Lili Marleen de Rainer Werner Fassbinder en DVD

Le portrait d'une chanteuse dans l'Allemagne nazie

Tout le monde associe la chanson «Lili Marleen» à Marlène Dietrich, qui l’a popularisée, alors qu’elle a été créée en 1938 par la chanteuse réaliste allemande Lale Andersen. Elle a été tirée d’un poème écrit en 1915 par le romancier Hans Leip qui, à l’époque, était amoureux de deux jeunes filles?: Lili et Marleen*. La musique, quant à elle, est de Norbert Schultze. C’est la version que nous connaissons aujourd’hui car il y en eut une autre composée par Rudolph Zink, en 1936, toujours à la demande de Lale Andersen.

Rainer Werner Fassbinder s’est, pour ce film de commande et à qui on a imposé le sujet, en fait librement inspiré du destin de cette interprète et de son aventure amoureuse avec le compositeur Rolf Liebermann**, d’origine juive. La chanteuse s’appelle ici Willie. Elle est brillamment incarnée par Hanna Schygulla. Fassbinder, qui l’avait déjà dirigée dans 15 films et avait déclaré ne plus vouloir travailler avec elle, lui a finalement offert un des plus grands rôles de sa carrière.

Obligée de rester en Allemagne à cause de dettes en Suisse

En 1938, à Zürich, Willie (Hanna Schygulla), une jeune chanteuse allemande, tombe amoureuse de Robert (Giancarlo Giannini), un musicien suisse. Son père (Mel Ferrer) est le chef d'une organisation qui fabrique de faux passeports pour les juifs cherchant à fuir l’Allemagne nazie. Mais la guerre va séparer Willie et Robert. En fait les autorités helvétiques l’empêchent de raccompagner Robert à Zürich, après un court séjour en Allemagne, car elle est endettée et doit 6800 Francs Suisses de l’époque.

Willie connaîtra le succès, pour ne pas dire le triomphe, avec sa chanson «Lili Marleen» qui sera diffusée par Radio Belgrade aux quatre coins du Reich. Elle fera une fulgurante carrière, devenant bien malgré elle l’égérie d’un pouvoir qu’elle redoute. On l’identifiera même à sa chanson fétiche en l’appelant Lili Marleen. « Pour la première fois de ma vie, j’ai de la chance. Je fais tout pour la garder » dira-t-elle. Le destin la réunira à nouveau avec Robert qui continue ses missions secrètes mais il est arrêté... « Tant que je vivrai, je serai toujours de ton côté. Mais on ne choisit pas toujours... comment on vit, quand on veut... survivre » avait-elle prédit.

Ce film de 1980 s’inscrit dans la filmographie de Rainer Werner Fassbinder entre Le Mariage de Maria Braun et Lola, une Femme Allemande . Il disposa pour ce film d’un budget plus que conséquent, dix fois supérieur à celui qu’il eut pour son film précédent. Fassbinder et ses scénaristes se sont ingéniés à mêler mélodrame classique, romance historique et film d’espionnage dans cette fresque monumentale qui est malgré tout le portrait d’une femme au destin hors du commun.

Une œuvre majeure de Fassbinder. Un seul regret?: le manque de Bonus. Ce qui est inaccoutumé chez Carlotta qui fait habituellement un travail éditorial remarquable.

Film (115’) - Carlotta

Film ♥♥♥♥

No Bonus

* une autre version voir sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Lili_Marleen

** qui fut administrateur puis administrateur général de l’Opéra de Paris entre 1973 et 1980

Sur le même sujet