Muhammad Yunus renvoyé de la Grameen bank

Le pionnier du microcrédit et prix Nobel 2006 Muhammad Yunus, a été limogé le 2 mars. Ce dernier a saisi la justice pour contester cette décision.
16

Muhammad Yunus, le "Banquier des pauvres", a créé la Grameen bank en 1983. Cette banque a pour fait remarquable de ne prêter qu'aux pauvres sous forme de microcrédits. Le docteur en économie et sa banque ont, pour leur action, reçu le prix Nobel de la Paix en 2006.

Mercredi 2 mars, la Banque centrale bangladaise a relevé Muhammad Yunus de ses fonctions de directeur général avec effet immédiat.

Yunus limogé par la Banque centrale bangladaise

Selon une déclaration recueillie par l'AFP de Muzammel Huq, président de la Grameen bank, Yunus aurait été renvoyé pour un manquement au règlement de la banque, encadrant la nomination de son directeur général.

Toujours selon Muzammel Huq, Yunus aurait été nommé au poste de directeur sans l'accord préalable de la Banque centrale.

En effet, une loi de 1991 encadrant le secteur bancaire donne de larges pouvoirs à la Banque centrale comme celui de mettre un terme aux fonctions des dirigeants des établissements du secteur privé.

Le lendemain de cette décision, le Procureur général du tribunal de Dacca, Mahbubey Alam, indiquait que Yunus avait engagé une action pour contester son renvoi.

La Grameen bank soutient son fondateur. Elle a indiqué dans un communiqué "qu'en accord avec les avocats de la banque, Muhammad Yunus reste à son poste". Celle-ci a également ajouté qu'en ce qui concerne la nomination de Yunus au poste de directeur général, elle s'est conformée à la loi.

Renvoi qui, selon les observateurs, a toutes les allures d'une cabale politique menée par le premier ministre Mme Sheikh Hasina contre Mr Muhammad Yunus.

Le pionnier du micro-crédit victime d'une cabale politique

Le limogeage de Yunus pourrait bien être une énième tentative pour diminuer son influence, lui qui, figure célèbre sur la scène mondiale, avait menacé en 2007 de créer son propre parti politique.

Depuis 2007, les relations entre Muhammad Yunus et le Premier ministre, Mme Hasina, sont chaotiques.

Cette année-là, le directeur de la Grameen bank avait dénoncé la vénalité de la classe politique bangladaise lors d'un entretien à l'AFP. Il avait alors déclaré que la politique du Bangladesh était une affaire de "pouvoir pour faire de l'argent".

Suite à cette déclaration, une plainte pour diffamation avait été déposée à l'encontre de Muhammad Yunus. Il a comparu devant un tribunal en janvier dernier.

Dans le cadre de son différend qui l'oppose à Yunus, Mme Hasina a fait une déclaration pour le moins virulente sur la Grameen bank qu'elle a accusé de "sucer le sang des pauvres".

Les tentatives pour déstabiliser Yunus s'additionnent donc depuis 2007. L'une des dernières a eu lieu le 12 janvier 2011. Le gouvernement bangladais a ordonné une enquête sur la Grameen bank, Muhammad Yunus étant alors à nouveau accusé de distribuer des prêts pour profiter des pauvres.

L'affaire s'était compliquée avec l'apparition d'un documentaire norvégien qui évoquait un transfert frauduleux de 100 millions de dollars de la banque vers une de ses filiales, dans les années 90. Détournement démenti après enquête.

Obscur ou justifié, le renvoi de Muhammad Yunus n'a cependant pas déstabilisé ce dernier puisqu'il regagnait son poste à la Grameen bank, le 3 mars au matin.

Une banque qui aide les pauvres

La Grameen bank (littéralement "banque des villages") est l'une des organisations de microfinance les plus influentes du monde, avec la Foundation for international community assistance et l'Accion international.

Le système de la Grameen bank est basé sur l'idée que les pauvres ont des compétences sous-exploitées et les microcrédits qui leur sont attribués visent à les mettre en avant et leur permettre d'en vivre.

Chaque microcrédit s'accompagne d'un socle de seize valeurs morales dont la première est d'adhérer aux quatre principes de la banque et d'en faire la promotion. Ces principes sont les suivants: Discipline, Unité, Courage et Travail.

Autre fait remarquable de cette banque, ces emprunteurs sont pour 97% des femmes, leur conférant ainsi un meilleur accès aux ressources et une meilleure participation aux décisions.

Selon la Grameen bank, elle a jusqu'ici déboursé 4,3 milliards d'euros de prêts et affiche des taux de remboursement de près de 98,35%.

Quelqu'issue qu'est le limogeage de Muhammad Yunus, on peut d'ores et déjà supputer qu'il aura des conséquences néfastes sur le secteur de la microfinance, déjà ébranlé par le scandale SKS.

Sur le même sujet