Adieu ma Concubine enfin en DVD et Blu-Ray

Ce film de Chen Kaige n'est pas loin, à mes yeux, du chef d'œuvre. Sorti en 1993, il a remporté la Palme d'Or au Festival de Cannes.
18

C’est, à ce jour, la seule et unique Palme du cinéma chinois), cette même année et toute une série de récompenses internationales. Son scénario est d’une richesse incroyable et nous conte le destin de deux artistes de l’Opéra de Pékin, que l’on associera parfois beaucoup trop à la fameuse œuvre : Adieu ma Concubine . Signalons que l’Opéra de Pékin n’est pas un lieu, comme celui de Paris ou d’autres villes, mais un genre musical où tous les rôles sont tenus par des hommes.

Tout au long de ce film dont l’histoire débute en 1924, alors que la Chine est sous le règne des Seigneurs de guerre, pour se terminer dans les années de l’après Mao, nous allons suivre deux artistes. L’histoire de la Chine sera l’arrière-plan de leurs carrières respectives. La Prise du pouvoir par les nationalistes, La Guerre avec le Japon, la Prise du pouvoir par les communistes menés par Mao ZeDong puis la sinistre Grande révolution culturelle prolétarienne.

Shitou et Douzi se sont rencontrés à l’école de l’Opéra de Pékin. En 1924, l’apprentissage y est rude, pour ne pas dire inhumain. Shitou, fils d’une prostituée, qui veut devenir chanteur et acteur, excédé par les coups qu’on lui assène, s’enfuira un temps de l’école. À l’occasion de sa fuite, il pourra assister à la représentation d’un Opéra. « Combien de coups faut-il subir pour devenir une star ? Quand deviendrai-je célèbre ? » se demande-t-il en pleurant, avant de réintégrer l’école.

Shitou et Douzi devenus adultes reprendront leur patronyme : Cheng Dieyi et Duan Xiaolou, respectivement incarnés par Leslie Cheung et Zhang Fengyi. Ils parcouront les routes et interpréteront Adieu ma Concubine aux quatre coins de la Chine. Cet Opéra décrit la déchéance du roi Chu qui jadis a été tout puissant mais à la fin, après avoir perdu contre le roi Han, tout ce qui lui reste n’est plus qu’un cheval et une femme, Yu. Il voulut que sa concubine parte mais elle refusa. Quand, pour la dernière fois, Yu versa du vin à son roi, elle se mit ensuite à danser pour lui avec une épée avant de se trancher la gorge, fidèle à son roi jusqu’à la mort. Cheng Dieyi interprète Yu et Duan Xiaolou, le roi Chu.

Le problème est que Cheng Dieyi s’investit de plus en plus dans ce rôle de femme, que ses sentiments sont de plus en plus troubles envers son partenaire de scène. Leur relation viendra même à se briser quand Duan Xiaolou tombera amoureux d’une prostituée, Juxian, incarnée par la ravissante Gong Li.

Chen Kaige* est comme Zhang Yimou (réalisateur d’ Épouses et Concubines en 1991, chroniqué ailleurs sur Suite 101) un cinéaste de la 5ème génération**, celle qui s’évertue à relire l’Histoire de la Chine, tout en mettant en avant l’intérêt personnel, les sentiments de l’individu plutôt que le collectif et la représentation de ses héros. Le symbolisme, le réalisme poétique et le sens du romanesque seront la marque de fabrique de la 5ème génération.

Un grand film tour à tour, âpre, cruel et violent, sans concession, mais aussi parfois tendre, poétique et tragique.

A voir de toute urgence.

Film + Bonus – 2 DVD – Le Cinéma Chinois Hier et Aujourd’hui de Hubert Niogret – Adieu ma Concubine et l’Opéra de Pékin par Hervé Bruhat – Making-of - Blu-Ray - D’Vision

Film ♥♥♥♥

Bonus ♥♥♥

* Après avoir été militaire, Chen Kaige a intégré l’Académie de Cinéma de Pékin. Il réalisa un premier film en 1984, Terre Jaune , puis en 1986, Le Roi des Enfants , qui fut le premier de la Chine populaire à être présenté en Sélection Officielle au Festival de Cannes. Ses premiers succès lui permettent d’être lauréat d’une bourse qui lui permettra d’aller étudier à la New York University Film School. Il réalisera avec Jim Jarmush et Aki Kaurismaki, Ten Minutes Older .

** Pour les amateurs de cinéma chinois, le visionnage du film d’Hubert Niogret, dans les Bonus, est indispensable et plus que vivement conseillé.

Sur le même sujet