Mona Lisa serait sur le point de révéler ses secrets

Un italien, Silvano Vincenti, prétend livrer bientôt l'identité de La Joconde grâce à la découverte de lettres qui seraient dissimulées dans son regard.
7

Probablement peinte entre 1503 et 1506, La Joconde n'a de cesse d'interroger, de susciter fascinations et spéculations.

A l'aube du XXIe siècle, grâce à l'avancée toujours plus ingénieuse des nouvelles technologies, le tableau le plus célèbre du monde fait encore l'actualité.

Le regard de Mona Lisa crypté:

Alors que le sourire de Mona Lisa a toujours attiré les regards friands d'énigmes, curieux de découvrir l'identité du modèle de Léonard de Vinci, ce sont finalement ses yeux qui détiennent peut-être le secret. C'est en tous cas ce qu'affirme Silvano Vincenti, responsable du Comité national italien pour l'héritage culturel.

Le 13 décembre dernier, l'italien déclarait avoir repéré des lettres et des chiffres cachés dans le tableau, après l'avoir exploré à l'aide d'un grossissement d'images à haute résolution.

"Invisibles à l'oeil nu et peintes en noir sur un fond vert foncé apparaissent les lettres LV dans sa pupille droite, les initiales de Léonard à l'évidence, mais c'est ce qu'il y a dans sa pupille gauche qui est de loin le plus intéressant", a-t-il confié au Guardian, "il est très difficile de les déchiffrer clairement, mais ça semble être les lettres CE ou ce pourrait être un B", a-t-il ajouté.

Ses découvertes ne s'arrêtent pas là! Il aurait également repéré le nombre 72 peint sous une des arches du pont apparaissant derrière l'épaule gauche de La Joconde.

Si ces découvertes venaient à être confirmées cela relancerait, à n'en pas douter, les spéculations sur l'identité du modèle. Sujet débattu depuis de nombreuses années, l'identité de la jeune femme représentée sur le tableau est sujette à différentes hypothèses, jusque là invérifiables.

La plus acceptable d'entre elles et également la plus défendue par les historiens de l'art est celle qui atteste que la jeune fille serait Lisa Gherardini, épouse d'un riche marchand d'étoffes florentin; mais d'aucuns pensent a contrario que La Joconde est un autoportrait déguisé; d'autres encore, que De Vinci aurait fait le portrait de sa mère jeune.

Pour Silvano Vincenti il ne fait plus de doute que c'est un autoportrait, selon lui Léonard de Vinci voulait qu'on découvre l'identité du modèle par le biais de ses yeux, lesquels étaient pour le peintre la porte de l'âme et un moyen de communication.

Vincenti veut déterrer de Vinci:

L'hypothèse de l'autoportrait a été lancée par Lillian Schwartz, une historienne et artiste américaine, après qu'elle eut superposé à La Joconde un autoportrait du peintre datant de 1515.

Cette superposition révéla, il est vrai, quelques similitudes dans les traits des deux visages.

Silvano Vincenti et son équipe de chercheurs italiens, apparemment prêts à tout pour percer le mystère, ont annoncé il y a un an leur intention d'exhumer les restes de de Vinci. Cette exhumation tardive leur permettrait de procéder à une reconstruction faciale et ainsi déterminer si La Joconde est un autoportrait déguisé.

Mais les ossements enterrés à la chapelle St Hubert au chateau d'Amboise sont-ils bien ceux de Léonard de Vinci?

Mort en 1519, le peintre fut inhumé à la collégiale St Florentin du chateau d'Amboise. Cette dernière fut détruite lors de la Révolution française et fouillée en 1863, les restes que l'on y trouvât alors et que l'on supposât être ceux de Léonard de Vinci furent transportés et inhumés à la chapelle St Hubert du chateau en 1874.

Silvano Vincenti entend bien faire jour sur cet autre mystère en déterrant les ossements qu'il souhaiterait ensuite dater au Carbone 14. L'exhumation lui permettrait également de comparer l'ADN à celui de descendants bolonais de Léonard de Vinci.

Quant à la reconstruction faciale, si elle devait avoir lieu, elle serait réalisée par Francesco Mallegni, un professeur en anthropologie spécialisé dans la reconstruction.

Le paysage de La Joconde identifié:

Souvent considéré comme un décor imaginé par le peintre, le paysage apparaissant en arrirèe plan du tableau serait finalement Bobbio, un bourg médiéval situé dans le Nord de l'Italie.

C'est la découverte du nombre 72 par Vincenti qui a permis à Clara Glori, historienne d'art italienne, de formuler cette assertion. 72 représenterait 1472, année où le pont de Bobbio fut détruit par une crue de la rivière Trebbia.

"Leonardo a ajouté le nombre 72 sous le pont pour rappeler la crue de la rivière Trebbia et pour lui permettre d'être identifié", déclare Clara Glori dans son dernier ouvrage The Leonardo Enigma .

Silvano Vincenti, personnage fortement controversé:

Les mystères de La Joconde seraient donc sur le point d'être percés?

Ce n'est en réalité pas si sûr. Silvano Vincenti, parfois appelé "le détective de la Renaissance", est un homme pour le moins controversé, notamment en Italie.

A commencer par le fait qu'il n'est de formation ni historien ni scientifique, c'est un écrivain et ex-présentateur de télévision, d'où la controverse.

Depuis 2000, ce déterreur de cadavres accumule les découvertes, pas toujours authentifiées du reste, et fait en sorte de leur attribuer une large résonnance médiatique par des passages à la télévision entre autres choses.

Pascal Cotte, ingénieur et fondateur de Lumière Technology -qui a révélé les vraies couleurs de Mona Lisa grâce à une numérisation multi spectrale- est très sceptique quant à la découverte de lettres dans les yeux de La Joconde par Mr Vincenti.

"L'hypothèse de la présence de lettres dans les yeux de la Joconde est fantaisiste", a-t-il déclaré au Figaro, ajoutant que cela provenait plus certainement de craquelures de la peinture survenues avec le temps.

Quant à l'exhumation des ossements de Léonard de Vinci, elle est loin d'être faite. La fondation St Louis (propriétaire du chateau d'Amboise) contactée par téléphone, déclare n'avoir conclu à ce jour aucun accord ou début d'accord avec Silvano Vincenti.

Avant toute chose, la fondation attend de recevoir de Mr Vincenti un dossier scientifique et rappelle que le protocole pour des projets de cette ampleur recquiert au minimum un passage par le Ministère de la culture.

La Joconde continue certes de faire l'actualité mais ne semble pas prête à livrer ses secrets.

Affaire à suivre donc...

CONT 12

Sur le même sujet