Bandolero ! de Andrew V. McLaglen en DVD et Blu-ray

Ce film, sorti en 1968 et présenté ici dans une version entièrement remasterisé, peut être considéré comme le dernier des westerns hollywoodiens classiques

Malgré les films de Sam Peckinpah qui a, en quelque sorte, dynamité le genre, le western n’est plus en odeur de sainteté aux USA qui sont empêtrés alors dans le conflit vietnamien. Ce sont les "westerns spaghetti" qui finalement réussiront à renouveler le genre. Rappelez-vous que Pour une Poignée de Dollars , de Sergio Leone, date de 1964.

Malgré son classicisme, on retrouve néanmoins dans Bandolero ! des traces de modernité. Dès le générique, la musique, signée Jerry Goldsmith, s’avère très imprégnée de l’influence d’Ennio Morricone, compositeur attitré de Sergio Leone. Il y a aussi des gros plans, notamment ceux du chef des bandaleros dont le visage n’est pas sans rappeler les "gueules", les tronches de certains malfrats des "westerns spaghetti". Comme le dit Patrick Brion, dans les Bonus : « on sent l’influence du nouveau western » qui dérive vers une plus grande violence.

Andrew V. McLaglen fut, avant de passer à la réalisation l’assistant de John Ford et de William A. Wellman (dont un des films a été récemment chroniqué ici). Cela explique son approche très classique du cinéma. Il eut le privilège de diriger John Wayne, dans Le Grand McLintock , en 1963. John Wayne était un très grand ami de son père, le comédien Victor McLaglen qui tournèrent ensemble de très nombreux films comme La Charge Héroïque ou Rio Grande .

Un casting de qualité

Pour Bandolero ! Andrew V. McLaglen a composé avec cet extraordinaire comédien qu’est James Stewart. Cet acteur qui savait jouer tous les rôles et dont la filmographie est plus qu’impressionnante. C’est lui qui incarne ici Mace Bishop, le frère aîné de Dee, que joue Dean Martin. Ce comédien, sous-estimé selon Patrick Brion, a déjà joué dans des westerns comme le magnifique Rio Bravo d’Howard Hawks, en 1959. On retrouve également Raquel Welch, dans le rôle de Maria Stoner.

Nous sommes en 1867, à Val Verde, au Texas, quand après un hold-up raté, Dee Bishop ainsi que ses hommes sont arrêtés, jugés et condamnés à mort. C’est tout à fait par hasard que Mace apprend que son frère cadet doit être pendu. La Guerre de Sécession les a séparés. Mace s’est battu du côté des Yankees (les Nordistes) alors que Dee était aux côtés des Confédérés (les Sudistes) avant de rejoindre le gang de William Quantrill, de sinistre mémoire. Mace se débarrasse du bourreau, qui était en route pour Val Verde, et prend son identité. Il réussira ainsi à libérer Dee et ses hommes et s’enfuira avec eux qui ont pris en otage, Maria Stoner, la veuve d’un homme abattu lors du hold-up. Ils filent vers le Mexique poursuivi par le shérif Johnson mais ils vont se retrouver sur le territoire des bandoleros , redoutables bandits mexicains.

Un film sans temps mort, mêlant actions, chevauchées et humour. Un spectacle divertissant comme on n’en fait plus.

Film (102’) + Bonus – Bandolero! Vu par Patrick Brion, historien du cinéma (23’) – Blu-Ray - Filmedia

Film ♥♥♥

Bonus ♥♥♥

Sur le même sujet