Papa Longues Jambes de Jean Negulesco en DVD et Blu-ray

Cette comédie musicale, de 1955, plus connue, des amateurs du genre, sous le titre de Daddy Long Legs nous est enfin proposée

Ce film était un des préférés de Frederick Austerlitz, que nous connaissons tous sous le nom de Fred Astaire. Il aborde frontalement une histoire d’amour entre une femme et un homme âgé de plus de trente ans qu’elle. Jervis Pendelton III, incarné donc par Fred Astaire, est un milliardaire américain atypique. Il a pour habitude de gérer sa fortune en jouant de la batterie tout en écoutant les disques de ses grands orchestres de jazz préférés. Il fait une confiance absolue à son Fondé de pouvoir M. Griggs. Nous sommes d’entrée de jeu dans l’univers de la comédie musicale américaine si ce n’est celui du conte de fée.

À l’occasion d’un voyage en France, dans le cadre d’une Mission économique mandatée par le gouvernement américain, Jervis, suite à un accident de voiture, va croiser Julie André, interprétée par Leslie Caron. Elle a 18 ans et vit dans un orphelinat, près de Soissons. Il tombe aussitôt amoureux d’elle. Rendu chez l’ambassadeur des États-Unis, à Paris, il va s’enquérir de la possibilité de l’adopter mais elle a 18 ans... Il veut l’emmener aux USA et parfaire son éducation. Jervis ne l’adoptera pas mais deviendra son mécène anonyme en finançant ses études à l’université de Walston*. La seule obligation de Julie sera d’adresser tous les mois une lettre à un certain John Smith, PO 3642 New York City**, dans laquelle elle racontera ses faits et gestes et ses progrès universitaires.

Chorégraphie de Roland Petit

Cette comédie musicale ne manque ni de charme ni de panache. Elle a au moins le mérite de ne pas être la énième histoire basée sur la vie d’une danseuse, d’une actrice ou d’une troupe de comédiens. Réalisé de façon très classique, très élégante, par ce touche à tout qu’était Jean Negulesco, ce film n’a néanmoins pas la richesse d’un film signé Vincente Minnelli. Notons cependant la qualité de la chorégraphie mise en place par le français Roland Petit. Il nous offre au cours du film quelques intermèdes qui sont de véritables petits ballets tournés dans des décors très théâtraux, hors du contexte du scénario.

Pour la "petite Histoire", Fred Astaire tourna ce film alors que son épouse venait de décéder d’un cancer du poumon. Rien n’y paraît à l’écran. Il est aussi magique que d’habitude non seulement quand il danse mais aussi quand il marche.

À noter la qualité des Bonus audio dédiés à la personnalité et à la carrière de Fred Astaire vus par des personnes ayant travaillé avec lui, l’ayant cotoyé ou qui ont une connaissance approfondie de ses films et de sa technique.

Un joli spectacle.

Film (126’) + Bonus - Le Jazz de Fred Astaire (60’) – Papa longues jambes par Leslie Caron (3’)- 2 émissions audio réalisées par Thierry Lebon pour TSF Jazz – Blu-ray - Filmedia

* Cette université est fictive

** Une boîte postale

Film ♥♥♥1/2

Bonus ♥♥♥1/2

Sur le même sujet