Tragédies de Shakespeare volume 1 – Coffret 6 DVD –

6 chefs-d'oeuvre de la littérature universelle, ainsi que des classiques à redécouvrir dans des mises en scène de référence et des comédiens de premier plan

Même si Anonymous , le film de Roland Emmerich, sorti récemment en salle, reprend la théorie selon laquelle Shakespeare ne serait pas l’auteur des pièces qu’on lui connaît et que ce serait, en fait, Edouard de Vere, 17e comte d’Oxford le véritable créateur, il n’en demeure pas moins que l’œuvre bâtie est d’exception.

Si la langue anglaise a été rebaptisée "la langue de Shakespeare", il n’est pas surprenant qu’aujourd’hui encore cet auteur soit considéré comme l’un des plus grands dramaturges et écrivains de la culture anglo-saxonne. Ce coffret le démontre en reprenant six de ses tragédies ( Titus Andronicus , Roméo et Juliette, Jules César, Hamlet, Troïlus et Cressida et Othello ) produites par la BBC pour la télévision mais avec les moyens du cinéma.

Ces 6 tragédies sont extraites des 37 pièces qui, au total, ont été adaptées et filmées, en studio, entre 1978 et 1985. Tout cela constitue un ensemble incroyable, dans des mises en scène de référence de grands réalisateurs comme Jonathan Miller, Shaun Sutton ou Cedric Messina, et des acteurs phares tels que Anthony Hopkins, Alan Rickman, John Shrapnel ou encore Bob Hoskins. Ce coffret est donc le premier d’un ensemble qui rassemblera, à terme, l’intégralité de la collection Shakespeare/BBC.

Ce projet audacieux et ambitieux de captation offre un regard de cinéaste sur l’oeuvre, la rendant plus facile d’accès. Avec la qualité, l’excentricité et l’originalité de mises en scènes made in Britain , cette édition en VO et en VO sous-titrée anglais ou français, fidèle dans les moindres détails au texte d’origine, est unique ! Une note de Jean-Pierre Richard, qui a contribué à l’édition de William Shakespeare dans la Pléiade des Éditions Gallimard, accompagne chacune des six oeuvres.

Titus Andronicus

Dirigé par Jane Howell

2h48 min

Interprètes : Trevor Peacock (Titus Andronicus), Eileen Atkins (Tamora), Edward Hardwicke (Marcus), Anna Calder-Marshall (Lavinia) et Brian Protheroe (Saturninus).

« Si jamais il m’arriva dans le cours de ma vie de faire une seule bonne action, je m’en repens de toute mon âme . »

Titus, général romain vaillant et héroïque, a vaincu les Goths et revient en triomphe à Rome avec ses prisonniers, dont la reine des Goths, Tamora. Prétextant qu'il obéit aux lois de sa religion pour protéger ses fils morts au combat, Titus offre le fils aîné de Tamara en sacrifice. Sur le plan politique, Titus aide Saturninus à devenir le nouvel empereur de Rome. Mais quand Saturninus choisit Tamora pour femme, une vague irrépressible de vengeance sanglante se déchaîne ...

« Première tragédie composée par Shakespeare, en 1592, à l’âge de vingt-huit ans seulement, Titus Andronicus est plus qu’une terrifiante "tragédie de la vengeance", c’est le constat sans précédent d’une perte des valeurs humanistes de la Renaissance : honneur, vertu, justice, culture et miséricorde.» nous dit Jean-Pierre Richard.

Roméo et Juliette

Dirigé par Alvin Rakoff

2h48 min

Interprètes : Patrick Ryecart (Roméo), Rebecca Saire (Juliette), Michael Hordern (Lord Capulet), John Gielgud (le coeur), Alan Rickman (Tybalt) et Celia Johnson (la nourrice).

« Mon unique amour émane de mon unique haine ! Je l’ai vu trop tôt sans le connaître et je l’ai connu trop tard. »

Roméo, héritier de la grande lignée des Montaigu, assiste à un bal masqué donné dans la demeure des Capulet à Vérone. Il y tombe amoureux de Juliette, la fille du seigneur Capulet, ennemi juré des Montaigu. Les amants, unis secrètement par le frère Laurent, n'auront cesse de proclamer leur amour pour faire face à l’escalade de la violence entre les deux familles ennemies.

« La légende des amants de Vérone s’écrivait en italien depuis déjà un siècle lorsqu’elle fut reprise en anglais en 1562 dans un poème de trois mille vers, source directe de Shakespeare ; mais son Roméo et Juliette rompt avec l’âge de Pétrarque. Loin du sentimentalisme auquel Roméo et Juliette est parfois associé, cette oeuvre du début de la maturité cultive de bout en bout l’ironie. » (Jean-Pierre Richard)

Jules César

Dirigé par Herbert Wise

2h40 min

Interprètes : Richard Pasco (Brutus), Keith Mitchell (Marcus Antonius), Virginia McKenna (Portia), David Collings (Cassius) et Charles Gray (Jules César).

« Je pourrais être ému, si j’étais comme vous. Si j’étais capable de prier pour émouvoir, je serais ému par des prières . »

Les foules acclament Jules César, grand conquérant de Rome, victorieux de Pompée le Grand. Cependant, certains Romains sont inquiets de la puissance et de l’autorité assumée du dictateur. Parmi eux, citoyen de premier plan, l’honorable et respectable Cassius, ainsi que Brutus, un ami de César. Les conséquences de leurs actes vont bientôt jeter la République dans une tourmente violente et amère…

César. Qui est “César” ? Connu de tous et, en même temps, méconnu de la plupart: bon, mauvais, tyrannique ou vengeur suprême ? Certains l’acclament, d’autres le haïssent. Faut-il le nommer roi de la République ou l’assassiner ? Les avis divergent, Rome se déchire. Finalement tout est affaire de rhétorique. Ici, c’est le théâtre qui se donne en spectacle: avec Jules César on voit précisément comment se fabrique un personnage.

Hamlet

Dirigé par Rodney Bennett

3h40 min

Interprètes : Derek Jacobi (Hamlet), Patrick Stewart (Claudius), Claire Bloom (Gertrude), Patrick Allen (le fantôme du père d’Hamlet) et Eric Porter (Polonius).

« Être, ou ne pas être, telle est la question. Y a-t-il plus de noblesse d’âme à subir la fronde et les flèches de la fortune outrageante, ou bien à s’armer contre une mer de douleurs et à l’arrêter par une révolte ? »

De retour au Danemark, le prince Hamlet apprend la mort de son père et trouve le trône usurpé par son oncle Claudius. Le spectre du souverain défunt apparaît à Hamlet pour lui révéler qu’il a été empoisonné. Hamlet promet que ce crime ne restera pas impuni. Mais au bord du gouffre, le voilà qui hésite... « Être ou ne pas être, telle est la question ».

« Avant même l’entrée en scène d’Hamlet, nous voilà conviés à une quête de soi, au spectacle de "l’homme intérieur", la réflexion primant sur l’action, même si la pièce reste, comme l’affirmait Lord Byron, « une monumentale énigme », comme en témoignent les vers les plus connus de Shakespeare «Être, ou ne pas être, telle est la question. » Quelque chose est à jamais détérioré au royaume du Danemark mais Hamlet a-t-il envie d’en être le héros vengeur et purificateur ? » (Jean-Pierre Richard)

Troïlus et Cressida

Dirigé par Jonathan Miller

3h10 min

Interprètes : Anton Lesser (Troïlus), Suzanne Burden (Cressida), Charles Gray (Pandarus), Benjamin Whitrow (Ulysse) et John Shrapnel (Hector).

« Luxure, luxure ! Toujours guerre et débauche. »

Si elle est aussi une lutte à sa manière, l’histoire d’amour de Troïlus et Cressida est comme une trêve en pleine guerre de Troie. Troïlus fait une cour passionnée à Cressida, dont il finit par gagner le coeur rebelle. Mais celle-ci, échangée malgré elle contre un prisonnier troyen, rejoint son père dans le camp grec où elle va trahir ses serments de fidélité éternelle.

Une pièce qui oscille entre la tragédie et la comédie. Unique en son genre, elle a été perçue à l’époque de sa création, comme « moderne », ce, en partie dû à la fracture opérée avec certaines valeurs fondamentales : hiérarchie, honneur et amour. Mais il s’agit ici davantage de l'homme, seul en proie avec lui-même, qui subit les conséquences du mal qu'il génère en lui-même.

Othello

Dirigé par Colin Lowrey

Interprètes : Anthony Hopkins (Othello), Bob Hoskins (Iago), Penelope Wilton (Desdemona), David Yelland (Cassio) et Rosemary Leach (Emilia).

« Oh ! Prenez garde, Monseigneur, à la jalousie ! C’est le monstre aux yeux verts qui produit l’aliment dont il se nourrit ! »

Général au service de Venise, Othello est un homme heureux, au sommet de sa gloire. Tout juste marié à Desdemona, son bonheur n’en est pas moins fragile : le perfide Iago, jaloux et machiavélique, persuade Othello de la trahison de sa femme. Et le héros superbe et généreux tombe dans un piège fatal...

Cette tragédie captivante, magistralement construite et servie par deux grands comédiens hollywoodiens, Anthony Hopkins et Bob Hoskins, demeure sans doute la plus belle expression littéraire d’une passion éternelle, celle de la jalousie.

6 chefs-d’oeuvre de la littérature universelle, ainsi que des classiques à redécouvrir.

Couleur – 4/3 – 1.33 – Mono – VO – VOST anglais – VOST français – 2 – PAL – DVD 9 – Durée totale: 18h31

Éditions Montparnasse

Sur le même sujet