26 mars : un jour, un événement, une naissance, un décès

Découverte des murailles de l'antique cité de Babylone, naissance de l'acteur James Caan et mort de Ludwig van Beethoven ont eu lieu un 26 mars...

Associé au signe du bélier dans le zodiaque , le 26 mars est le 85e jour de l’année du calendrier grégorien (ou le 86e en cas d’année bissextile). A cette date, quiconque connaît une personne prénommée Alla, Animaïda, Braulio, Duklida, Goan, Larissa, Ludger ou autres prénoms liés à leurs nombreux dérivés est prié de chèrement l’honorer. "En mars autant de gelées, en avril autant de poussées", prétend un dicton d’autrefois. La Fête nationale du Bangladesh et le Jour du prince Kuhio (Prince Kuhio Day) à Hawaï (Etats-Unis d’Amérique) sont également célébrés ce jour-là.

Les murailles de l’antique cité de Babylone sont découvertes un 26 mars

Le 26 mars 1899, l’architecte et archéologue allemand Robert Johann Koldewey (1855-1925) découvre les murailles de l’antique cité de Babylone, en Irak actuel. Au cours des années qui suivent, de nouvelles fouilles effectuées aux abords des remparts qu’il a sortis de l’oubli lui permettent de mettre au jour d’autres monuments d’époque mésopotamienne: la Voix processionnelle (longue de 250 mètres et large d’une vingtaine de mètres), la Porte d’Isthar, le palais de Nabuchodonosor (1126-1105 av. J-C), les jardins de Sémiramis (une des 7 merveilles du monde antique) et la ziggourat ou mythique Tour de Babel dont il est explicitement question dans la Bible (chapitre 11 de la Genèse).

James Caan, acteur américain, voit le jour un 26 mars

Né le 26 mars 1940, dans le Bronx, l’un des cinq boroughs de New York (Etats-Unis d’Amérique), James Caan est un acteur de nationalité américaine. Egalement réalisateur de L’impossible témoin (1980), il a, au cours de sa carrière professionnelle, su démontrer tout son talent au sein des films suivants:

  • El Dorado (1966) d’Howard Hawks
  • Le parrain (1972) de Francis Ford Coppola
  • Le parrain II (1974) de Francis Ford Coppola
  • Rollerball (1975) de Norman Jewisson
  • La dernière folie de Mel Brooks (1976) de Mel Brooks
  • Un pont trop loin (1977) de Richard Attenborough
  • 1941 de Steven Spielberg (1979)
  • Le solitaire (1981) de Michael Mann
  • Les uns et les autres (1981) de Claude Lelouch
  • Jardin de pierre (1987) de Francis Ford Coppola
  • Dick Tracy (1990) de Warren Beatty
  • Misery (1990) de Rob Reiner
  • L’effaceur (1996) de Chuck Russel
  • Mickey les yeux bleus (1999) de Kelly Makin
  • The yards (2000) de James Gray
  • Max la menace (2009) de Peter Segal
  • New York, I love you (2009) d’Allen Hughes

Ludwig van Beethoven, génie de la musique classique, trouve la mort un 26 mars

Né le 16 ou 17 décembre 1770, à Bonn, une ville allemande (capitale de la RFA de 1949 à 1990) située dans le sud du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (Allemagne), et mort le 26 mars 1827, à Vienne, la capitale de l’Autriche, Ludwig van Beethoven était un compositeur de musique classique. Considéré comme l’un des plus grands dans son domaine artistique, il est notamment le créateur des œuvres suivantes:

  • Sonate pour piano n° 8 en do mineur, dite Pathétique (1799), opus 13
  • Sonate pour piano n° 14 en do dièse mineur, dite Sonate au clair de Lune (1801), opus 27
  • Sonate pour piano et violon n° 9 en la majeur, dite Sonate de Kreuzer (1802-1805), opus 47
  • Symphonie n° 3 en mi bémol majeur, dite Héroïque (1803-1804), opus 55
  • Sonate pour piano n° 23 en fa mineur, dite Appassionata (1804-1805), opus 57
  • Coriolan , ouverture symphonique en do mineur (1807), opus 62
  • Symphonie n° 5 en ut mineur (1805-1807), opus 67
  • Symphonie n° 6 en fa majeur, dite Symphonie pastorale (1805-1908), opus 68
  • Fidelio , opéra (1804-1805), opus 72
  • Concerto pour piano n° 5 en mi bémol majeur, dit Concerto de l’Empereur (1809), opus 73
  • Bagatelle n° 4 en la mineur, La Lettre à Elise (1810), WoO 59
  • Egmont , musique de scène (1810), opus 84
  • Symphonie n° 7 en la majeur (1811), opus 92
  • Missa Solemnis, messe solennelle en ré majeur (1818-1822), opus 123
  • Symphonie n° 9 en ré majeur (1822-1824), opus 125 ( Ode à la joie –Hymne européen)

Sur le même sujet