Pour un management efficace : l'assertivité

On définit ainsi l'assertivité : « savoir tout dire de façon acceptable ». Eclairage sur un mode de management qui fait son chemin dans les organisations.
230

Manager ne s’improvise pas. C’est, au quotidien, un ensemble d’attitudes qui va permettre à un groupe de produire, ou non, des résultats. Dans les relations professionnelles (mais aussi dans la vie de tous les jours ), on note généralement quatre façons de faire face aux réactions d’autrui : la fuite, l’agressivité, la manipulation ou l’affirmation (appelée également assertivité). C’est cette dernière notion qui donne les meilleurs résultats lorsque l’on veut manager efficacement.

La fuite

Lorsque l’on évite les gens ou les évènements, on se trouve en situation de fuite. Outre la crispation « physique » qu’elle entraîne, celle-ci se manifeste par le fait de différer la gestion des problèmes posés. Le « fuyard » reporte, traîne, évite.

La fuite se reconnaît facilement : on l’observera par exemple chez la personne surmenée, ou encore observatrice. Elle se retrouve également chez l’idéologue, le pessimiste ou le conformiste.

Les conséquences d’une attitude de fuite sont les suivantes : le ressentiment, une perte de respect de soi-même. Evidemment, elle ne permet pas de diriger d’une manière efficace.

L’agressivité

La deuxième attitude souvent observée est l’agressivité. Celui qui en use hausse le ton, et coupe souvent la parole à ses interlocuteurs. Facilement ironique, il aime mettre mal à l’aise, pour, le croit-il, mieux s’imposer.

On observe l’agressivité chez l’insurgé, mais aussi chez la personne mielleuse : derrière une gentillesse excessive sommeille souvent une agressivité prête à bondir ! Les susceptibles l’utilisent, quant à eux, pour masquer leur frustration.

Les conséquences d’une attitude agressive sont le « retour de bâton », mais encore la souffrance ou l’épuisement. A trop agir en force, on gaspille son énergie psychologique.

La manipulation

Egalement largement répandue, la manipulation fait souvent beaucoup de dégâts. Elle se manifeste par un comportement un peu théâtral. La manipulateur n’est pas clair, car on ne sait pas où il veut en venir. Il porte un masque, joue un rôle, et ne fixe pas d’objectif. On trouve cette disposition chez les flatteurs, les conspirateurs, ou ceux qui aiment culpabiliser : reporter la faute sur l’autre permet d’éviter de s’affirmer.

Les conséquences de la manipulation apparaissent avec le temps. Ceux qui en usent perdent petit à petit la confiance des autres, car ils finissent toujours par être « démasqués ». La méfiance qui s’installe alors vis-à vis d’eux va fortement leur compliquer la tâche. Et leur crédibilité s’en trouvera affectée. Souvent durablement.

L’assertivité

La quatrième attitude, qui permet d’obtenir les meilleurs résultats, est l’assertivité. Ce mot vient de l’anglais « to assert », qui signifie affirmer, prétendre. Par extension : s’affirmer sans complexe, livrer sa propre vérité, reprendre la maîtrise.

L’assertif sait affirmer ses droits, donner son opinion sans réserve, le tout, d’une façon constructive. Ses rapports avec les autres sont des rapports de confiance, il est à l’aise dans le face à face. Ainsi, il est plus écouté, car son authenticité transparaît. Ses messages sont audibles, donc retenus, et souvent appliqués. Il ne se cache derrière rien ni personne, il est « lui-même ».

Enfin, l’assertif est responsable individuellement de ses actes et décisions. Il est en cela très éloigné du fatalisme, et de l’approche globale du « Système ».

Pour Sylvie Grivel , auteur du livre Etre soi dans ses relations (Eyrolles), « l'assertivité est un comportement, un mode relationnel, sous tendu par des techniques de communication. Etre assertif, c'est oser être soi ! Etre assertif, c'est aussi gagner de plus en plus en respect de soi, respecter les autres et se faire respecter ».

Alors, pour des relations harmonieuses au travail , mais aussi dans la vie de tous les jours, « affirmons-nous » un peu plus. Nous ne nous en porterons que mieux.

Sur le même sujet