15 décembre : un jour, un événement, une naissance, un décès

Divorce de Napoléon 1er et de l'impératrice Joséphine, naissance de l'empereur Néron et disparition du sioux Sitting Bull ont eu lieu un 15 décembre...

Lié au signe du Sagittaire dans le zodiaque , le 15 décembre est le 349e jour de l’année du calendrier grégorien (ou le 350e en cas d’année bissextile). A cette date, quiconque connaît une personne prénommée Nina, Nino, Ninon, Mesmin ou autres prénoms liés à leurs nombreux dérivés est prié de chèrement l’honorer. "Froid et neige en décembre, du blé à revendre", prétend un dicton d’autrefois. Aucune fête ou journée nationale ou internationale n’est célébrée ce jour-là.

Le divorce entre Napoléon 1er et l’impératrice Joséphine est prononcé un 15 décembre

Le 15 décembre 1809, Napoléon 1er divorce de l’impératrice Joséphine qu’il a prise pour femme en 1796. N’ayant pu avoir d’enfant avec son épouse, l’empereur s’en sépare de manière, pour le moins l’espère-t-il, à asseoir sa dynastie sur le trône français. Le 2 avril 1810, il s’unit à Marie-Louise, fille de l’empereur François 1er d’Autriche et petite-nièce de Marie-Antoinette, qui est de 22 ans sa cadette et avec laquelle il a un fils, Napoléon II, né le 20 mars 1811. Ce divorce impérial marque étonnamment le début du déclin du Premier Empire. Déclin qui, par la suite, va contraindre Napoléon 1er à abdiquer à deux reprises (6 avril 1814 et 22 juin 1815).

NB : la dépouille de Napoléon 1er (1769-1821) repose aux Invalides depuis le 15 décembre 1840. Sur ordre d’Adolphe Hitler, chancelier du IIIe Reich de l’Allemagne nazie, et de manière à commémorer le 100e anniversaire du retour des cendres de l’empereur français, les restes de son fils, Napoléon II (1811-1832), ont quant à eux été transférés dans une crypte annexe à celle de son illustre père, le 15 décembre 1940.

L’empereur romain Néron voit le jour un 15 décembre

Né le 15 décembre 37, à Antium (Italie) et mort le 9 juin 68, à Rome (actuelle capitale de l’Italie et capitale de la Rome antique), Lucius Domitius Ahenobarbus dit Néron (Imperator Nero Claudius Caesar Augustus Germanicus en latin) a été le cinquième et dernier empereur romain de la dynastie julio-claudienne de 54 à 68. Fils adoptif de l’empereur romain Claude (Claudius : 10-54), il a longtemps été considéré comme le responsable de l’incendie qui a ravagé trois des quatorze quartiers de Rome en juillet 64. Lui-même en a rejeté la faute sur les chrétiens qu’il s’est plu à grandement martyriser tout au long de son règne. Dépossédé de son trône en 68, il choisit de se suicider après avoir appris que les sénateurs voulaient lui imposer le supplice des parricides (*) tant pour sa part de responsabilité dans la mort prématurée par empoissonnement de son père adoptif (l’empereur Claude) que pour l’assassinat de sa mère Agrippine la Jeune (15-59) qui, en 54, avait elle-même activement contribué à l’élimination de l’empereur Claude, son époux.

(*) : Le supplice des parricides ou culleus consistait à couvrir la tête du condamné avec une cagoule avant de l’enfermer dans un sac de cuir cousu dans lequel étaient également introduits des animaux (coq, chien ou renard) et de le laisser ainsi choir dans les eaux du Tibre, fleuve qui se jette dans la mer Tyrrhénienne et traverse la ville de Rome d’est en ouest.

Le chef de tribu et médecin indien sioux Sitting Bull disparaît un 15 décembre

Né aux alentours de 1831, dans l’actuel Etat américain du Dakota du Sud (Etats-Unis) et mort le 15 décembre 1890, dans la réserve indienne de Standing Rock située sur le territoire des actuels Etats américains du Dakota du Nord et du Dakota du Sud (Etats-Unis), Sitting Bull est un chef et un homme de médecine indien de la tribu sioux des Lakotas Hunkpapas. Il est notamment à l’origine de la victoire amérindienne de "Little Big Horn". Bataille qui a opposé quelque 1.500 Cheyennes et Sioux conduits par les chefs Crazy Horse (Lakota), Gall (Hunkpapa) et Lame White Man (Cheyenne), aux 647 hommes de 7e régiment de cavalerie de l’US Army du lieutenant-colonel George Armstrong Custer qui a été tué durant les combats.

Sur le même sujet