Babyboomers et les média-sociaux

Une guerre digitale occupée par les papyboomers.

Les créateurs de Google , pleins de bonnes intentions, ont annoncé leur propre formule sociale, il y a quelques mois déjà. Rien de nouveau, dans ces informations. Facebook , sa Timeline et ses multiples applications ont complètement réagencé notre intéraction sur le "web social". Mais où se situent les papyboomers? Et bien croyez-le ou non, cette tranche démographique est belle et bien en plein essor, et se répand lentement sur la toile.

Bien que récalcitrants, certains résistants au phénomène donnent du fil à retordre mais se laissent peu à peu convaincre lorsqu'on leur présente la "bête sociale" sous un autre angle. On entend souvent:" Ma fille ci-ça, mon petit fils ça", "Mais moi cela ne m'intéresse pas" ou encore "Je n'ai pas le temps!"

Finalement, c'est un peu comme tout, en prenant le taureau par les cornes, on atteint ses objectifs. Le mien est de convertir mes collègues, associés et supérieurs hiérarchiques et de les convaincre que la pratique des médias-sociaux relève de la stratégie et pas uniquement d'un update sur la dernière soirée ou le dernier clip à la mode ou à alors de Big Brother .

enquête

Inside Facebook indique que la tranche ayant une croissance forte et rapide est celle des femmes âgées de plus de 55 ans, soient 173% de croissance. De plus, la croissance des utilisateurs séniors de médias sociaux indiquent que sur 11 %, 6 % l'utilisent au quotidien.

D'un point de vue business , la stratégie des médias-sociaux s'étend lentement à toutes les couches du marché et est devenu une véritable arme de masse pour les marketers et même dans le B2B. On dénote de nombreux PDG qui s'octroient, ou louent les services de jeunes loups du marketing afin de remplir la case stratégie digitale. Et de de ce fait, ils finissent par y plonger eux-mêmes. Les statistiques sont au vert, près de 53 % d'augmentation pour le budget des média sociaux est prévu pour les mois à venir. Aujourd'hui bon nombre de mes collaborateurs et supérieurs s'intéressent de plus en plus, afin d'en tirer les ROI ou ROE (Retour sur engagement). Les interrogations persistent: Pourquoi faire? Qu'est-ce que cela va apporter? Comment? Je veux des résultats! Je dois vraiment participer.

Les hérétiques sont nombreux intra entreprises, mais les prêcheurs plus encore, ce qui en bout de ligne, tend à une conversion lente et studieuse, et une optimisation de la gestion de ce nouvel outil.

Malgré, les guéguerres sociales naissances, ce phénomème génère beaucoup de distorsion et de contorsion cérébrale afin de savoir qui aura le mot de la fin? Dans tout cela, les experts et quelques papyboomers s'approprient lentement ces nouvelles armes du marketing et des communications pour relever les nouveaux challenge d'une économie en perdition.

Sur le même sujet