user_images/133977_fr_cinma.jpg

GÉRARD VICTOR

Publié dans : Les articles Culture de Gérard Victor

UNE ESTONIENNE A PARIS de Ilmar Raag en DVD

Comme plus grand chose ne la retient dans ce pays qu'est l'Estonie, Anne accepte de venir à Paris s'occuper d'une vieille estonienne

Avant de s’occuper de sa mère qui vient de décéder, elle travaillait dans une maison de retraite alors pourquoi pas ? Elle est divorcée, sa fille et son fils vivent de façon indépendante. Pourquoi ne pas profiter de cette opportunité pour découvrir Paris ?

C’est ce que nous propose Ilmar Raag, un jeune scénariste et cinéaste francophile, venu de ce pays balte étudier à la Sorbonne pendant quatre années avant de travailler pour la télévision publique de son pays. Avec pour personnage principal?: Anne, qu’incarne la comédienne estonienne Laine Mägi, qu’il confronte à Frida, qu’interprète avec beaucoup d’autorité, Jeanne Moreau.

Les choses ne seront pas aussi faciles que cela entre ces deux femmes. Frida rejettera d’emblée Anne. Qui est cette femme, cette estonienne qu’on lui envoie à elle qui a rompu tout lien avec ce pays qui fut le sien, il y a si longtemps ? Si Frida est venue à Paris, c’était pour devenir actrice. Si elle n’est pas retourner dans son pays d’origine, c’est à cause de son invasion par les soviétiques... Mariée à un riche homme d’affaires plus âgé qu’elle, elle a donc profité d’une vie plus que confortable. Pour elle, un croissant doit être au beurre et acheté uniquement dans une boulangerie-pâtisserie car elle ne mange plus que ça en buvant du thé. Encore fallait-il qu’Anne en ait été informée ?

La confrontation de deux solitudes

Ce film nous conte l’histoire deux solitudes : celle d’Anne qui ne cesse de découvrir, à sa manière Paris, et celle de Frida qui s’accroche désespérément à celui qui fut son dernier amant, Stéphane (que joue Patrick Pineau que l’on voit beaucoup plus au théâtre que sur l’écran). Il est beaucoup plus jeune qu’elle et il est le seul à encore venir lui rendre visite. C’est lui qui s’est débrouillé pour faire venir Anne d’Estonie. C’est lui qui lui est redevable car elle lui a offert le café-restaurant dont il est le dirigeant. C’est lui qui n’ose pas lui dire qu’il aimerait aussi avoir une vie privée...

Ilmar Raag signe ici un film d’une facture très classique mais non dénué de charme car porté par des acteurs qui sont au plus près des personnages. Laissons-lui la parole : « Frida, à l’approche de la mort, souffre de se sentir diminuée, et se sentir vivante passe par le besoin de continuer à vivre une relation avec quelqu’un. Frida était venue à Paris avant la guerre, à la recherche de plaisirs romantiques et de liberté. A ce moment-là de sa vie, elle est confrontée à ses choix. Et elle se sent d’autant plus seule qu’elle n’a pas gardé de lien avec son pays d’origine. A travers sa relation à Stéphane, mais aussi à Anne, c’est la question de la transmission, de ce qui reste de soi, qui est évoquée. Anne et Stéphane, quant à eux, ont vécu. Ils peuvent rester comme ils sont ou décider de changer. Le film traite du besoin de se sentir vivant et du fait qu’il n’est pas évident d’oser le désirer, pour Anne, comme d’oser se libérer de l’emprise de Frida, pour Stéphane. »

Film (94’) – Bonus : Entretien avec le réalisateur Ilmar Raag (22’) – Présentation des décors par Pascale Consigny, chef décoratrice du film (8’) – Entretien audio de Jeanne Moreau par Rebecca Manzoni, le 16/12/2012 sur France Inter (8’)Pyramide Video

Film ♥♥♥

Bonus ♥♥♥

À propos de l'auteur

user_images/133977_fr_cinma.jpg

GÉRARD VICTOR

Je chronique des DVD ou Blu-ray à paraître ou déjà
  • 198

    Articles
  • 1

    Séries
  • 0

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!