Abattoir 5 enfin en DVD

Un classique du cinéma de science-fiction, fidèle au roman de Kurt Vonnegut Jr
8

Ce film de George Roy Hill (1921-2002) , Prix du Jury au Festival de Cannes 1972, s’inscrit dans sa filmographie entre deux énormes succès : Butch Cassidy et Le Kid (avec Paul Newman et Robert Redford), de nombreuses fois oscarisé, et L’Arnaque (avec les mêmes acteurs) qui reçut, entre autres, les Oscars du Meilleur Film et du Meilleur Réalisateur en 1974. G. Roy Hill le considère comme étant le plus proche de lui.

Très fidèle au roman éponyme de Kurt Vonnegut Jr (1922-2007), paru en 1969, ce film atypique mélange les genres : de la comédie de mœurs, on passe au drame, à la satire sur fond de science fiction. Il s’inspire en grande partie de l’expérience traumatisante que vécut K. Vonnegut Jr. Prisonnier de guerre, il fut le témoin du bombardement (du 13 au 15 février 1945) de la ville de Dresde, en Allemagne, par les troupes alliées et de ses suites.

Billy Pilgrim, le personnage du film, est certes un des vétérans de la Seconde Guerre Mondiale mais il a la faculté de voyager dans le temps. S’il est marié, père de famille, à tout moment il peut être renvoyé dans le passé ou le futur. Le passé est lié aux événements de Dresde et à sa rencontre de celui qui se déclare son ennemi juré : Paul Lazzaro. Quant au futur, c’est sur la planète Trafalmadore qu’il se déroule.

Un film dans tous les sens

Ce film est déroutant car de façon aléatoire, il passe du présent au passé et inversement. Quand il ne s’agit pas de sauts dans le futur. Mais Billy Pilgrim vit tout cela de façon détaché. Si on discerne une certaine mélancolie chez lui, il se met néanmoins toujours à distance des événements. Il sait déjà tout de lui et connaît l’heure, le jour et les circonstances de sa mort. C’est à une véritable suite d’ellipses qui, dans une logique non chronologique, s’enchaînent magnifiquement grâce au travail intelligent de cette monteuse que fut Dede Allen (1923-2010). C’est elle qui révolutionna le cinéma américain, en réalisant notamment le montage de Bonnie and Clyde d’Arthur Penn, en 1967, transposant outre-Atlantique des idées ayant émergées de la Nouvelle Vague française.

La vie selon Billy Pilgrim est « une connexion de moments reliés les uns aux autres dans un ordre dont la beauté réside dans ce sens qu’il est laissé au hasard. » S’il peut paraître parfois benêt, il est tout l’inverse du personnage de Forrest Gump (Film de Robert Zemeckis, en 1994) car il ne se laisse pas ballotter par les événements. Si il ne les maîtrise pas il en connaît d’avance les conséquences

A noter que la musique a été supervisée et interprétée par Glenn Gould (1932-1982). Les amateurs de musique classique et de Bach, en particulier, apprécieront.

Ce classique de la Science-fiction, qui paraît pour la première fois en DVD, une véritable fable philosophique.

Film + Bonus : Le Pèlerin d’Oz par Jean-Baptiste Thoret - Opening

****

**

Sur le même sujet