Michel Petrucciani - le film de Michael Radford - en DVD

Le portrait d'un homme hors du commun

Il n’est pas dans mes habitudes de chroniquer ici les films documentaires mais l’amateur de jazz que je suis, me contraint à parler de ce film qui nous dresse le portrait d’un homme hors du commun.

Ce film, chargé d’émotion, ne nous parle pas uniquement du musicien génial qu’était Michel Petrucciani mais de l’homme qu’il était vraiment au-delà de son lourd handicap physique*. «? Je suis différent et tout va bien?! ?» aimait-il à dire alors que la maladie le faisait souffrir atrocement. Comme pour compenser cette malédiction, la vie lui accorda néanmoins deux dons : un extraordinaire sens de la musique et une personnalité charismatique hors du commun qui charma tout le monde et plus particulièrement les femmes.

Sur scène à 13 ans

Ce film nous démontre sa rage de vivre, son besoin d’aller de l’avant. « More Forward **» était son leitmotiv, quitte à brûler la vie par les deux bouts car il était excessif en tout. Génie absolu du piano, il est né dans une famille de musiciens semi-professionnels qui n’écoutaient que du jazz: Miles Davis, Django Reinhardt, Art Tatum, etc. Si bien, qu’à l’âge de trois ans, il connaissait par cœur tous ces titres qui allaient devenir des standards. Ajoutez à cela sa fervente envie de jouer du piano et à l’âge de 13 ans, il donna son premier concert public en accompagnant le trompettiste américain Clark Terry. Consécration suprême, il devint le premier musicien non-américain à signer sur le label mythique Blue Note.

Bâti sur la base de témoignages drôles et émouvants de proches de l’artiste ainsi que sur des images d’archives publiques et privées souvent inédites, ce film du réalisateur anglais Michael Radford est une totale réussite. Bien qu’il ne le connaissait pas, comme il l’avoue, et n’en avait même jamais entendu parler, il a réussi à dresser le portrait et dessiner le parcours d’un artiste hors du commun, facétieux, bavard, raconteur, coureur, jouisseur, mais parfois sombre et désespéré. Il était doué pour la musique mais aussi pour la vie avec aussi des défauts. Un artiste dont la seule envie était de « marcher sur la plage avec une femme à ses côtés ».

Mais tout s’arrêta pour Michel Petrucciani le 6 janvier 1999. Epuisé par un emploi du temps démentiel, il donna 220 concerts en 1998, affaibli par la maladie, de retour à New York, il attrapa durant l’hiver 1998 une pneumonie dont il ne se releva pas.

À voir absolument même si on n’est pas amateur de jazz.

Film seul – Éditions Montparnasse

Film ♥♥♥♥

* Il est né le 28 décembre 1962 avec une ostéogénèse imparfaite ou maladie des os de verre, un trouble génétique invalidant, qui fait que ses os se cassaient à la moindre pression (à sa naissance, tout son corps était fracturé). Il ne dépassa jamais les 102 centimètres.

** «En avant toute !»

Sur le même sujet