We Need to Talk about Kevin en DVD

Porté par l'étonnante présence magnétique de la comédienne d'origine écossaise, Tilda Swinton, ce film est d'une rare violence
10

Il aborde un sujet tabou. Comment une mère ne peut elle pas aimer son fils? Pourquoi aucun lien ne se noue-t-il entre eux? Cette adaptation libre du livre de Lionel Shriver* (qui est basé sur un échange de lettres) aborde ce thème en remontant le temps à coup de flashbacks. Eva (incarnée donc par Tilda Swinton) a mis sa vie professionnelle et ses ambitions personnelles en veilleuse pour donner naissance à Kevin.

Aujourd’hui Kevin a presque 18 ans et il est en prison. Eva, qui vit désormais seule, va le voir de temps à autres. Elle passe ses journées, si ce n’est ses nuits à essayer de comprendre. Elle se remémore tous les épisodes de sa vie avant que Kevin ne commette l’irréparable.

Un fils qui l'inquiète

Kevin a toujours été un enfant difficile. Bébé, il ne cessait de pleurer. Puis son comportement devint de plus en plus étrange pour ne pas dire erratique, inquiétant très souvent Eva. Les choses ne vont qu’empirer quand naîtra sa sœur. Eva a beau se confier à Franklin, son mari, mais celui-ci, comme le dit l’acteur américain, John C. Reilly, qui l’interprète: « préfère nier la réalité. Il joue les potes (avec son fils) et se dit qu’en niant le problème il disparaîtra ».

Ce film britannique, tourné aux USA, a une puissance visuelle et sonore envoûtante qui n’est pas sans rappeler l’univers de David Lynch. Le directeur de la photo, d’origine irlandaise, Seamus Mcgarvey, a fait un excellent travail malgré le temps imparti pour le tournage de cette production indépendante. Quant à la BO, elle est signée Jonny Greenwood, un des membres du groupe Radiohead.

Lynne Ramsay, qui a été chef opérateur de ses premiers courts-métrages, a su bâtir un film très graphique tout en s’avérant être une excellent directrice d’acteurs et garder le sens du suspense. Elle reçut le Prix du Meilleur Film au Festival de Londres 2011. Kevin fut de la Sélection Officielle du Festival de Cannes 2011. Quant à Tilda Swinton, elle reçut le Prix de la Meilleure Actrice Européenne.

Un film qui ne peut laisser indifférent. Un film qui dérange, qui pour certains sera un véritable coup de poing. Il révèle également le talent prometteur du jeune comédien américain Ezra Miller (il est né en 1992).

Lynne Ramsay?: une cinéaste à suivre...

Film (107’) + Bonus – Entretiens avec l’équipe du film (19’) - Diaphana

Film ♥♥♥

Bonus ♥♥

* aux éditions J’ai Lu

Sur le même sujet