HOWL en DVD

Nous sommes en 1955, à San Francisco, un poète âgé de 29 ans, non encore publié, présente sa vision du monde dans un texte en 4 parties

Il l’a intitulé Howl *. Il s’appelle Allen Ginsberg et fait une lecture de ce qui deviendra une des ses œuvres maîtresses.

Il est loin d’imaginer que son texte, ambitieux et révolutionnaire, va déclencher un scandale retentissant et donner naissance à l’un des mouvements les plus importants de la littérature américaine : la Beat Generation d’après une expression de Jack Kerouac. Il est loin d’imaginer également que son poème enverra devant les tribunaux son éditeur Lawrence Ferlinghetti. Pour on ne sait quelles raisons, Allen Ginsberg était persuadé qu’il ne serait jamais édité donc il avait écrit ce qu’il avait voulu... sans aucune retenue.

Un film réalisé par Rob Epstein et Jeffrey Friedman

Cette fiction est plus qu’intéressante dans la mesure où il nous donne plusieurs visions du texte de ce poème flamboyant, à la fulgurance rare, en alternant quatre points de vue. Celle d’Allen Ginsberg (incarné ici par le talentueux comédien James Franco) au cours de la lecture/interprétation personnelle de son propre texte?; celle du ridicule procès de son éditeur, en 1957, qui vire à la simple explication de texte?; celle de l’auteur et dessinateur Eric Drooker, qui collabora avec Allen Ginsberg pour Illuminated Poems , à travers la très réussie intégration d’images animées illustrant le texte. Mais ce qui vient peut-être éclairé l’ensemble est cette "fausse/vraie" interview d’Allen Ginsberg, filmée comme un documentaire, les co-auteurs de ce film viennent de cet univers cinématographique.

James Franco rejoue avec les vrais mots d’Allen Ginsberg, une interview imaginaire. La rumeur veut que le poète se serait entretenu avec un journaliste de Time Magazine au moment du procès, qui eut lieu en 1957 mais jamais l’article parut... Les co-auteurs ont voulu mettre en scène ce qu’aurait pu dire réellement le poète, après avoir étudié, analysé, les multiples interviews que ce dernier avait pu donner tout au long de sa carrière.

Les deux cinéastes, désireux au départ de réaliser un documentaire optèrent pour la fiction, un mélange de scènes jouées, rejouées d’après les minutes du procès, d’images d’archives, d’images animées d’une très grande force graphique. Ils ont bâtit un scénario qui invite les spectateurs dans l’aventure de Howl , entre bataille judiciaire, odyssée spirituelle et la révélation d’un des plus grands écrivains américains du XXe siècle.

Un film exigeant qui ne manque pas de qualité, en tout cas exemplaire pour toutes personnes s’intéressant de près ou de loin à la littérature américaine contemporaine. Un seul regret : l’absence de Bonus...

Film (84’) Condor Entertainment

*Hurlement

Film ♥♥♥1/2

No Bonus

Sur le même sujet