15 novembre : un jour, un événement, une naissance, un décès

Montée de Philippe de France sur le trône d'Espagne, naissance du cinéaste François Ozon et disparition de Jean Gabin ont eu lieu un 15 novembre...

Lié au signe du Scorpion dans le zodiaque, le 15 novembre est le 319e jour de l’année du calendrier grégorien (ou le 320e en cas d’année bissextile). A cette date, quiconque connaît une personne prénommée Albert, Albertine, Arthur, Calendal, Eugène, Fidentien et Fidentienne, Guras, Léopold, Léopoldine, Maclou, Victoire ou autres prénoms liés à leurs nombreux dérivés est prié de chèrement l’honorer. « A la Saint-Albert, reste bien couvert ! » , prétend un dicton d’autrefois. La Fête du Roi et la Fête de la communauté germanophone en Belgique sont également célébrées ce jour-là.

Philippe de France devient Philippe V d’Espagne un 15 novembre

Le 15 novembre 1700, le petit-fils de Louis XIV de France, Philippe de France, monte sur le trône d’Espagne et devient dès lors Philippe V d’Espagne. Il succède à son grand-oncle Charles II d’Espagne qui a été le dernier roi espagnol de la dynastie des Habsbourg. Avec lui, s’ouvre l’ère des Bourbon de laquelle l’actuel roi d’Espagne, Juan-Carlos 1er, est lui-même issu. Philippe V d’Espagne a connu le règne le plus long de la monarchie espagnole, règne qui a duré 45 ans et 21 jours.

François Ozon, réalisateur français, voit le jour un 15 novembre

Né le 15 novembre 1967, à Paris (France), François Ozon est un réalisateur français. Il est notamment le maître d’œuvre de Sitcom (1998), de Gouttes d’eau sur pierres brûlantes (1999), de Sous le sable (2000), de Huit femmes (2001), de Swimming Pool (2003), du Temps qui reste (2005), d’ Angel (2006) et de Potiche (2010).

Jean Gabin, monstre du cinéma français, disparaît un 15 novembre

Né le 17 mai 1904, à Paris (France) et mort le 15 novembre 1976, à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), Jean-Alexis Gabin Moncorgé, dit Jean Gabin, est un acteur français qui a également été chanteur de revue et d’opérette. Monstre du cinéma français depuis le début des années 1930, il a notamment tourné dans La gaieté de l’escadron de Maurice Tourneur (1932), La bandera (1935), La belle équipe (1936) et Pépé le moko (1937) de Julien Duvivier, La grande illusion (1937), La bête humaine (1938) et French Cancan (1954) de Jean Renoir, Le quai des brumes (1938), Le jour se lève (1939) et La Marie du port (1950) de Marcel Carné, Remorques de Jean Grémillon (1941), La vérité sur bébé Donge (1952) et Razzia sur la chnouf (1955) d’Henri Decoin, Touchez pas au grisbi de Jacques Becker (1954), La traversée de Paris (1956) et En cas de malheurs (1958) de Claude Autant-Lara, Le rouge est mis (1957), Le désordre et la nuit (1958), Le cave se rebiffe (1961), Le gentleman d’Epsom (1962) et Maigret voit rouge (1963) de Gilles Grangier, Les Misérables de Jean-Paul Le Chanois (1958), Maigret tend un piège (1958), Maigret et l’affaire Saint-Fiacre (1959) et Le baron de l’écluse (1960) de Jean Delannoy, Les grandes familles (1958), Du rififi à Paname (1966) et Le tatoué (1968) de Denys de La Patellière, Le président (1961), Un singe en hiver (1962), Mélodie en sous-sol (1963) et Le clan des Siciliens (1969) d’Henri Verneuil, Le pacha de Georges Lautner (1968), La horse (1970) et Le chat (1971) de Pierre Granier-Deferre, L’affaire Dominici de Claude Bernard-Aubert (1973), Deux hommes dans la ville de José Giovanni (1973) et L’année sainte (son dernier film) de Jean Girault (1976).

Sur le même sujet