Les tiques et la maladie de Lyme

Une maladie méconnue prolifère à la campagne, mais aussi en ville dans les jardins privés ou publics : la maladie de Lyme. Elle se transmet par les tiques.
23

Les tiques sont des acariens qui prospèrent toute l'année mais surtout de mai et octobre. Ils vivent dans les bois, mais aussi dans les hautes herbes ou les buissons.

Les tiques croissent et se multiplient

Elles sont en expansion rapide, notamment à cause du réchauffement de la planète. On en trouve dans toute l'Europe. En Lettonie des forêts sont tellement infestées qu'on interdit aux gens d'y aller pour éviter les infections.

Ces antipathiques bestioles ne sautent pas sur leurs proies, contrairement à des préjugés bien répandus. Elles peuvent seulement grimper à moins d'un mètre du sol si elles sont adultes ou 50 cm si elles sont jeunes (nymphes). Les larves restent au niveau du sol ou à moins de 15 cm.

Les tiques aiment les endroits boisés et humides quand la température varie entre 7 et 25°.

Quand il fait trop froid elles s'enterrent pour résister, quand il fait trop chaud, elles restent au ras du sol sans bouger. Elles peuvent rester des mois sans manger. Elles ont juste besoin de l'humidité qu'elles trouvent dans l'air pour survivre.

Quand un mammifère animal ou humain arrive à leur portée, après un jeûne intensif, elles ne manquent pas l'occasion de se régaler de son délicieux sang bien chaud.

C'est à se moment qu'elles peuvent transmettre la maladie de Lyme.

Heureusement pour nous, les tiques ne portent pas toutes la maladie. On estime à environ 20% le nombre de ces acariens infectés. Mais il semble malheureusement que l'épidémie progresse.

La maladie de Lyme

Cette maladie est restée longtemps méconnue.

Elle se manifeste par de multiples troubles très handicapants.

Les personnes atteintes souffrent d'une très grande fatigue, de migraines, de douleurs articulaires. Elles s'essoufflent rapidement en marchant. Elles ont aussi de la peine à se concentrer et subissent des pertes de mémoire. Il peut arriver aussi qu'elles ressentent de grandes douleurs oculaires et qu'elles voient double. Elles peuvent aussi souffrir de douleurs de peau insupportables.

Tous ces maux ont été longtemps aggravés par l'incapacité des médecins à diagnostiquer cette maladie et ses causes.

Les malades livrés à eux-mêmes et sans recours pouvaient subir l'incompréhension de leur entourage et sombrer dans la dépression.

Se protéger

Si on veut éviter d'attraper la borelliose de Lyme transmise par les tiques, on peut prendre quelques précautions élémentaires.

Protection primaire

Quand on va se promener dans la nature, il vaut mieux porter des vêtements clairs, protecteurs longs et fermés.

Les sentiers sont plus sûrs que les endroits broussailleux susceptibles d'abriter les tiques.

On peut aussi se protéger avec des produits répulsifs contre les insectes, mais attention aux contre indications surtout chez les très jeunes enfants et les femmes enceintes.

Protection secondaire

Une fois rentré à la maison, il vaut mieux bien vérifier si on n'a pas ramené des tiques avec les fleurs ou les champignons, en particulier dans les zones habituelles de piqûres (aisselles, plis du genou, région génitale, cuir chevelu). Il faut le faire même si on n'a pas ressenti de piqûres.

Si vous avez la malchance de trouver une tique, il faut la retirer le plus tôt possible, avec une pince fine ou un tire-tique.

  • Saisir la bestiole par la tête au plus près de la peau en la tournant légèrement de manière à ne pas laisser le rostre ou la tête dans la peau.
  • Désinfecter ensuite à l'alcool.Au bout de 48h d'attachement le risque de maladie est élevé si la tique elle-même est infectée.

Si vous n'avez rien trouvé, mais que vous constatez un érythème migrant c'est à dire une rougeur circulaire de plusieurs centimètres de diamètre à croissance centrifuge avec un éclaircissement central, il vaut mieux consulter un médecin pour qu'il procède à des vérifications.

Surtout ne pas paniquer, toutes les tiques ne sont pas infectées, et la maladie rapidement détectée peut se soigner efficacement.

Sources :

- France Lyme association de lutte contre les maladies vectorielles à tiques (site internet : www.francelyme.fr )

- 16e conférence de consensus en thérapeutique anti-infectieuse du 13 décembre 2006organisée par la Société de pathologie infectieuse de langue française à l'Institut Pasteur, dans la publication Médecine et maladies infectieuses sur www.maladies-a-tiques.com

Sur le même sujet