Another Year de Mike Leigh en DVD

C'est au fil des saisons que nous apprenons à mieux connaître Tom et Gerri, leurs amis et autres membres de leur famille.

Tom et Gerri Hepple vivent non loin de Londres. Sexagénaires, ils continuent à travailler. Lui est géologue, elle, psychologue en milieu hospitalier. Ils forment un couple heureux, un de ces couples qui acceptent de vieillir ensemble sans plus trop se poser de questions. Ils vivent au rythme des saisons et des plantations qu’ils font dans leur petit jardin potager.

Chaque saison nous donne l’occasion de découvrir de nouveaux visages, de nouvelles histoires. Le temps passe avec son cortège de joies et de peines, d’espoirs et de découragements. On y parle de fraternité, de solitude, de naissance, de mort... Mike Leigh a magnifiquement orchestré ces moments de vie qui vont bien au-delà de ce qui aurait pu être une simple chronique. Il nous dresse une galerie de portraits de gens ordinaires avec leurs hauts et leurs bas.

Mary (Lesley Manville), 54 ans, une des secrétaires de l’hôpital, noie sa solitude dans l’alcool. Elle se désole de ne plus avoir de compagnon et se verrait bien dans les bras de Joe (Oliver Maltman), le fils de Tom et Gerri. Elle s’invite volontiers chez eux, sans forcément prévenir, au prétexte qu’elle est seule. Ken (Peter Wight) est un vieux copain du couple. Il ne cesse de boire et de fumer cigarette sur cigarette, en regrettant le "bon vieux temps"... Linda, la femme de Ronnie (David Bradley), le frère aîné de Tom, est malade. Elle décèdera lors de l’hiver du film. Elle laissera Ronnie inconsolable et incapable de réagir aux propos et gestes de Carl (Martin Savage), son fils qu’il n’a pas revu depuis des lustres. Il y a de la tendresse, de l’humour mais les dialogues sont parfois d’une cruauté dérangeante, à l’image des rapports humains que ces personnages entretiennent entre eux.

Mais Tom (Jim Broadbent) et Gerri (Ruth Shee) sont-ils aussi généreux qu’ils le laissent supposer ? N’ont-ils pas une nette propension à être plus observateurs que condescendant ? N’ont-ils pas tendance à plus observer qu’aider ? Un film sur la vieillesse, sur celles et ceux qui l’acceptent ou la refusent. Un film sur la souffrance, la dépendance aux autres parfois d’une grande cruauté tellement il sonne juste.

C’est une des meilleures réalisations du cinéaste britannique Mike Leigh qui, comme, à chaque fois, a su s’entourer de comédiens de grand talent, avec qui, il a l’habitude de travailler. « Le casting est essentiel dans mes films. Mon talent dépend de mes acteurs et mes acteurs doivent être excellents, intelligents, subtils » dit-il, et ils le sont ici. Comme à son habitude, il y eut de nombreuses répétitions avant le tournage. Les comédiens sont invités également à participer à la construction de leur personnage ce qui donne à leur interprétation un grand naturel.

Du très grand cinéma. A voir absolument.

Film + Bonus : Entretien avec Mike Leigh – Regard sur le film par Olivier Père – Diaphana

Film ♥♥♥♥ Bonus ♥♥♥

Sur le même sujet