriture a été notamment mis en lumière par les Oulipiens, membres de l’Oulipo (L’Ouvroir de littérature potentielle). L’Oulipo est un regroupement de littéraires et de mathématiciens fondé en 1960, dont un des membres éminents était Raymond Queneau grand adepte des Exercices de style .

Il existe plusieurs formes de lipogramme :

  • celui qui consiste en la suppression pure et simple d’une lettre dans une œuvre littéraire. Par exemple, la lettre "e". On parle alors d’un lipogramme en e .
  • le lipogramme qui n’utilise qu’une ou deux des cinq voyelles de l’alphabet : on parle alors de monovocalisme ou de bivocalisme
  • le fait de supprimer un mot entier : par exemple les pronoms relatifs que ou qui
  • le lipogramme sans adjectif ou sans nom propre
  • la contrainte du prisonnier , qui consiste à ne pas utiliser de lettres qui dépassent la ligne d’écriture (en dessous ou au-dessus) comme les lettres b, d ,f

Des lipogrammes célèbres

Les artistes, et notamment les écrivains, qui se sont adonnés à ce genre, avançaient comme argument la stimulation de l’imagination, ainsi que les effets stylistiques, voire comiques, produits par ces contraintes.

Parmi les membres actifs de l’ Oulipo , il faut citer Georges Perec (1936-1982), auteur de l’un des lipogrammes les plus célèbres de la littérature. Cet écrivain a en effet réussi l’exploit d’écrire un roman de 300 pages, La disparition, sans utiliser une seule fois la lettre e . En voici un extrait : "L’ambition du “Scriptor”, son propos, disons son souci, son souci constant, fut d’abord d’aboutir à un produit aussi original qu’instructif, à un produit qui aurait, qui pourrait avoir un pouvoir stimulant sur la construction, la narration, l’affabulation, l’action, disons, d’un mot, sur la façon du roman d’aujourd’hui."*

Le défi lancé par Georges Perec était colossal. En effet, il faut savoir que parmi les 54000 mots français d’un dictionnaire usuel, 83% contiennent la lettre e . Et c’est le cas de 84% des mots accordés ou conjugués. L’écrivain n’a donc utilisé que 16% de notre langue pour écrire son roman, ce qui en dit long sur la gymnastique intellectuelle qu’il lui a fallu pratiquer.

Un autre lipogramme célèbre, cette fois en a , est celui de Jacques Arago (1790-1854), Curieux voyage autour du monde , qui œuvra donc bien avant les Oulipiens.

Enfin, Jean-Louis Bailly (né en 1953), est l’auteur du plus long lipogramme en e versifié, la Chanson du Mal-aimant , transcription fidèle de la C hanson du Mal-aimé , d’Apollinaire.

Au contraire d’un lipogramme, le pangramme est une phrase qui utilise toutes les lettres de l’alphabet, comme celle-ci, " Portez ce vieux whisky au juge blond qui fume" qu’on attribue également à Georges Perec.

* Ed. Denoël

Sources :

www.graner.net/nicolas/OULIPO/exp-lipo.html

Pour aller plus loin :

http://marcautret.free.fr/sigma/pratik/script/elipo.php

Sur le même sujet