Air Doll de Kore-Eda Hirokazu en DVD

Un film étonnant qui multiplie les surprises tout au long de son cours. Loin de toute trivialité, il nous conte, le destin d'une poupée gonflable

Cetta fable moderne est l’adaptation d’un manga The Pneumatic Figure of a Girl , de Gouda Yoshiee.

Hideo, un célibataire d’une quarantaine d’année, mène une vie simple, dans une petite maison de la banlieue de Tokyo. Pour meubler sa solitude et assouvir ses désirs sexuels, il a acheté une poupée gonflable. Il l’a appelée Nozomi, du nom de sa dernière petite amie. Il lui parle, prend son bain avec, lui fait l’amour tous les soirs, la regonfle de temps à autres. Kore-Eda Hirikazu ne nous épargne aucun détail de cette morne routine. N’oublions pas que ce cinéaste a débuté sa carrière en tant que documentariste avant de passé à la fiction et s’inspirer, jusqu’à ce film, d’histoires vraies (Comme Still Walking , en 2009, chroniqué ici).

Miracle, un beau jour, Nozomi découvre qu’elle vit, peut bouger seule, parler, ressentir des sentiments. Elle va s’habiller et sortir dans la rue. Elle va alors découvrir la vie et s’émerveiller de tout. Elle va même tomber amoureuse de Junichi, le jeune employé d’un vidéo-club, où elle finira par travailler. Mais Nozomi va se couper accidentellement et commencer à se dégonfler. Junichi va alors la réparer d’un morceau de scotch et la regonfler en soufflant en elle, lui redonner vie. Elle prendra vraiment conscience alors de son côté éphémère. « Je suis une poupée d’air. Un modèle périmé, le moins cher. » dira-t-elle amèrement après avoir découvert chez Hideo, le carton dans lequel elle se trouvait quand il l’a achetée. Modèle CANDY : 5 980 ¥.

Très touché par l’histoire de cette poupée remplie d’air par l’homme qu’elle aime, Kore-Eda a réalisé avec talent, délicatesse, cette fable sur la vie et la quête du bonheur. A noter que pour ce film, il a fait appel au chef-opérateur d’origine taïwanaise, Mark Lee Ping-Bing (à qui on doit la magnifique photo de In The Mood For Love de Wong Kar-Wai, en 2000) qui lui a permis de filmer et de voir autrement l’univers de villes japonaises.

Au-delà de l’histoire, Kore-Eda s’est inspiré également des propos du poète japonais Yoshino Hiroshi : « La vie semble ainsi faite que l’on ne peut pas être vraiment heureux seul. » Ce point de vue est celui du film et résume le monde et la vie des personnages du film. « À première vue, ce film ressemble à une histoire d’amour, mais les vraies questions que j’y aborde concernent la nature humaine : les hommes peuvent-ils combleur leur propre vacuité ? Quel est le sens de la vie ? Qu’est-ce qu’un être humain ? »

Ce film sensible et riche en émotions a reçu le Grand Prix au Festival du Film romantique de Cabourg, en 2010, après avoir été présenté au Festival de Cannes, dans la section Un Certain Regard. Il doit beaucoup à son actrice principale, la comédienne sud-coréenne Bae Doona, qui "incarne" de façon remarquable cette poupée d’air.

À voir absolument.

Film seul - Ocean

Film ♥♥♥♥

No Bonus

Sur le même sujet