Un Homme qui Crie en DVD

Rares sont les films d'origine africaine. Quand l'un d'entre eux est de qualité comme celui-ci, on ne peut pas ne pas en parler.
7

Un Homme qui Crie a été écrit et réalisé par le cinéaste tchadien Mahamat-Saleh Haroun. Il est le premier cinéaste de l’histoire de ce pays.

Ce quatrième film de sa carrière connut la consécration en recevant le Prix du Jury au Festival de Cannes 2010 ainsi que le Prix Lumière 2010 du meilleur film francophone. Grâce à ces récompenses, tout comme au succès public de son film Daratt , il a pu convaincre le gouvernement tchadien de mettre en place diverses actions en faveur du 7ème Art. Ainsi fut créé un fonds d’aide pour les films et rénovée la dernière salle de cinéma "fermée" du pays, Le Normandie.

Revenons à ce film qui partant de faits réels, la guerre civile qui perdure au Tchad, atteint, sans affèterie, dans le drame qu’il dresse, une dimension universelle, mythologique. Adam, ancien champion de natation, est maître-nageur dans un hôtel de luxe de N’Djaména, la capitale. Il y travaille avec son fils, Abdel qui a 20 ans. Alors qu’il a 55 ans, on lui fait comprendre que sa place n’est plus au bord de la piscine et que seul son fils fera l’affaire. Il travaillera dorénavant comme garde à la barrière de l’établissement.

Mais nous sommes dans un pays en guerre et un "effort" est demandé à chacun. Qu’il s’agisse d’argent ou d’enfant en âge de combattre les assaillants. Désireux de mettre fin aux pressions qu’il subit quasi-quotidiennement de la part du Chef de quartier, Adam qui n’a pas d’argent commet l’impardonnable et livre Abdel, son fils, aux militaires. Certes, il reviendra s’occuper de la piscine mais...

Un film en scope

Filmé, en scope, de façon totalement épuré, maîtrisé de bout en bout, cette œuvre dont le titre est inspiré d’Aimé Césaire (in Cahier d’un retour au pays natal ) ne manque pas de nous interroger. Rongé par la culpabilité et le remord, Adam commence à se désespérer de Dieu, du ciel « Il sait qu’il n’y aura pas de rédemption possible. Qu’il ne trouvera jamais la paix » nous dit M.-S. Haroun.

Un film puissant, réaliste et lucide, remarquablement interprété par des comédiens professionnels et non-professionnels. Il démontre que le cinéma africain n’est pas une chimère et que M.-S. Haroun est un cinéaste à suivre.

A voir absolument.

Film + Bonus : Entretien avec le réalisateur - Making-of – Pyramide Video avec France Info

Film ♥♥♥♥

Bonus ♥♥♥

avec Youssouf Djaoro (Adam), Diouc Koma (Abdel), Emile Abossolo M'Bo , Djénéba Koné , Hadjé Fatimé N'goua

Directeur de la photographie : Laurent Brunet , Musique : Wasis Diop , Ingénieur du son : Dana Farzanehpour , Montage : Marie-Hélène Dozo

Sortie le 5 avril

Sur le même sujet